Ali Fergani : « La FAF se doit d’obliger les clubs à former les joueurs »

Unique candidat en course, l’ancien capitaine et entraîneur des Verts, Ali Fergani (64 ans), a été réélu samedi pour un mandat de quatre ans à la tête de l’Amicale des anciens internationaux de football (AAIF) à l’issue de l’Assemblée générale élective (AGE) tenue à Alger en présence de 86 membres. Celui qui fut surnommé « l’architecte » lorsqu’il était joueur a donné son avis sur la participation de l’EN à la dernière CAN et la situation du football algérien.

« Je remercie les membres de l’AG d’avoir placé à nouveau leur confiance en ma personne. Je vais continuer à œuvrer pour faire progresser l’Amicale et atteindre les objectifs pour lesquels elle a été créée. J’appelle, à cette occasion, les anciens joueurs à s’impliquer davantage au niveau de leurs wilayas de résidence pour le développement du football« , a déclaré l’unique candidat en course Fergani après sa réélection au sein de cette association créée en 2009 et souvent qualifiée de « fantoche ».

L’assemblée générale a également élu le Bureau exécutif de l’AAIF, composé de sept membres. Il s’agit de Zoubir Bachi (1er vice-président), Salah Assad (2e vice-président), Mohamed Kaci-Saïd (secrétaire général), Kamel Berroudji (trésorier), Mourad Slatni (représentant de l’Est), Abdelhafid Belabbes (représentant de l’Ouest) et Nacer Guedioura (représentant de la communauté algérienne en France).

fergani JO 1980

« Notre programme est riche puisque nous avons prévu une série d’événements comme l’organisation d’un séminaire sur le professionnalisme et un autre sur le dopage, en plus de l’organisation de tournois au profit des jeunes catégories« , a-t-il expliqué en détaillant le programme d’activités pour l’année 2017.

Fergani (64 ans) a également mis l’accent sur la principale activité de sa structure, à savoir la nécessité de venir en aide « aux anciens internationaux qui sont dans le besoin ou malades, sous forme d’actions de solidarité guidées par un esprit de reconnaissance envers des footballeurs qui ont tout donné« .

 « Le futur entraîneur doit connaître le football national et africain »

S’exprimant à l’occasion de sa réélection, l’ancien capitaine de l’EN durant le Mondial 1982 a donné son avis sur le profil du futur sélectionneur des Verts sans ménager la FAF qui a commis trop d’erreurs jusque là.

« Le futur sélectionneur national doit impérativement connaître le football algérien et africain pour mener à bien sa mission. Les responsables se sont trompés à trois reprises dans leurs choix, j’espère qu’il n’y en aura pas une quatrième« , a ainsi affirmé à l’APS Ali Fergani. « Je préfère un sélectionneur local. Sans citer de noms, il y a des techniciens algériens qui sont capables de diriger la sélection, a-t-il estimé. Si le choix sera porté sur un étranger, il doit être de classe mondiale« .

Et d’ajouter : « Je prends l’exemple du Belge Hugo Broos, passé par la JS Kabylie et le NA Hussein-Dey, ce qui ne l’a pas empêché de mener le Cameroun en finale de la CAN-2017 au Gabon. Pourtant, certains disaient de lui qu’il est incompétent« .

« Nous sommes sortis par la petite porte, il faut tirer les enseignements nécessaires »

Invité à donner son avis sur la participation algérienne à la CAN-2017, Fergani (64 sélections/5 buts) n’a pas mâché ses mots.

« C’est une participation mauvaise pour ne pas dire catastrophique. Les responsables ont fixé des objectifs que l’équipe n’était pas capable de réaliser. Il s’agit d’un échec. Nous avons vu des cas d’indiscipline. Le rendement de certains éléments était loin d’être à la hauteur. Nous sommes sortis par la petite porte, il faut tirer les enseignements nécessaires« .

« Les clubs doivent se mettre à la formation »

Enfin, Ali Fergani a appelé la FAF à accompagner davantage les clubs pour atteindre « le vrai professionnalisme » : « Le temps est venu de mettre en branle le véritable professionnalisme. Les clubs doivent se mettre à la formation. La FAF se doit d’obliger les clubs à former les joueurs« . De belles paroles mais aucune solution proposée par l’ancien driver des Verts qui a connu deux passages mitigés à la tête de la sélection nationale en 1995-96 puis en 2004-05.

Yassine Benarbia, La Gazette du Fennec (avec APS)

Ne manquez pas aussi !

Leicester : Ranieri élu meilleur entraineur italien de l’année !

Si Leicester est toujours dans la course pour remporter le titre de champion d’A...

Coupe d’Algérie : Programme des 32emes de finale

Découvrez le programme des 32èmes de finale de l...

Arsenal : Bennacer pas (encore) dans les plans de Wenger

Ismaël Bennacer, le milieu inte...

JO 2016 : les Verts reprennent le chemin de la préparation

La sélection algérienne U23 reprend du service e...

EN : reprise difficile avant le départ pour Lisbonne

Après deux jours de repos les protégés de ...

Compétitions africaines des clubs : le programme des 16èmes de finale

Les tours préliminaires passés, cap vers les 16è...

DTN : Charef et ses assistants prospectent dans le sud

Longtemps oublié, le sud algérien fait désormais...

Les deux bourdes étonnantes de Raouraoua

En conférence de presse, la ...

Mercato : une offre de 7 M€ du Bétis Séville pour Boudebouz

Dans le viseur de nombreux clubs européens qui n...

Benhassen : « Objectif : implanter le rugby durablement en Algérie ! »

Le président de la Fédération algérienne de rugb...

Belgique : suspension annulée pour Belfodil

Comme pour Sofiane Feghouli en Angleterre début ...

Tottenham : Le départ de Bentaleb se précise !

Présent avec les Spurs depuis le début ...

Click to Hide Advanced Floating Content