Ce qu’il faut retenir du match face à la Tanzanie (4-1)

Toujours invaincu sous l’ère Madjer, les Verts se sont imposés (4-1) face à la Tanzanie ce jeudi au stade du 5 Juillet. Dans une enceinte pratiquement vide, le sélectionneur a testé un nouveau système de jeu. Voici les points essentiels à retenir de cette première opposition amicale du mois de mars avant la prochaine sortie en Autriche pour affronter l’Iran.

Les limites du 3-4-3 de Madjer

A l’occasion de la joute amicale face à la Tanzanie ce jeudi, Madjer a tenté de révolutionner l’équipe en adoptant un 3-4-3 étonnant. Offensivement, cette nouvelle tactique a plutôt portée ses fruits puisque les Fennecs ont réussit à mettre 4 buts, contrairement à la défense qui a montré quelques limites. Évoluant sans de vrais arrières latéraux, l’arrière garde de l’Algérie a été prise de vitesse à quelques reprises par les attaquants adverses qui ont trompé  la vigilance de Chaouchi, en première mi-temps, sur coup de pied arrêté. Face à un adversaire plus dangereux la défense aurait sans doute pris l’eau.

Bounedjah gagne des points, Ferhat aussi

Étincelant depuis son retour de blessure avec son club d’Al Saad, Baghdad Bounedjah a démontré à son coach qu’il pouvait compter sur ses services. Souvent critiqué pour son rendement poussif avec les Verts où il n’a jamais véritablement eu sa chance, l’ancien de l’USMH a répondu à ses détracteurs par un doublé. Il a été comme un poison pour la défense adverse, mettant en difficulté cette dernière à plusieurs reprises inscrivant même deux buts d’attaquant racé. Bounedjah a su profité du forfait de Slimani pour confirmer ses qualités. À l’avenir, le choix de l’attaquant de pointe mettra le sélectionneur dans une situation embarrassante. Dans un autre registre Zinédine Ferhat a également marqué des points dans son rôle de piston. S’il a trop souvent multiplié les incursions sur son couloir droit, obligeant Mahrez à « dézonner » davantage dans l’axe, le Havrais a fait preuve d’une belle débauche d’énergie.

Le maigre public n’a pas été tendre avec Madjer

Certainement déçu par l’échec des qualifications pour le mondial russe, les supporters algériens ne se sont pas déplacés en masse au stade pour soutenir les coéquipiers de Riyad Mahrez. Pire encore, les quelques spectateurs présent au stade du 5 juillet se sont acharnés sur le sélectionneur tout au long de la rencontre, et ce malgré la large victoire. Alors que dans un passé récent, les chants des Verts ne quittaient pas les gradins, la rencontre d’hier a été marquée par les sifflets du début à la fin du match surtout lorsque Rabah Madjer apparaissait sur l’écran géant du stade. Cela prouve que l’EN est tombée très bas, surtout quand on connait l’amour que portent les Algériens pour leur sélection. A la fin du match, l’adjoint Djamel Menad a même appelé les supporters à faire preuve de nationalisme pour encourager l’EN et son staff technique 100% algérien.

L’intérêt de jouer face à une équipe faible

Pendant que nos voisins (il est vrai qualifiés pour le Mondial) programment des matchs amicaux face à des adversaires de tailles tels que le Costa Rica ou encore la Serbie, le staff de l’EN a décidé d’opter pour la Tanzanie. Une équipe modeste se trouvant au 146ème rang du classement FIFA. Peut être qu’en choisissant une faible opposition, l’Algérie avait plus de chance de gagner et avoir le moral au beau fixe, sauf que pour tester une équipe qui renferme en son sein des joueurs de classe mondiale à l’image de Mahrez et Bentaleb, il faudrait se confronter à des sélections plus joueuses. Après la Centrafrique en novembre (3-0) la question de l’utilité de programmer ce genre de rencontres pauvres en enseignements refait surface d’autant que la motivation des joueurs s’en ressent. Madjer devra forcément revoir sa copie.

Le divorce avec la presse est consommé

Au terme du match de ce jeudi, Madjer a refusé encore une fois de s’adresser aux journalistes présents dans les travées du stade du 5 Juillet. Ces derniers avaient pourtant beaucoup de questions à lui poser sans aucune animosité. Malgré la large victoire enregistrée, l’ex-entraineur d’Al Wakrah a préféré rentrer directement aux vestiaires ignorant royalement la zone mixte. Est-ce un divorce définitif de Rabah Madjer avec la presse algérienne auquel on assiste aujourd’hui ? Une chose est sûre, en optant pour le boycott, Madjer se met à dos toute la presse algérienne et ne fait aucun effort pour améliorer l’ambiance maussade autours de la sélection nationale. Espérons que le prochain match face à l’Iran apporte davantage d’enseignements positifs.

Lyes Medjekdoud, La Gazette du Fennec

Ne manquez pas aussi !

Moreirense : Débuts officiels de Belkaroui

Le défenseur international algérien Hich...

DTN : Eclaboussé par l’affaire « Horr », Tikanouine démissionne

Le poste de DTN est de nouveau vacant. Le très c...

FC Porto : Brahimi incertain face à l’Uniao Madeira

L'international algérien, Yacine Brahimi, qui a ...

Makhloufi renonce aux Mondiaux 2017 de Londres !

Cinq années après son sacre olympique sur 1500m ...

Mercato : Adam Ounas a été observé par Manchester United

Titulaire face au PSG hier soir au stade des Lum...

FC Nantes : Ranieri pour sauver le soldat Slimani

A la recherche d’un renfort ...

Stade rennais : M’Bolhi ne sera pas le gardien n°1

Interrogé par la presse locale sur le recrutemen...

U21 : Boualem Charef convoque 28 joueurs en stage

Boualem Charef, Directeur des É...

Résultats Foot #16 : Brahimi respire, Soudani plane !

Des buts et des passes décisives à gogo pour...

Quel capitaine pour les Verts durant la CAN 2017 ?

En l'absence de Carl Medjani et...

Boxe : retour gagnant pour la tornade Djamel Dahou

De retour sur les rings au Mexique après deux an...

Carlos Queiroz est sur le marché !

Le technicien portugais Carlos Queiroz (63 ans) ...