Mercato : Mesloub s’engage avec le RC Lens jusqu’en 2020

Le site officiel du RC Lens (Ligue 2) a annoncé l’arrivée de l’international algérien Walid Mesloub (32 ans) qui s’est engagé pour deux saisons et demi. Un renfort judicieux pour les Sang et Or et une belle opportunité pour le récent invité de « C’est vous l’Expert » qui ne compte pas raccrocher les crampons.

Le milieu de terrain algérien Walid Mesloub a trouvé un nouveau point de chute du côté du RC Lens où il a été présenté officiellement ce samedi. Désireux de retrouver l’élite, le club lensois est à la peine depuis plusieurs saisons où il se contente de jouer le maintien. Actuellement 16ème au classement le club nordiste visera encore une fois le maintien à ce niveau mais ambitionne de se restructurer pour retrouver sa place dans l’élite du football français. Gageons que le recrutement du milieu de terrain algérien permettra de bonifier le jeu des Lensois qui ont été battu cette semaine par le FC Orléans de Karim Ziani.

Premières impressions de Mesloub :

Les discussions

« A Lorient, on a vécu une saison difficile l’année dernière. Un nouveau staff est arrivé avec lequel j’ai discuté. On a mis les choses à plat et on n’avait peut-être pas la même vision. On a ainsi décidé de se séparer à l’amiable et dans de bonnes conditions.

Eric Roy m’a contacté pour connaître ma situation, à savoir que j’étais en train de résilier mon contrat. On a parlé d’une éventuelle arrivée au Racing pour un projet bien précis. J’ai pris le temps de réfléchir et on a trouvé un accord. Je suis très heureux de signer au RC Lens !

J’ai joué plusieurs fois contre le Racing en Domino’s Ligue 2 et même en Ligue 1. C’étaient de beaux matchs. J’en garde un très bon souvenir. Le RC Lens est un club mythique et historique. Je suis arrivé il y a quelques jours pour sentir un peu la saveur du terrain et l’engouement qu’il y a autour du club. Hier, j’ai assisté au match des tribunes. J’avais envie de voir et vivre tout cela. J’ai rapidement été sous le charme. Ça m’a donné envie d’être sur les terrains et d’aider mes futurs équipiers. »

L’équipe lensoise

« Très sincèrement, les joueurs m’ont vraiment bien accueilli dès le premier jour. On s’est vite chambré. J’ai tout de suite senti qu’ils étaient contents de me voir et d’éventuellement jouer avec eux. Ça a aussi pesé dans la balance. C’est important pour moi de ressentir un groupe qui vit bien où règne une bonne ambiance. Ça m’a conforté dans mon choix. »

Le stade Bollaert-Delelis

« C’est juste exceptionnel ! Tout le monde parle de ce stade et de ses supporters. On sait que Bollaert-Delelis, c’est unique. Surtout quand je vois l’affluence d’hier. En Domino’s Ligue 2, contre Orléans, sans lui faire offense, un match qui n’a pas forcément une grande saveur en termes d’affiche… Et il y avait plus de 20 000 spectateurs avec un public qui a poussé tout le match ! J’avais des frissons. Ça donne envie de tout donner pour eux ! »

La saison des Sang et Or

« L’équipe a débuté avec un gros handicap avec un enchaînement de 7 défaites. C’est sûrement dû au fait d’être passé si proche de la montée la saison dernière. Je pense qu’il y a eu quelques séquelles et c’est pour cela que le début de la saison a été un peu poussif. Depuis un moment, je trouve que l’équipe est bien revenue et a montré de belles choses. J’espère que ça ira de mieux en mieux pour la suite. »

Le joueur

« Je joue milieu de terrain, assez polyvalent. J’aime bien être au cœur du jeu pour faire vivre l’équipe et surtout proposer du jeu à mes équipiers. J’ai 32 ans et certains penseront que je viens passer des vacances au RC Lens. Ce n’est pas du tout le cas sinon j’aurais choisi une autre destination en termes de climat [Ndlr, rires]. Je viens pour apporter mon expérience, ma façon de jouer, ma vision du jeu. Il y a de bons jeunes en devenir et j’aimerais les épauler. Ajoutez à cela l’engouement qu’il y a au stade Bollaert-Delelis, ça me donne fortement envie de relever le challenge ! »

L’homme

« Je suis quelqu’un de très simple. J’aime passer du temps à la maison avec ma famille. Avant de jouer au football j’ai travaillé. J’ai été facteur, chauffeur-livreur, j’ai travaillé dans une chaine de restaurant… j’ai enchaîné plein de petits métiers. Je ne m’en cache pas et j’en suis fier. Je sais les sacrifices et ce que j’ai enduré pour en arriver là. C’est une chance d’être ici aujourd’hui. J’en ai vraiment conscience car je sais ce que c’est de travailler et de gagner en France un autre salaire que celui de footballeur. La vie n’est pas facile pour tout le monde. Je respecte énormément le football et tout ce qu’il peut offrir. Mais surtout, je n’oublie pas d’où je viens. Je suis très bien entouré pour cela. J’ai les pieds sur terre et je ne me prends pas pour ce que je ne suis pas. »

Propos recueillis par Leïla Talbi

pour le site officiel du club lensois

Click to Hide Advanced Floating Content