Mehdi Tahrat : « J’ai la chance de jouer pour mon pays et c’est une grande fierté »

Mehdi Tahrat, défenseur du Racing Club de Lens et des Verts, était ce lundi notre invité dans l’émission hebdomadaire « C’est vous l’expert ». Très à l’aise face aux questions de nos chroniqueurs, le solide défenseur central de 28 ans s’est exprimé avec une belle franchise. Retour sur quelques unes de ses déclarations marquantes.

L’émission complète :

Sur sa situation en club et ses progrès récents :

Je n’ai pas pu m’exprimer comme je le souhaitais la saison dernière à Valenciennes. Le projet du RC Lens m’a séduit et m’a remotivé. Je me suis préparé mentalement pour faire une bonne saison mais rien ne vaut l’enchaînement des matchs pour être réellement affuté. La deuxième partie de saison à Valenciennes m’avait permis d’enchaîner, justement, et je poursuis à Lens cette saison.

Sur son avenir :

“J’ai 28 ans. Lorsque je fais le bilan de ma carrière, je me dis qu’une montée en Ligue 1 avec le RC Lens serait historique. Je ne suis pas revanchard pour autant, je me projette sur l’avenir incha’Allah, ce n’est pas l’heure des bilans. Le RC Lens est un grand club français. Ils ont l’ambition de retrouver la Ligue 1, ça correspond à mon envie de joueur. Un départ au mercato hivernal n’est clairement pas d’actualité.”

Sur ses débuts en Équipe Nationale en 2016

Je rêvais de participer à l’équipe qui représente mon pays. Quand je suis arrivé, Christian Gourcuff était sélectionneur et ce n’était alors que ma première saison en professionnel. “

“Je suis nouveau. Je suis conscient de la chance que j’ai de jouer pour mon pays, de rendre fier mes amis et mes parents. Ma relation avec l’Algérie? On a un lien indéfectible, spécial, qui ne s’explique pas. Mes deux parents ont grandi en Algérie, ma famille y vit. Je suis personnellement de la région de Bejaïa, je ne nierai jamais que je suis algérien.”

Sur son placement en tant que défenseur central :

Je jouais milieu défensif en 2016 mais une fois arrivé en sélection on m’a replacé défenseur central. J’avais déjà quelques repères à ce poste pour l’avoir déjà occupé. Le poste de milieu défensif est un poste que je connais mais mon poste de prédilection reste celui de défenseur central. Si le coach a besoin de moi en tant que 6, je ne refuserai pas mais, malgré tout, je ne suis pas autant à l’aise qu’en défense centrale.”

Sur sa bonne relation avec Djamel Belmadi :

“Je suis devenu un joueur plus aguerri mais le coach Belmadi me permet d’évoluer dans les meilleures conditions. Être prêt physiquement et bénéficier de la confiance de l’entraîneur, c’est ce qu’il y a de mieux pour un joueur.

“J’apprécie la manière de manager de Djamel Belmadi. Elle n’est pas trop ou pas assez rigide, ça dépend de ce dont les joueurs ont besoin, certains préférant un coach qui les câline, d’autres un entraîneur qui les mène à la baguette.”

Sur la concurrence en défense et le schéma à adopter :

Il n’y a pas de concurrence entre Aissa Mandi et moi. Le coach fait ses choix, sur les joueurs et sur leur positionnement. Je n’ai pas la prétention de préférer jouer avec un tel ou un tel en défense. Une défense à 3 ? Ça pourrait se tenter mais c’est au coach de décider. S’il existait une solution concrète qui nous permettrait de gagner tous les matchs, je pense qu’elle serait appliquée ! (rires).”

Sur le jeu en Afrique :

“Jouer au Gambie? Par rapport à l’Europe, les terrains sont évidemment différents mais ce n’est pas une excuse parce que si c’est un problème pour vous, c’est aussi un problème pour l’adversaire. Pour la pression par contre, si on en ressent pas un minimum avant de jouer, c’est qu’on se fiche du match.”

Sur la réussite mitigée des algériens locaux en Europe :

“Le dépaysement entraîne forcément un temps d’acclimatation. Le tout est de savoir la capacité qu’aura le joueur à s’adapter à son nouvel environnement. Rami Bensebaïni, par exemple, a réussi à bien s’intégrer à Rennes. Pour Belaïli, c’est différent. Il a un bagage technique impressionnant mais je pense que son profil n’était pas adapté aux attentes du coach et du style de jeu d’un club comme Angers. Un échec s’explique par de nombreux facteurs.”

Le passage de Mehdi Tahrat :

Walid Passas, La Gazette du Fennec

Propos recueillis lors de l’émission « C’est vous l’Expert »


à VOIR aussi
Le CSC reçoit le TP Mazembe, la JSS face au Ahly !

Le CSC reçoit le TP Mazembe, la JSS face au Ahly !

MCA-CRB, le derby des objectifs diamétralement opposés

MCA-CRB, le derby des objectifs diamétralement opposés

Youcef Atal perfore la défense monégasque et amène un pénalty

Youcef Atal perfore la défense monégasque et amène un pénalty

Espace publicitaire
Ne manquez pas aussi !

Lekhal, Aouar, Belkebla … quel renfort au milieu défensif ?

En prévision de la prochaine confrontation face ...

Jeux de la solidarité islamique : Les Verts se sont envolés pour l’Azerbaïdjan

La sélection olympique algérienne de football di...

Dans le rouge, les Verts devront désormais réagir !

Dimanche dernier au stade Tchaker de Blida, ...

Mercato : Le Dinamo Moscou lorgne sur Hanni !

A la peine en championnat le club russe du Dinam...

MCA : le coach égyptien Hassan Shehata attendu à Alger

Le MC Alger est en passe de réa...

Algérie-Ethiopie : les 4 chantiers de Gourcuff

L'échéance la plus attendue après la sortie du  ...

Mercato : West Brom ne lâche pas Slimani !

A la recherche d’un attaquant, West Brom...

Russie 2018 – Zone Afrique : les 20 qualifiés pour les poules

Un deuxième tour pleins de rebondissements mais ...

Mercato : Ça brûle pour Mesloub au RC Lens !

Selon l'Équipe, l'international algérien Walid M...

Click to Hide Advanced Floating Content