Ces 5 raisons pour lesquelles Feghouli a bien fait de rejoindre Galatasaray

Alors que le mercato ferme ses portes dans quelques jours, certains joueurs ont déjà trouvé preneur. C’est le cas de Sofiane Feghouli. Après un long feuilleton, l’international algérien s’est engagé avec Galatasaray en provenance de West Ham. Un transfert assez surprenant, un an à peine après l’arrivée du Fennec en Premier League. Mais dans un mercato où le footballeur algérien ne semble pas avoir la côte, Feghouli a sans doute fait l’objet d’un transfert plutôt prestigieux. Explication.

Accueilli comme la star qu’il est

S’il y a une chose que les supporters turcs savent bien faire c’est accueillir les nouvelles recrues. Entre le moment où Feghouli a été annoncé à Galatasaray et le moment où il a signé, les signes de soutien des bouillants supporters d’Istanbul se sont multipliés. Ces derniers l’encourageaient vivement à rejoindre Galatasaray car ils le considéraient comme une vraie star. Les Turcs ont joint la parole au geste puisqu’ils ont réservé à l’ancien joueur de West Ham un accueil des plus chaleureux à son arrivée à l’aéroport. L’international algérien est un joueur de caractère marchant à l’affectif et avoir son public derrière lui sera un facteur déterminant dans la réalisation d’une bonne saison.

Un caractère qui colle au club

Feghouli fait partie de ces joueurs connus pour leur grinta, leur côté « guerrier » sur le terrain. Diminué ou non, il ne triche jamais et se donne toujours à 100% pour défendre ses couleurs. Un état d’esprit particulièrement apprécié par les aficionados de Galatasaray qui facilitera grandement son intégration dans ce nouveau championnat et ce nouveau club connu pour le côté extravagant de ses supporters. « En route pour Galatasaray, le plus gros club de Turquie » a clamé l’Algérien avant même de poser le pied sur le sol turc. Une affirmation qui a flatté l’orgueil des bouillants supporters locaux qui piaffent d’impatience de voir le Cimbom (surnom du club) dominé à nouveau ses concurrents tels le Besiktas ou Fenerbahce. Entre un club qui veut retrouver les sommets et un joueur revanchard qui aspire à retrouver sa forme optimale, le mariage semble idéal.

Le plus gros salaire du club

En football le salaire n’est pas qu’une manière de rémunérer les joueurs selon leurs performances. C’est aussi une façon de récompenser un joueur, pour sa fidélité et son bon comportement au sein du club. Dans le cas de l’international algérien le salaire peut-être perçu comme une marque de confiance. En signant au Galatasaray, Feghouli devient d’entrée le plus gros salaire du club devant Gomis, Belhanda, Maicon et Fernando ! Avec près de 4 millions d’euros annuels accompagnés de diverses primes qui feront bien gonfler la somme finale, le tout assorti d’un contrat sur 5 ans, Feghouli est traité comme une star par les supporters mais surtout par la direction du club qui a mis le paquet pour arracher sa signature.

L’ambition énorme d’une équipe revancharde

En rejoignant Galatasaray, l’international algérien change de dimension. Il jouait le maintien à West Ham dans une équipe qui avait du mal à se montrer à la hauteur des attentes placées en elle. Aujourd’hui, il joue le titre de Super Lig. Sanctionné par l’UEFA ces dernières années en raison du manquement au fair-play financier, Galatasaray relève peu à peu la tête et a réalisé un mercato XXL cet été. Objectif : ne plus rien laisser à ses concurrents et tout arracher sur la scène nationale pour reconquérir son statut chahuté ces dernières années de club n°1 en Turquie. Fragilisé par une crise institutionnelle et une instabilité chronique au niveau de la barre technique (7 coachs en 3 saisons !) le club Sang et Or veut confirmer son redressement et redorer son blason.

Quoique l’on puisse dire sur le niveau du championnat turc, le Galatasaray Spor Kulübü est plus grand que West Ham United. Malgré son côté populaire, le club londonien à un palmarès des plus maigres comparé à celui du club phare d’Istanbul fondé en 1905. Incontestablement le plus riche du football turc avec 20 titres de champion et 17 coupes nationales mais surtout une Coupe de l’UEFA remportée face à Arsenal et une Supercoupe d’Europe face au Real Madrid en 2000 avec l’emblématique Fatih Terim et la génération Hakan Şükür, Gheorghe Hagi et Claudio Tafarel. En un mot Galatasaray SK est un géant. Compte tenu de ce bilan on peut considérer que c’est une progression dans la carrière du Fennec surtout qu’il semblait être dans l’impasse total chez les Hammers. Certes il ne sera plus autant médiatisé qu’en Premier League mais il rejoint tout de même un championnat qui gagne chaque saison en notoriété et qui souhaite devenir progressivement une place forte du football européen.

Un championnat en pleine expansion

Ceux qui considèrent la Turquie comme une destination pour les préretraités ne doivent pas suivre avec assiduité le développement du championnat local. La moyenne d’âge des joueurs évoluant est de… 27 ans ! Certes on ne peut occulté le fait que beaucoup de joueurs ayant la trentaine bien trempée viennent poursuivre leur carrière en Turquie pour le gros salaire et la fiscalité très avantageuse. Mais on ne peut nier non plus la capacité des clubs turcs à attirer des joueurs suivis par plusieurs écuries européennes. A l’image d’un Sneijder, Pepe, Quaresma ou encore tout récemment d’un Samir Nasri.

La Super Lig attire car la Turquie est un pays de football avec la ferveur qui va avec. Les stades sont pleins et l’ambiance qui y règne est incroyable. Si le championnat est dominé par des clubs historiques, beaucoup de « petits » clubs émergent avec des moyens financiers important à l’image d’un Antalyaspor, Kasimpasa ou encore le surprenant İstanbul Büyükşehir Belediyesi. Ce dernier a terminé 2ème devant Galatasaray (seulement 4ème en 2017 et 6ème en 2016), et a donné beaucoup de mal au FC Séville en barrage de Ligue des Champions pour finalement être tout de même être reversé en Europa League.

La chaine BeIn Sport a aussi flairé la bonne affaire en achetant les droits TV de ce championnat au potentiel indéniable. Feghouli a donc aussi eu du flair en rejoignant Galatasaray cet été. La perspective de jouer dans un championnat relevé mais également de retrouver l’Europe semblent avoir conquis l’international algérien de 27 ans qui a toutes les cartes en main pour redevenir le joueur incontournable qu’il était en sélection algérienne lors de ses plus belles années à Valence.

Bonus : le football au pays d’Erdogan

Yahia Saouthi, La Gazette du Fennec

Ne manquez pas aussi !

Brahimi veut cracher du feu avec les « Dragões »

Nouvel entraîneur et visible...

Ethiopie-Algérie (3-3) : Les Fennecs tenus en échec

Dans un contexte difficile sur le terrain imprat...

Lorient : Walid Mesloub prolonge jusqu’en 2018 (Officiel)

Courtisé par plusieurs écuries de Ligue 1, Walid...

Cameroun : Gros scandales chez les Lions Indomptables !

L'affaire Bensebaini qui a écla...

Sporting : 23 titularisations en 24 journées pour Slimani

Indispensable ! L'international algérien figure ...

Goléadors algériens d’Europe : Hanni occupe la 2e place

Le milieu de terrain algérien du FC Malines, Sof...

LDC CAF : MCA-ESS, explication « algérienne » pour une place en quart de finale

La 6ème et dernière journée de la phase des poul...

CS Constantine : Belkheir signe pour 2 saisons

Le milieu offensif de la JS Saoura Abden...

Algérie-Zimbabwe : l’historique des confrontations

La rencontre Algérie-Zimbabwe c...

Interview : A la découverte de Belkebla !

Encore auteur d'un match plein contre Lorient en...

Click to Hide Advanced Floating Content