L’orage passé, Gourcuff décide sans surprise de rester

Partira, partira pas ? La question n’a plus lieu d’être posée, même si à l’heure qu’il est Christian Gourcuff s’amuse à entretenir le mystère sur son avenir à la tête des Verts. Un mystère qui ne devrait pas être de longue durée, puisque le sélectionneur national a rendez-vous ce mardi après-midi avec Mohamed Raouraoua, patron de la FAF, pour statuer sur la question. Au regard des derniers événements, on connait déjà l’issue de cette entrevue. Gourcuff va rester, mais sous certaines conditions. En effet le technicien et la FAF ont à cœur de revoir certains aspects de leur collaboration. Décryptage.

En définitive, Christian Gourcuff restera en poste, mais sous certaines conditions. Preuve que la FAF n’était pas totalement satisfaite de la collaboration jusqu’ici. L’avenir de Christian Gourcuff à la tête des Verts est donc scellé. Le coach français continuera bel et bien l’aventure avec l’objectif de qualifier l’EN à la CAN-2017 et le Mondial-2018. Est-ce une surprise ? Rien n’est moins sûr depuis que le Français a démenti en conférence de presse avoir songé à quitter son poste.

Il semblerait que le 7-0 face à la Tanzanie a fait dissiper les tensions et suscité quelques bonnes résolutions, même si cela n’a pas suffit à rendre meilleure ses relations avec Mohamed Raouraoua. Patron engagé et homme de décision incontesté, le président de la Fédération ne rate rien de ce qui se passe au sein du groupe. Certains écrits de presse ont balancé, au lendemain du match face au Lesotho, du désappointement de « Hadj » Raouraoua concernant la gestion de son entraîneur, des révélations qui ont suscité un véritable taulé alors.

Raouraoua veut renforcer le staff et plus de discipline

En effet, Mohamed Raouraoua a posé certaines conditions à son entraîneur en vue d’améliorer leur collaboration à l’avenir. Le patron de la FAF, et ce n’est pas un secret de polichinelle, a demandé à renforcer le staff technique et élargir les prérogatives des adjoints. Il voudrait apparemment impliquer davantage Nabil Neghiz dans la prise de décisions. En outre, il a demandé à mettre en place une discipline de groupe qui sanctionnerait toute incartade tout en faisant fi du nom et du poids du mis en cause.

A la presse française, Christian Gourcuff s’est défendu récemment de ne pas être un trois-quarts d’entraîneur, expliquant que ce qu’on appelle en Algérie une « souplesse » dans la gestion ou une « main molle » -appelez-le comme vous voulez- par une politique de responsabilisation des cadres.

Gourcuff demande à être protégé de l’acharnement médiatique

Par ailleurs, Christian Gourcuff s’est plaint de la « férocité » des médias algériens et a demandé à être protégé davantage. Pour ce faire, il a demandé la nomination d’un nouvel attaché médias qui saura, selon lui, assainir la relation avec les médias pour une meilleure collaboration. Gourcuff parle en connaissance de cause, lui qui a de tout temps entretenu une relation étroite avec les médias français. C’est sans doute ce qui explique le fait qu’il ait mal digéré les attaques de presse algérienne récemment et sa réaction excessive en conférence de presse d’après Algérie-Sénégal (1-0).

Apparemment, Mohamed Raouraoua , qui cherche activement l’oiseau rare, ne compte pas sacrifier celui qui fait office d’attaché de presse à la FAF depuis des années, mais va quand même satisfaire l’exigence de Gourcuff en nommant un autre attaché médias qui travaillera exclusivement avec Gourcuff. En effet ce dernier suspecte que l’entourage immédiat de la FAF soit derrière la campagne féroce dont il a fait l’objet et a douté du bon vouloir de Raouraoua de le garder.

Gourcuff perdait gros « financièrement » s’il démissionnait

Il faut dire que l’attachement de Christian Gourcuff à son poste de sélectionneur d’Algérie n’est pas dicté seulement par l’ambition de jouer une coupe du Monde, à 60 ans, une chance qui ne se représentera pas, peut être, deux fois. Selon nos confrères de Liberté, le Français, payera des indemnités à la FAF dans le cas où il mettait fin, lui même, à son aventure avec les Verts.

En effet, dans le contrat de Gourcuff il est stipulé que chacune des deux parties devra respecter l’accord et toute résiliation unilatérale d’une partie comme de l’autre lui vaudra d’indemniser l’autre. Avec un salaire à hauteur de 65 000 euros par mois, Gourcuff perdrait gros, faut-il le préciser. Du coup, il a décidé de continuer jusqu’à la fin de son contrat d’objectifs et pourra jouir de son salaire « royal » et les autres avantages, tel une résidence à Moretti, l’un des quartiers huppé de la capitale, une voiture avec chauffeur, des billets d’avion pour la France et d’autres primes d’intéressement. Ce ne sont donc pas les sifflets du 5-Juillet qui risqueraient de le déprimer !

La conférence de Gourcuff après Algérie-Tanzanie:

Nabil Boughanem

La Gazette du Fennec

Ne manquez pas aussi !

Tirage au sort CAN 2017 : l’Algérie espère un tirage clément

Habituée aux tirages difficiles avec la CAF, la ...

Mercato : Bentaleb dans le viseur du Milan AC !

Le milieu international algérien de Schalke 04 (...

EN féminine : en stage au CNT depuis dimanche

L’équipe nationale féminine est actuellement en stage au Centre...

Meilleurs athlètes 2015 : Flissi et Ouallal sacrés par l’APS

Le boxeur Mohamed Flissi et la judokate Kaouthar...

Algérie 2-1 Guinée : Une victoire difficile à Blida

Pour la grande première de Lucas Alcaraz...

Premier League : le Boxing Day des Fennecs

C'est bien connu, en Angleterre...

CAN 2019 : la FECAFOOT accuse Ahmad de conspiration contre le Cameroun !

Après avoir subit les critiques du président de ...

TP Mazembe : la délégation arrivera à Alger le 29 octobre

La formation congolaise de TP Mazembe, est attendue le 29 octobre à Alger, en pr...

Ligue 1 Mobilis : Programme de la 16ème journée

Dès demain la ligue 1 Mobilis reprend avec en tête d'affiche le derby USMA - NAH...

L1 – J3 : USMA-DRBT et CRB-MCA en matchs avancés

En raison de leur participation, en fin de semai...