EN : La réconciliation, seule issue possible

Qu’il est difficile de parler football au lendemain de la tragédie nationale. Difficile car les cœurs sont lourds et la main tremblante. Face à ce malheur, le football semble tellement insignifiant et toute querelle en décalage complet. Certains nous trouveront futiles, d’autres maladroits. En plein deuil national, il s’agit d’essayer, toute proportion gardée, d’appeler à une nécessaire réconciliation.

Avec les 257 familles endeuillées, et sans que personne ne puisse mesurer leurs douleurs, c’est toute l’Algérie qui a mal. Elle est touchée au cœur de son socle, au cœur de son rempart. Notre Armée Nationale est Populaire car elle ne fait pas de différence, entre les riches, les pauvres, ceux de l’Est, du Nord, de l’Ouest ou du Sud. Elle est populaire car elle représente l’unique repère qui ne souffre d’aucune illégitimité. Elle a en son sein une jeunesse aimée qui plait au plus grand nombre. L’ANP est à préserver, mais sans aucun doute, elle se relèvera.

Le football est incontestablement populaire

Le sport roi, même si aucune comparaison n’est possible, est aussi populaire. Mais l’esprit clubiste marque les différences et divise. Il est malsain. Notre championnat gagnerait tellement à se débarrasser de cette passion excessive qui pousse à s’éloigner de la raison. Les images inouïes vues ce vendredi lors de JSK-MCA à Constantine en sont encore les preuves. L’Équipe Nationale, elle, lorsqu’elle gagne, lorsqu’elle se bat, elle arrive à déchainer les passions positives, réconciliatrices. A l’automne 2009, au Caire, l’Algérie avait perdu un match mais l’Algérie avait vaincu ! Un groupe de pros-locaux, jeunes, vieux, de l’Est, de l’Ouest avait dignement fait face à la bêtise et l’injustice. Elle avait réussi à unir un peuple qui n’en demandait pas tant. L’EN est à préserver.

retour alger CM 2014-algerie-les-fennecs-accueillis-en-heros

Maintenant que la trêve internationale est passée et que le temps est au bilan, il serait judicieux de se poser en réconciliateur. Le sélectionneur national, Rabah Madjer demande de la confiance et de la sérénité. Chiche !

Madjer est à la tête de la sélection (en compagnie d’Ighil et de Menad) depuis l’automne dernier. Quatre matchs plus tard (on parle ici des A) le bilan est contestable. Deux victoires (Centrafrique et Tanzanie) un nul (Nigéria, victoire sur tapis vert) et enfin une défaite (Iran) sont les résultats du staff actuel. Au-delà, c’est la manière dans le jeu et la gestion du groupe qui n’incitent pas à l’optimisme. Mais peut-on parler de bilan, après seulement quatre matchs ? Certainement pas ! Il est par contre bien difficile de pointer le positif tant le négatif et le brouhaha empêchent d’y croire. Madjer ne veut parler à la presse que dans un cadre précis, mais là aussi, il arrive à susciter de l’étonnement tant sa sortie à l’ENTV fût hallucinante dans la forme.

Après M’Bolhi et Feghouli c’est au tour de Taïder

Comment dans le même entretien peut-il demander de la patience (« Faites-moi confiance ») et se perdre dans une justification si maladroite de son choix d’écarter Saphir Taïder. Ce dernier « frustré de ne pouvoir jouer face à l’Iran » avait décidé de quitter discrètement et maladroitement le banc des remplaçants avant la fin du match. Rien ne justifie ce geste et Taïder le reconnait en présentant ses excuses à tous ceux qu’il aurait pu offenser.

Mais Taïder n’est pas un cas isolé ! Tout le monde a bien vu que la star de Premiere League avait aussi montré son agacement lors de sa sortie face à l’Iran. Riyad Mahrez, mécontent de sortir, n’avait pas vraiment envie de serrer la main tendue de son manager. Sans parler de Chaouchi, un habitué, qui dégoupille en plein match de championnat ! On est très loin de l’exemplarité nécessaire, espérée.

Tristes images qui alimentent les ennemies de l’Équipe Nationale. Ces derniers existent mais inutile de les chercher, car cela n’apportera rien au jeu ou à la bonne gestion du groupe. Rabah Madjer, son staff et la fédération devraient concentrer leurs efforts pour effacer le tableau et reprendre à zéro. Cela passe par une vraie réconciliation avec les cadres qui ont tant apportés. Là encore, il n’est pas question d’assurer une place de titulaire à qui que ce soit, mais la famille EN doit se rassembler, se parler, sans exclusive. La réconciliation a du bon et peut permettre de repartir de l’avant.

Alors au nom de tous les amoureux de notre Algérie, de notre EN, réconciliez-vous, c’est la seule issue possible !

Khelifa, Samir, La Gazette du Fennec

Ne manquez pas aussi !

Mourad Boudjellal confirme son intention d’aider le rugby algérien !

L'emblématique Président du RC Toulon, club trip...

Zetchi : réserves financières, rationalisation et devises

Samedi dernier, Kheireddine Zetchi...

EN : la liste des 23 face au Cameroun enfin dévoilée !

Attendue depuis plusieurs jours la liste des 23 ...

Coupe de la CAF – 16ème bis : l’USMA et le CRB gardent leurs chances

En dépit de sa défaite, ce samedi au stade Agege...

UNAF U15 : le titre de champion revient à la Libye

La rencontre ayant  opposé l’Algérie...

Allemagne : Bentaleb nominé pour le titre de Rookie Award

Nominé parmi les jeunes recrues qui ont le plus impressionné depuis leur arrivée...

Ligue 1: Les résultats des algériens

A l'occasion de la dix-huitième journée de Ligue...

Mahrez : Arsenal et Man Utd ouvrent le portefeuille

Notre joueur brille en Premier League avec 13 bu...

L’Academica Coimbra tente le pari Aoucheria

L'Academica Coimbra s'est offert les services d'...

Mercato : Belkalem retourne à la JSK

Cinq ans après sa première e...

Alcaraz vise la victoire et une révolution tactique

Sur un siège éjectable, le sélectionneur de l'Al...