Vahid Halilhodzic : « Si on battait l’Allemagne, on allait en finale ! »

Coach Vahid a encore et toujours des regrets au sujet du match épique contre l’Allemagne en huitième de finale du Mondial 2014 au Brésil. Pour la seconde partie de l’entretien exclusif accordé à So Foot, l’ancien sélectionneur des Verts est revenu en détail sur les circonstances de ce match et le retour mémorable à Alger après la Coupe du Monde. Quelques extraits succulents.

Sur son arrivée en Algérie

J’ai encore régulièrement des appels. Mon plus grand problème c’est que partout où je suis passé, j’ai eu des bons résultats, même si on râle après moi. Je fais abstraction, mais ça ne me donne pas envie. Quand j’arrive en Algérie, ils viennent de perdre un match 4-0 contre le Maroc, c’est une honte nationale. 3 ans après, tout le monde a dit qu’on aurait mérité de battre le futur champion du monde 2014. Préparer un match comme ça, tactiquement… ça, je pourrais écrire un livre là-dessus. Le rôle de chaque joueur était planifié, avec sa mission bien précise.

ghoulam allemagne 2014

Sur le match contre l’Allemagne

Il y a pas mal de choses quand même (il se marre). Le retour à Alger, après la Coupe du monde, c’était fou ! Chaque jour, j’ai 5 à 10 appels de l’Algérie, pour me remercier, me demander pourquoi je suis parti. Ça n’a pas été facile du tout de mettre ce projet en place, mais après, quel bonheur ! L’intérêt autour de l’Algérie était incroyable, mais il fallait gagner. Mais même après la défaite contre l’Allemagne, les gens étaient contents, la manière leur a plu. Ça n’arrive pas comme ça. C’est le fruit de trois ans de boulot pour arriver à ce match. Mais sur ce seul match, je suis intarissable. L’aspect psychologique, mental… C’est une équipe avec laquelle j’aurais pu battre n’importe qui. En première mi-temps contre l’Allemagne, on a 4 occasions immanquables. Les Allemands paniquaient, ils ont perdu confiance. On pouvait conserver le ballon mais on avait aussi les joueurs pour accélérer, et ça c’était dangereux. On avait tout sur ce match, sauf l’efficacité. Une fois, on a essayé de me le remontrer, mais j’ai dû arrêter au bout de 20 minutes parce que j’étais tellement énervé qu’on puisse rater d’aussi bonnes occasions… On a payé un manque d’expérience, ils se sont précipités, ils étaient presque étonnés de dominer. Quand tu arrives en Coupe du monde devant Manuel Neuer, et que tu t’appelles Slimani, que tu as joué au CR Bélouizdad, un petit club de la campagne algérienne, forcément, tu manques d’expérience. Mais je l’ai déjà dit et je le redis : on a failli jouer avec l’Algérie une finale de la Coupe du monde, parce que si on battait l’Allemagne, on allait en finale, je le sais, j’en suis persuadé. Parce que j’y ai bien réfléchi, ça s’est joué sur deux choses. J’ai vu les joueurs d’Allemagne paniquer. L’équipe qui a battu le Brésil 7-1 a paniqué contre l’Algérie, je le dis franchement. Ça, c’est la Coupe du monde, ce petit tournoi peut prendre une tournure inattendue.

Germany's goalkeeper Neuer challenges Algeria's Slimani during their 2014 World Cup round of 16 game at the Beira Rio stadium in Porto Alegre

Sur la découverte de joueurs inconnus comme Slimani au Japon

C’est un gros problème ici. On ne fait pas trop confiance aux jeunes. Les trois meilleurs joueurs au Japon sont encore des garçons qui ont 37/38 ans. Si le joueur est une star de l’équipe et veut jouer jusqu’à 50 ans, il va jouer, il est intouchable, ils sont très respectueux. Quand tu deviens sélectionneur d’un pays, il faut connaitre ça, il faut entrer dans la psychologie de ce pays, et après tu te fais ton opinion. Même si tu n’es pas forcément d’accord, tu ne peux pas la changer.

Sur les rapports avec les supporters

Quand tu es sélectionneur, tu es un peu diplomate, un peu politicien, tu représentes un pays. Et tout le monde est attaché à l’équipe nationale, surtout en football. Quand tu rentres de Coupe du monde, la manière dont les gens nous ont fêtés à Alger, ça n’a pas de prix. Même des millions ne peuvent pas acheter ça. Je suis un peu idéaliste, et la plus grande récompense pour un entraineur c’est la ferveur que peuvent te communiquer les gens dans la rue par exemple, comme ici au Japon. En Côte d’Ivoire, c’était pareil. Tu ne peux pas tricher avec les gens, avec les supporters, ils le ressentent, même si parfois ils sont agressifs. Tu peux tricher avec les journalistes, tes dirigeants, mais pas avec les supporters. Quand tu es sélectionneur, c’est une fierté, un honneur mais une responsabilité énorme.

Les larmes de Feghouli et Halilhodzic après Allemagne-Algérie

http://dai.ly/x4kkpba

>> Lire l’intégralité de l’entretien sur So Foot

retour alger CM 2014-algerie-les-fennecs-accueillis-en-heros

 

Ne manquez pas aussi !

EN A’ : Les 25 d’Alcaraz pour la Libye

Lucas Alcaraz a arrêté sa liste...

CM 2018 : Cameroun – Algérie programmé pour le 07 octobre prochain

Cela aurait pu être un match décisif mais les de...

Leekens : « On a fait le boulot »

Comme on s'y attendait depuis la défaite contre...

Urgent : blessure grave pour Soudani ?

Sorti sur blessure dès la 27ème minute de jeu ce...

Mercato : Mahrez tout droit vers Arsenal !

Selon un information d'...

CAF CC : le MC Alger dans le groupe B avec le CS Sfax

Tirage assez clément pour le Mouloudia d'Alger, ...

Qualifications CAN 2019 : Algérie-Togo avancé au 11 juin !

Initialement prévue le mardi 13 juin, la rencont...

U23 : victoire 3-1 en amical face à la réserve du Paradou AC

En regroupement à Sidi Moussa, la future équipe ...

L1 – J5 (mise à jour) : le derby USM Alger – USM El Harrach reporté

Le derby algérois, USM Alger – USM El Ha...

Programme TV du vendredi : Ghezzal face à Nice

Après la trêve internationale, c'est reparti ce ...