Kerbadj : « Je suis convaincu que Zetchi peut faire beaucoup de choses »

Interrogé par nos confrères de Liberté, le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, homme de base du système Raouraoua, a expliqué qu’il était prêt à continuer sa mission à la tête de l’instance qui gère, tant bien que mal, le championnat algérien.

« Je  tiens à féliciter pour cette élection mon ami Zetchi avec lequel j’entretiens de très bonnes relations depuis longtemps« , a commenté Kerbadj dans les colonnes du quotidien Liberté avant de lui dresser des louanges. « Il n’était pas un président de club comme les autres, qui viennent tout le temps mettre la pression sur les structures de la LFP, il sait comment transmettre ses doléances à nos structures. Lors de mon premier mandat à la LFP, son club était représenté au conseil d’administration par le biais de M. Ali Lafri. Dès que le PAC a rétrogradé en amateur, il a quitté le CA de la LFP« .

« Je suis convaincu que Zetchi peut faire beaucoup de choses, pour la simple raison que c’est un type qui vient du milieu et qui connaît tous les problèmes de notre football.  Il ne va pas tourner en rond pour s’attaquer aux maux, il va directement à la racine pour l’endiguer. En plus lorsque tu as à affaire à un professionnel qui connaît son métier, tu ne crains rien de son côté. J’espère qu’il réussira dans sa nouvelle mission, je sais qu’il a beaucoup de chantiers qui l’attendent. Le fait de prôner le rassemblement de la famille footballistique est une bonne chose pour lui » a poursuivi l’ancien président du CRB qui n’entend pas se retirer de la gestion des affaires du championnat algérien et qui a ainsi répondu à la question de son avenir.

« Pourquoi serais-je menacé, je suis un élu à la LFP, je jouis de la confiance de tous les membres ainsi que des présidents de club. Je ne me sens aucunement menacé dans mon poste de président de LFP. Raouraoua est mon ami de longue date, et il le restera, il n’y a aucun problème là-dessus. Dans ce monde, il faut que les gens sachent faire la différence entre les relations d’amitié et celles de travail. Je peux ne pas m’entendre avec toi sur le plan professionnel, mais je garde toujours mon amitié avec toi . Je continuerai à assumer mes fonctions de président de LFP jusqu’au bout. Les deux hommes sont mes amis, je sais faire la différence. Je n’ai pas été son concurrent aux élections de la FAF, je n’étais concerné ni de près ni de loin à ces élections, je ne figurais sur aucune liste de candidats de la FAF, ceux qui disent le contraire, sont en train de mentir aux gens. Je l’ai d’ailleurs révélé à travers les colonnes de Liberté bien avant les élections que la FAF ne m’intéresse pas, je ne suis pas une girouette, mes positions sont connues et ne changeront pas« .

Yassine B, LGDF

Ne manquez pas aussi !

Belmadi explique ses choix et relance la concurrence

Interrogé par nos confrères de ...

Belmadi : "J'assume la responsabilité de cette défaite"

Interrogé par nos confrères de ...

BEN-ALG : La FAF exige une sécurité maximale

Interrogé par nos confrères de ...

Les Verts ont effectué une petite balade à Cotonou

Interrogé par nos confrères de ...

Algérie – Bénin : La philosophie Belmadi

Interrogé par nos confrères de ...

Algérie - Bénin : L'âme et la manière

Interrogé par nos confrères de ...

Click to Hide Advanced Floating Content