Saïd Benrahma : « L’Algérie, j’ai ma vie là-bas ! »

Prêté par l’OGC Nice au club de Châteauroux en Ligue 2 française, le milieu offensif Saïd Benrahma réalise une très belle saison avec 4 buts en 17 matchs. De l’avis de nombreux observateurs, le natif de Aïn Temouchent a incontestablement le talent pour percer au plus haut niveau. L’international algérien est en train de gagner en expérience et maturité avec la Berrichonne après avoir été lancé très (trop ?) jeune en Ligue 1 française où il a inscrit quelques buts spectaculaire. Invité de « C’est vous l’Expert » Benrahma a fait le point avec nous sur sa carrière professionnelle et ses ambitions avec l’Algérie !

Saïd Benrahma, très détendu et souriant, était l’invité de notre émission hebdomadaire «C’est vous l’Expert» ce lundi. Fataliste suite à la non-qualification de l’Algérie à la Coupe du Monde, le jeune algérien n’a pas caché sa déception. «Avec le groupe qu’on a, le public, le peuple derrière nous … on devait se qualifier». L’international algérien (1 sélection) confirmera aussi que son ambition est intacte quant à l’idée de retrouver les Verts dans un avenir proche. « Bien sûr que je me vois dans ce groupe. J’ai confiance en moi ! ». Très sereinement, Benrahma est revenu sur ses débuts tonitruants en tant que joueur professionnel à l’OCN Nice et sa première sélection avec l’Algérie durant l’ère Gourcuff face au Sénégal au stade du 5 Juillet.

« A Nice, c’est arrivé trop vite. Je ne connaissais pas le monde professionnel ! »

Très lucide, Saïd Benrahma nous a expliqué les conditions de son éclosion puis le retard à l’allumage. « Je ne connaissais pas le monde professionnel. Je n’ai pas fait de centre de formation. C’est allé très vite pour moi. Je n’étais pas préparé. A la base je suis arrivé à Nice pour jouer avec les U19 et la CFA. Finalement au bout d’un mois j’ai été intégré par Claude Puel directement avec les pros et je ne m’attendais pas à ça ». Il garde tout de même de bons souvenirs de ses débuts niçois où il a notamment apprécié de jouer avec son « grand frère » Hatem Ben Arfa. « Il est super gentil, il m’a aidé…. ».

« Après des prêts de 6 mois, j’avais besoin de faire une saison pleine de 1 an »

Encore sous contrat jusqu’en juin 2019 à l’OGC Nice qui ne souhaite pas le céder, le milieu offensif a ainsi connu des débuts prometteurs sous les ordres de Claude Puel avant d’enchainer les prêts pour gagner du temps de jeu et disparaitre des radars au moment de l’arrivée de l’entraineur Lucien Favre l’été 2016. « Je ne suis pas le style de joueur qu’il cherche. Apparemment il ne joue pas avec des ailiers mais avec des n°10 qui rentrent à l’intérieur. Donc je ne sais pas trop. Je ne l’ai pas vraiment connu à vrai dire ». Si ses prêts ne lui ont pas permis d’exploser au plus haut niveau, l’Algérien ne regrette rien. D’ailleurs, concernant son passage au SCO d’Angers, il ne remettra pas non plus la faute à qui que ce soit. « J’ai peut-être fait l’erreur d’y aller en janvier, c’était déjà une famille, un groupe soudé. C’était difficile de me faire ma place à mon arrivée même si à la fin de mon prêt c’était beaucoup mieux. Au final j’en garde de bons souvenirs. Ça m’a forgé. Je ne remercierai jamais assez le président Saïd Chabane, franchement il a été formidable avec moi ».

Après deux prêts successifs de 6 mois à Angers (Ligue 1) puis Ajaccio (Ligue 2) la saison suivante, Benrahma a su gérer les moments difficiles et s’est finalement posé l’été dernier à Châteauroux pour une saison complète en prêt. Le club est promu en Domino’s Ligue 2 et a un objectif de maintien. Le numéro 10 de la Berrichonne nous a donc confirmé qu’il s’y sentait très bien. « Petit à petit je commence à monter en puissance. Je suis décisif, j’enchaîne les matchs et c’est le plus important». Gardant la tête froide et faisant preuve de maturité il nous dira « je suis encore sous contrat avec Nice et je verrais en fin de saison. Je ne préfère pas penser à ce qu’il y a autour de moi. Je sais qu’il y a des clubs qui se renseignent à l’étranger mais je ne veux pas savoir, ma priorité c’est de bien finir avec Châteauroux. On fera le point en fin de saison ».

« Je ne sais pas si Madjer regarde mes matchs. J’espère être appelé ! »

Ému, dès que le sujet de l’Équipe Nationale a été abordé, Saïd Benrahma se souviendra probablement toute sa vie de sa première sélection avec le maillot vert. « Ce que j’ai vécu est trop fort, je ne peux pas l’expliquer … c’est un honneur, une fierté de porter le maillot de l’Algérie. C’est quelque chose d’exceptionnel ! ». C’est alors que le natif de Ain Témouchent nous rappelle qu’il a grandi au pays avant d’émigrer en France avec ses parents. « J’ai vécu jusqu’à presque mes 12 ans. J’ai été à l’école là-bas, j’ai commencé à jouer au foot en Algérie … donc être appelé en sélection c’est magnifique pour moi ». Il ne sait pas s’il est dans les petits papiers de Rabah Madjer. « Personne ne m’a contacté, je ne sais pas si on me suit » mais il compte enchainer les bonnes prestations pour revenir avec les Verts. « Chaque coach a son style de joueur. J’espère être appelé. Je vais me donner les moyens, j’ai confiance en moi, je connais mes qualités et je suis ambitieux ».

« Leicester n’a pas été correct avec Mahrez »

Sur l’affaire du moment c’est tout naturellement qu’il se range du côté de son compatriote Riyad Mahrez. « D’un côté il a raison de ne pas aller au clash avec eux. Mais Leicester n’a pas été correct. Ils devaient le laisser partir et il mérite de jouer dans un plus grand club, il a le talent pour ». On retrouve d’ailleurs cette saine solidarité envers un autre joueur algérien : Djamel Ibouzidène, l’ancien académicien du Paradou AC qui a galéré au Paris FC. « C’est un phénomène. J’ai joué avec lui en Algérie en jeune. J’espère vraiment qu’il va rebondir, il le mérite ».

Interrogé sur son positionnement et son style jeu, Saïd aime jouer partout. « J’aime être en électron libre, à gauche ou à droite … » et concernant les championnats européens qu’il affectionne, il n’a aucune préférence particulière ou presque. « Espagne ou Italie je me vois jouer partout mais j’aime bien l’Angleterre, ça va vite et c’est intense … ». En attendant un départ vers d’autres cieux, le promu Châteauroux profite pleinement du talent de son international algérien qui apprécie sa polyvalence, sa souplesse et sa maturité. L’ambitieux Saïd va certainement aider à relever l’objectif de la Berrichonne.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien en écoutant le podcast de l’émission (Interview à partir de la 38ème minute).

Khelifa Samir, La Gazette du Fennec


à VOIR aussi
Belmadi plaide coupable

Belmadi plaide coupable

Bénin-Algérie (1-0) : les Verts retombent dans leur travers

Bénin-Algérie (1-0) : les Verts retombent dans leur travers

Bénin-Algérie : Déclarations après match de Djamel Belmadi

Bénin-Algérie : Déclarations après match de Djamel Belmadi

Espace publicitaire
Ne manquez pas aussi !

Anderlecht : Hanni sèchement taclé par son coach !

Après l'amère défaite (3-2) en Europa League...

Mahrez en LDC, Slimani au top, Feghouli dans la tourmente !

Nos Fennecs ont vécu un week-end riche en émotio...

Boudebouz face à Ben Arfa !

Une belle affiche vous attend dès ce soir en Lig...

Fédération algérienne anti-corruption sportive : Touati Lahcen élu président

Touati Lahcen, avocat et militant des droits de ...

Mercato : Fenerbahçe sanctionné, la piste Feghouli écartée ?

Désireux d’enrôler Sofiane Feghouli...

Mercato : Bani Yas ferme la porte à Belfodil !

Ishak Belfodil ne partira nul p...

Angleterre : Slimani a obtenu son visa de travail !

Le Sporting Lisbonne devrait annoncer le transfe...

Coupe d’Algérie : Programme des 8es de finale

Pas de championnat de Ligue 1 ce weekend puisque...

« C’est vous l’Expert » : Quel avenir pour Riyad Mahrez ?

Ce lundi 8 janvier signe l'heure de la r...

USMA : lancement du centre de formation à Ain Benian

C'est une journée historique pour l'USM ...

Click to Hide Advanced Floating Content