Kerbadj : « Je ne suis pas un employé chez Zetchi ! »

Nouvel épisode, nouveaux propos. L’affaire Zetchi – Kerbadj continue d’alimenter la chronique. Quand la Fédération algérienne de football (FAF) réagit par communiqués, Kerbadj opte pour la voie des médias pour rétorquer. Dans un entretien accordé au journal Liberté, le président de la Ligue de football professionnel (LFP), défie clairement le patron de la FAF en indiquant qu’il ne compte pas bouger de son poste… sauf si les représentants des clubs lui « retirent leur confiance ». L’affrontement est entrain de virer à l’insurrection.

Pour le boss de la LFP, il n’a « de comptes à rendre à personne mis part ma base. Je ne suis pas un employé chez Zetchi. Je suis élu par une assemble générale de la LFP qui m’a réitéré sa confiance récemment. Si la LPF agit sur délégation de la FAF, cela ne veut pas  dire que le président de la FAF a droit de vie sur le président de la LFP. Les présidents de club m’ont témoigné de leur confiance, si demain ils me l’a retire je m’en irai sans aucun problème, j’avais d’ailleurs démissionné juste après l’élection de Zetchi pour le mettre à l’aise et surtout après avoir compris qu’il souhaitait  un changement à la ligue  mais les clubs et surtout le MJS ont insisté à ce que je reste.  Je pense que les  choses sont claires pour tout le monde ». Des propos qui ressemblent à ceux d’un insurgé ayant décidé de faire son chemin à part.

Par ailleurs, il n’hésite pas à ironiser sur le libellé « de trois pages » publié par la structure fédérale de la balle ronde en le qualifiant de « vraiment lent et il m’a tellement fatigué que je n’aie pas pu le lire intégralement et je n’ai jamais vu un tel communiqué », dans une autre interview qu’il a donnée au quotidien spécialisé Le Buteur il le trouve aussi « disproportionné » et dit qu’il « renseigne sur le manque d’expérience de son auteur ». Rien que ça. Au passage, l’ancien premier homme du CR Belouizdad a tenu à préciser qu’il « connais (connaît) la réglementation à la lettre de par ma fonction, puisque j’occupe un poste important et de part mon niveau intellectuel, puisque je suis un juriste de formation. Je n’ai pas de leçon à recevoir ni sur le plan professionnel ni autre chose, surtout le travail administratif.» La fracture est plus que manifeste.

Les « fins inavouées » de Zetchi 

Plus que les absences lors des réunions de travail que la FAF a dénoncées, il y a un autre problème sur lequel l’interviewé s’est penché : le calendrier du championnat. De l’avis de Kerabdj, l’instance footballistique n’a pas su s’accommoder avec la requête de certains clubs ayant demandé la modification de la programmation. Un petit jeu malsain qu’il a dénoncé en notant que « Zetchi aurait dû -tout simplement- lors de cette réunion et dans son communiqué du reste, répondre que le calendrier est du ressort de la LFP, et ne pas alimenter la polémique à des fins inavouées ».

« Cela ne le concerne pas, personne n’a le droit de s’immiscer dans les prérogatives de la LFP », a-t-il pesté. Kerbadj y a descellé un jeu trouble. C’est clair, le successeur de Mohamed Raouraoua essaye, avec cette démarche, de faire retourner les présidents des teams du palier suprême contre lui pour le fragiliser et le mettre sur un siège éjectable. D’autant plus que Kerbadj trouve cette requête insensée sachant que « le calendrier de la ligue 1, a été arrêté le 13 juillet dernier à l’occasion de la réunion avec les présidents de clubs. Nous avons présenté deux variantes  et c’est le président de l’US Biskra, Saou d’ailleurs qui avait choisi la mouture adoptée. Les clubs étaient donc présents à ce tirage. Ils l’ont accepté. Pas question donc de le changer. Maintenant, dans son dernier communiqué me visant, la FAF  parle d’une demande des clubs pour changer le calendrier à l’occasion d’une rencontre Zetchi-clubs de ligue 1 et ligue 2.»

Le Directeur de l’imprimerie officielle s’interroge « pourquoi alors ces club ne l’ont pas fait le 13 juillet ? » Une question qui prête -certainement- à réfléchir. L’apaisement n’est, on le devine, pas pour demain entre les deux hommes au moment où la balle ronde algérienne s’apprête à aborder des échéances capitales. Outre le début du championnat, prévu pour le 25 et 26 du mois en cours, il y aura la double confrontation de l’équipe nationale face à la Zambie (2 et 5 septembre). Un match comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 que l’Algérie a mal entamé avec 1 point récolté en 2 journées. Les flammes de la discorde entourent, plus que jamais, le foyer du sport roi. Qui y survivra ? Wait and see…

Mohamed Touileb, La Gazette du Fennec

Ne manquez pas aussi !

Slimani à la chasse du record d’Ahmed Oudjani !

Auteur d'une saison tout simplement époustouflan...

Coupe des Confédérations 2017 : Chili et l’Allemagne se partagent la pôle

Tous les deux vainqueurs lors de leur première s...

Les chapeaux de la Coupe du Monde 2018

C'est selon le classement FIFA des 20 pays quali...

Algérie – Nigéria (1-1) : un piètre nul pour conclure

Pour la sixième et dernière journée du groupe B ...

JO 2016 : Schürmann compte sur…Neymar !

La star brésilienne du FC Barcelone Neymar espèr...

Mercato : Schalke 04 tient le bon bout pour Bentaleb !

Poussé vers la sortie par Pochettino qui ne comp...

Qualifications CAN 2017 : encore 6 places à prendre pour le Gabon !

Le train va entrer en gare avant son dernier voy...

Rugby : le XV d’Algérie à pied d’œuvre en Zambie et prêt pour le combat !

Une sacré mission commando pour le rugby algérie...

Click to Hide Advanced Floating Content