Forfait à Londres, Makhloufi rêve toujours de record du monde

Principale -pour ne pas dire unique- chance de médaille de la délégation algérienne aux Championnats du Monde d’athlétisme qui débutent aujourd’hui à Londres, Taoufik Makhloufi est le grand absent de la compétition. Sur cette même piste du stade Olympique de Londres où il a triomphé en 2012 le triple médaillé olympique algérien n’aura pas l’occasion de prétendre à un titre mondial qui manque à son formidable palmarès en raison de son forfait pour blessure musculaire. Interrogé par l’AFP à Alger, l’enfant de Souk Ahras a livré ses impressions sur la compétition qui démarre.

« Il ne faut pas fixer de limites à ses rêves« , assure l’athlète algérien Taoufik Makhloufi, « triste » de son forfait sur blessure aux championnats du monde à Londres mais qui veut « se rattraper » en battant un jour le record du monde du 1.500 m.

Dans une interview exclusive à l’AFP à Alger, Makhloufi n’a pas caché sa déception de ne pas pouvoir « honorer l’Algérie et faire flotter le drapeau national » à nouveau à Londres, où il y a cinq ans il avait été sacré champion olympique de la distance, succédant 16 ans après à Noureddine Morceli.

Également double vice-champion olympique sur 800 et 1.500 m à Rio en 2016, Makhloufi a dû renoncer aux Mondiaux de Londres (4-13 août) en raison d’une blessure musculaire au mollet.

Depuis Alger, ses yeux sont désormais rivés sur « les championnats du monde de Doha en 2019 et les JO de 2020 », dernières opportunités de podiums internationaux et de médailles pour l’athlète de 29 ans.

taoufik-makhloufi-algérie-jo-fennec

Auparavant, il devra se remettre de sa blessure, retrouver 100% de ses moyens et se préparer convenablement, admet-il. Un défi compliqué par le fait qu’il n’a plus d’entraîneur, depuis sa séparation en mars d’avec son entraîneur français Philippe Dupont, par ailleurs manager du demi-fond à la Fédération française d’Athlétisme.

« Je suis toujours en contact avec Philippe Dupont, on se parle tout le temps, il me conseille » mais pour le moment, « il ne peut pas m’entraîner à cause d’une question de concurrence » avec les athlètes français, indique Taoufik Makhloufi.

« Philippe Dupont était à la fois mon entraîneur et responsable des athlètes du demi-fond français. Une situation qui a créée des problèmes quand j’ai décroché une médaille avant certains athlètes français », affirme-t-il.

Aux Jeux de Rio, Pierre-Ambroise Bosse, considéré comme une chance de médaille française, avait notamment terminé 4e sur le 800 m.

« Nous espérons tous les deux que le ministère algérien des Sports et son homologue français, ainsi que les deux fédérations, trouvent une solution. Un juste milieu qui puisse nous convenir à tous les deux« , souligne-t-il.

– ‘Travail, volonté et confiance en soi’ –

Le champion olympique algérien a une « ambition » et un « rêve »: « battre au moins un record du monde, probablement celui du 1.500 m », détenu depuis 1998 par le marocain Hicham El Guerrouj en 3’26″00, près de 3 secondes plus rapide que Makhloufi dont le record personnel est de 3’28″75.

« Pourquoi pas le 800 m » aussi ?, lance Makhloufi. « Le travail, la volonté et la confiance en soi déterminent tes objectifs », assure celui dont le prénom Taoufik signifie ‘succès’ en arabe.

S’il « n’écarte pas la possibilité » de courir un jour sur des distances plus longues, comme le 5.000 m, il reste pour l’instant concentré sur le demi-fond, 800 et 1.500m.

podium makhloufi argent 1500m Rio 2016

Né dans une famille pauvre de Souk Ahras (590 km à l’est d’Alger) — ville natale notamment de Saint Augustin — il dit avoir tiré sa motivation de sa volonté « d’avoir une autre vie, autre que celle qu’il y avait autour ».

« Je voulais trouver une voie qui change ma vie, l’athlétisme a été cette voie« , raconte l’athlète, qui a dû surmonter nombre de difficultés pour parvenir au sommet.

A ses débuts, il trouvait son équipement dans les friperies, raconte celui qui, à Rio, avait poussé un coup de gueule contre les responsables du sport algérien accusés de « penser à leurs intérêts personnels contre celui des sportifs ».

« Je voulais laisser mon empreinte et, Dieu merci, c’est fait« , se félicite celui qui est le sportif algérien le plus titré aux jeux Olympiques.

Un article de l’AFP

Ne manquez pas aussi !

Coupe de la CAF : Le MC Alger rallie les quarts !

Le MC Alger vient d’acter sa qu...

Gourcuff – FAF : y a-t-il un profond malaise ?

Sur les quatre derniers mois, le sélectionneur d...

Patrice Neveu : « L’Algérie a perdu son âme ! »

Ancien sélectionneur de la RD Congo, de la Guinée et de la Mauritanie, le techni...

ALG-CAM : Adam Ounas acclamé au stade Tchaker !

Invité de marque au stade Mustapha Tchaker de Bl...

Alcaraz vise la victoire et une révolution tactique

Sur un siège éjectable, le sélectionneur de l'Al...

CAF : le calendrier complet des compétitions interclubs

Le Comité exécutif de la CAF, au cours de sa réu...

Vanhaezebrouck (Anderlecht) : « Hanni reste le capitaine »

Critiqué par une partie des supporters pour son ...

Tottenham : Le départ de Bentaleb se précise !

Présent avec les Spurs depuis le début ...

Classement féminin FIFA : l’Algérie gagne deux places (74e)

La sélection féminine algérienne de football a g...

U20 : Les Algériens ce mercredi à Nouakchott

La sélection algérienne des U20 s'envolera ce me...

EN: Gourcuff lâche les fauves

Le match a permis au nombreux public présent d'a...