Urgent : M’Bolhi blessé et forfait pour la Zambie ?

Il aura longtemps attendu pour garder la cage du Stade rennais en match officiel. Raïs M’bolhi a vécu une première titularisation compliquée avec le club breton. Une défaite 3 buts à 2 face au Toulouse FC à l’occasion de la 4ème journée de la Ligue 1 française. S’il est allé chercher 3 fois le ballon au fond de ses filets (avec 2 penaltys encaissés), le portier des Fennecs est sorti des vestiaires avec un bandage sur la cuisse. Inquiétant.

On s’était réjoui en apprenant sa titularisation, on pourrait vite la regretter. Les 90 minutes face aux Toulousains pourraient finalement coûter cher à Raïs M’Bolhi et l’Équipe nationale. Une blessure dont la nature et la gravité devraient être connues dans les prochaines heures, qui pourraient compromettre sa présence face à la Zambie les 2 et 5 septembre prochains. Une double confrontation capitale comptant pour les éliminatoires du Mondial 2018 en Russie que l’EN pourrait ainsi disputer sans l’un de ses atouts maîtres. On croise les doigts pour que le dernier rempart soit d’aplomb pour ce rendez-vous vital.

A noter que pour sa première titularisation, M’Bolhi a été crédité d’une prestation correcte malgré les 3 buts encaissés dont 2 penaltys où il a été pris à contre-pied. L’entraineur de Stade rennais, Christian Gourcuff, a salué la performance du portier algérien qu’il ne considère absolument pas comme fautif dans cette rencontre où Ramy Bensebaini a de son coté concédé le premier penalty du match.

M’Bolhi héritier de la légende Ibrir

En attente des nouvelles concernant l’état de santé de Raïs M’Bolhi, notons que l’international algérien (52 sélections) a battu un record en Ligue 1 française. Il devient le premier portier de nationalité algérienne à garder les buts d’une formation de Ligue 1 depuis l’indépendance. Même si Opta Sport note qu’il s’agit d’une première depuis 40 ans, selon nos informations M’Bolhi succède plutôt à la légende Abderrahmane Ibrir, l’ex-portier mythique de l’Équipe de France puis la grande Équipe du FLN dans les années 50 qui a joué à Bordeaux, Toulouse FC puis l’Olympique de Marseille dans les années 50′. Notons enfin que Henri Stambouli (né à Oran) a évolué à Marseille puis l’AS Monaco dans les années 80′, mais n’a jamais porté les couleurs algériennes même s’il était pressenti pour la Coupe du Monde 82. Pour être plus complet, Mohamed Benhamou, dans les années 2000, n’a jamais joué en pro ni figuré sur un banc de Ligue 1 avec le Paris SG où il était 3ème gardien.

M. Touileb, LGDF

Click to Hide Advanced Floating Content