Classement FIFA/Coca-Cola® : La chute continue de l’Algérie !

Gianni Infantino, président de la FIFA, a annoncé qu’une nouvelle formule du classement de la Fifa entrera en application après la Coupe du Monde 2018. Très souvent critiqué, le classement mensuel Fifa/Coca-Cola® prête parfois à moquerie si ce n’est qu’il est utilisé pour certains tirages aux sorts. Aussi, juste avant le changement de calcul, il parait opportun de « comparer » nos derniers sélectionneurs sous l’angle des statistiques de la FIFA. Aucune surprise.

L’Algérie est actuellement 66ème nation au dernier classement Fifa/Coca-Cola®, 12ème nation africaine. On retrouve ainsi la place que l’on occupait sur la période 2004-2008, il y a dix ans ! En Octobre 2014, les Verts pointaient à la 15ème place au classement mondial, une position jamais atteinte depuis la création de ce classement. Cette place fût possible grâce à un huitième de finale en Coupe du monde mais aussi grâce aux deux victoires (éliminatoires de CAN) acquises en septembre sous la houlette de Christian Gourcuff. Aujourd’hui, on se dirige tout droit vers notre pire classement qui venait ponctuer la décennie noire, à savoir 88ème en 1999. L’année 1998 avait été catastrophique avec 5 défaites de rang pour 2 victoires seulement.Halilhodžić a patiemment construit son succès

S’il est certain que ce classement, à l’instant T, n’a pas grande valeur, l’évolution du nombre de points renseigne clairement sur l’état de santé d’une sélection. Pour les Verts, on sent bien que rien ne va plus depuis la fin de l’épopée de Vahid Halilhodžić à la Coupe du Monde 2014. Les chiffres nous le confirment. En Septembre 2011, les Verts comptabilisaient 605 points, et patiemment, malgré quelques revers, le Bosnien n’est plus descendu sous ce total pour atteindre un sommet jamais atteint jusqu’alors. Le calcul est fait de telle sorte qu’il est très difficile de rester au top. Coach Vahid avait amené les Verts au sommet de l’Afrique à la 1ère place avant de s’en aller fièrement. Aurait-il réussi à maintenir Djabou et ses coéquipiers dans le top africain ? On ne le saura jamais.

Christian Gourcuff, son successeur, a hérité d’une équipe 1ère nation africaine pour la laisser toujours 1ère à son départ. Le technicien breton a réussi à maintenir les camarades de Brahimi en haut du classement. Mais il ne faut pas s’y tromper, doucement mais surement, la chute s’est amorcée avec une accélération à la fin 2015. Milovan Rajevac, arrivé pour les éliminatoires de la Coupe du Monde n’aura pas fait long feu et n’a pas laissé son empreinte sur le classement (1 victoire, 1 nul). Par la suite c’est Georges Leekens qui, appelé le temps d’une compétition, a précipité la sélection dans sa dégringolade sans parler du novice Lucas Alcaraz. L’Espagnol, après avoir fait illusion avec une victoire face au Togo, n’a pas réussi à inverser la tendance avec deux défaites cuisantes face à la Zambie.

Rabah Madjer a accompagné la chute

La saison des Verts s’est donc terminée sur une cuisante défaite à Lisbonne. Au stade de Luz (qui porte décidément bien son nom), la troupe de Rabah Madjer a perdu 3-0 face au Portugal. La défaite était attendue tant les indicateurs étaient tous au rouge, mais la prestation collective fût catastrophique. La qualité du jeu n’est bien évidemment pas chiffrable et c’est tant mieux. Cette fin de saison semble donc marquer une fin de cycle ou tout du moins un tournant car les Verts ont touché le fond. Lorsqu’il est arrivé à la barre technique, Rabah Madjer a trouvé une équipe malade qui n’avait que 537 points au classement Fifa/Coca-Cola®. Huit mois plus tard, il laissera une équipe avec 474 points (en attendant le classement de juillet qui risque de fortement dévisser). Un point bas jamais atteint ces huit dernières années. Alors oui, Madjer est loin d’être le seul fautif et oui, il n’y a quasiment eu que des matchs amicaux mais les faits sont têtus. Perdre des matchs, même amicaux, ne permet pas d’engranger des points. On est aujourd’hui très loin des 989 points récoltés grâce à une coupe du monde 2014 réussie. A cette époque, l’Algérie était la 15ème nation mondiale et personne n’y trouvait à redire.

La dernière réforme du calcul du nombre de points date de 2006, il avait permis déjà de coller bien plus à la réalité. Le nouveau calcul promis pour septembre 2018 est censée apporter une meilleure fiabilité et permettra surtout de  rendre l’indicateur loin de « potentielles manipulations de classement et offrir à chaque équipe des opportunités équivalentes de grimper au classement ». Dans tous les cas, nouvelle formule ou pas, gagner rapporte des points et c’est ce qu’il faut viser.

Khelifa Samir, la Gazette du Fennec

Ne manquez pas aussi !

USM Alger : Le Franco-Algérien Faouzi Bourenane engagé

L'USM Alger commence d'ores et déjà son recrutement hivernal et ouvre le bal en ...

Sélection A’ : un stage des locaux du 8 au 11 octobre

"Un stage de la sélection nationale des locaux a...

Ligue 1 : Youcef Atal séduit la Côte d’Azur

Malgré sa blessure en août dernier, Youc...

Tanzanie-Algérie (2-2) : les Verts ont frôlé la catastrophe !

Outrageusement dominés en première période face ...

Nabil Bentaleb, un retour aux allures de reconquête !

Nabil Bentaleb est de retour aux affaires. Bless...

Premier League : Mahrez et Leicester proches du titre !

En s’imposant douloureusement 1-0 contre Southam...

Naples : Ghoulam reprendra le travail collectif dans six semaines

Le défenseur algérien de Naples, Faouzi ...

La liste de Belmadi face au Bénin à la loupe

L’automne est déjà présent depuis quelques jours...

Click to Hide Advanced Floating Content