Carl Medjani : « Zetchi manque d’expérience, il a besoin de temps pour apprendre »

Le néo-retraité Carl Medjani est un homme parfaitement lucide sur la situation de l’Équipe nationale qu’il a côtoyé durant ces 7 dernières années. Invité à s’exprimer en toute franchise lors de notre dernière émission « C’est vous l’Expert« , le défenseur de Sivassport a donné son avis sur le mode de gestion de Zetchi par rapport à son prédécesseur Raouraoua. Refusant également de comparer Alcaraz à un Rajevac Bis, le défenseur de 32 ans n’est pas du genre à tirer sur l’ambulance. Pour lui on ne peut pas les juger sans occulter le facteur temps.

« Alcaraz, c’est un vrai bosseur, il n’a rien à voir avec Rajevac ou le violoncelliste Leekens »

Invité à comparer le technicien espagnol Lucas Alcaraz à son prédécesseur serbe Milovan Rajevac, Carl Medjani a tenu des propos lucides sur le mode de gestion des différents coachs étrangers passés sur le banc des Verts.  « Alcaraz nous a prouvé qu’il était venu en sélection avec un projet clair. Des intentions et des idées très précises. Un schéma tactique, des consignes offensives, défensives. Moi la seule chose que je vois c’est que c’est un bosseur il connaissait tout de chaque joueur« . Expliquant les raisons de l’échec de Rajevac, Medjani s’est également longtemps attardé sur le passage chaotique du Belge Georges Leekens. « Moi si je lui en veut c’est pour nous avoir baratiné et de continuer à le faire dans ses déclarations« . Remonté contre le (co-)responsable de sa mise à l’écart de la CAN 2017, le défenseur aux 56 sélections ne passera certainement pas ses vacances avec un coach qu’il considère comme une arnaque. « J’ai eu une explication en bois par Leekens. Mais cela ne m’a pas du tout convaincu. A partir du moment où il était là pour me jouer du violoncelle j’ai même pas essayé de discuter avec lui. Je l’ai écouté et je lui ai souhaité bon courage, merci et au revoir« .

« Un joueur qui débarque en sélection doit prouver en club d’abord »

Interrogé sur l’arrivée de nouveaux joueurs en sélection à l’occasion de la prochaine sortie face au Cameroun l’ancien défenseur d’Ajaccio et Monaco se veut prudent. « Il faut voir dans les mois à venir si la FAF va continuer à injecter du sang neuf et s’il elle continuer d’écarter certains joueurs comme c’est le cas aujourd’hui. Ramener des joueurs pour ramener des joueurs je suis pas forcément pour. Quand on ramène des joueurs en sélection, j’estime qu’il faut que ça soit un joueur qui a déjà prouvé en club, un joueur qui soit capable d’apporter quelque chose de mieux que celui qui est déjà en place. On doit raisonner en terme de groupe. En terme d’échéance à court, moyen et long terme. Tout en pensant qu’on a des devoirs de victoire et de réussite. Ça veut dire qu’aujourd’hui écarter 4/5 joueurs pour ramener 4/5 jeunes qui ont 20 ou 30 matchs dans leur club et qui ne vont pas amener un plus, ça ne sert à rien. Ramener des joueurs comme cela a été fait Saadane à notre époque pour la Coupe du Monde 2010 quand nous on est arrivé et que d’autres ont été malheureusement exclus. Sur les 7 joueurs qu’il amène il y en 6 qui ont fait carrière en équipe nationale, des joueurs qui ont pris part à des CAN, à des Coupes du Monde et qui ont tous apporter à leur niveau à l’équipe nationale. Si la FAF est dans cette démarche comme quand Vahid va chercher Mahrez, Feghouli ou Brahimi je suis d’accord maintenant si c’est pour ramener deux trois joueurs pour qu’ils aient 2/3 sélections et qu’on les revoit plus, je dis que ça sert à rien« .

« Oui, les joueurs qui n’ont pas le rendement escompté doivent être remplacés »

Pas véritablement choqué par les mises à l’écart de certains joueurs cadres, le néo-retraité des Verts reconnait qu’un électrochoc semble quelque part justifié par la FAF ou le staff technique. « Les joueurs qui n’ont pas le rendement escompté doivent être remplacés que ça soit sur le banc de touche ou par une non convocation. C’est une décision qui doit être prise par l’entraineur. Je n’ai pas à soutenir ou commenter les décisions de Zetchi. Enfin d’après lui c’est l’entraineur qui a fait ces choix là. Mais ça m’étonnerait que ça soit des choix qui perdurent dans l’avenir. Aujourd’hui je ne pense pas qu’on ne reverra plus Islam, Riyad, Faouzi et Nabil, ça j’en suis persuadé. Ça doit les remuer intérieurement mais j’espère qu’ils auront le comportement adéquat sur le terrain pour montrer au sélectionneur, à la FAF et aux amoureux de l’EN qu’on ne peut pas se passer d’eux car ce sont des joueurs importants« .

« M’Bolhi a eu raison. Il y a des vérités à dire. Il faut arrêter de mentir aux supporters »

Parfaitement solidaire du capitaine M’Bolhi, après ses déclarations chocs en conférence de presse après la Zambie, Medjani a apprécié le discours de vérité qu’il a lui-même déjà tenu dans le passé. « Pour revenir sur les déclarations de M’Bolhi, il ne faut pas se plaindre quand des joueurs disent des vérités. Quand on fait de la langue de bois, personne n’est content et quand on dit les vérités tout le monde est choqué. Là, personne ne devrait être choqué et surtout pas les joueurs parce que ce qu’il a dit en conférence de presse il l’avait dit aux 23 les yeux dans les yeux 10 minutes avant dans le vestiaire. Il y a des vérités à dire. Il faut arrêter de mentir aux supporters et faire miroiter tout et n’importe quoi. L’EN est dans cette situation là parce que de nombreuses erreurs ont été faites depuis plusieurs mois. La sélection peut avoir un grand avenir si les joueurs se disent les vérités en face et si la fédération et le coach ont un projet et une ligne directrice auxquelles ils ne vont pas déroger« .

« Raouraoua avait de l’expérience. C’est une chose qui ne s’achète pas. Zetchi a besoin de temps pour apprendre et gagner cette expérience. Il est trop tôt pour le juger ! »

Après avoir connu la gestion de l’expérimenté Raouraoua (15 ans à la FAF) et celle du débutant Zetchi (à peine 6 mois), le défenseur Medjani a bien voulu évoqué les deux hommes sans toutefois oser la comparaison encore impossible entre ces deux gestionnaires. « Il n’y a pas de comparatif à faire. C’est trop tôt pour juger le rendement de M. Zetchi. Pour avoir discuter avec lui, c’est quelqu’un qui a de très bonnes idées, c’est quelqu’un qui sait où il veut aller. La seule chose qui lui faut maintenant c’est du temps. Malheureusement, nous Algériens, on donne pas trop de temps aux gens pour s’exprimer et faire leurs preuves. Une chose qui ne s’achète pas et qu’avait M. Raouraoua, puisqu’il a été un acteur majeur du football en Algérie, en Afrique et sur le plan international pendant de longues années, c’est l’expérience. M. Zetchi a l’expérience du Paradou. Il a son expérience professionnelle et privé, et c’est quelqu’un qui a réussi dans sa vie privé. Concernant son expérience à la Fédération, Zetchi est comme un jeune joueur qui arrive, il a besoin d’apprendre, de connaître les rouages et de prendre de l’expérience année après année. On ne peut pas juger son travail ou celui d’Alcaraz sur 4 matchs ou 6 mois de travail c’est impossible« .

Ne manquez pas aussi !

Sélection A’ : 26 joueurs convoqués pour un stage de 3 jours

Le sélectionneur national M. Georges Lee...

Shalke04 : Fracture du nez pour Bentaleb !

Contraint de céder sa place 20 minutes après son...

CAF – 1/8 de finale-bis : MO Béjaia-ES Tunis le 7 mai

Le match entre le MO Béjaia et l'Espérance de Tu...

Premier League : Le carton de Feghouli annulé par la FA

La FA a annulé le carton rouge écopé par Sofiane...

LDC : Programme des 8es de finale retour

Les deux clubs algériens engagés en Ligue de...

CAF (1/2 finale-aller):  Aguerd (FUS de Rabat) suspendu contre le MO Béjaia

Après avoir écopé de deux avertissements lors de...

Futsal – CAN 2016 : l’Algérie encore et toujours absente !

La Coupe d'Afrique des Nations 2016 de football ...

U23: entrainement sans Darfalou pour les Algériens

L’équipe nationale olympique continue sa prépara...