Nous contacter

Sélection A

Équipe nationale : Renard préfèrerait l’Égypte à l’Algérie !

Publié

le

renard herve russia

Choix numéro 1 de la FAF, le Français Hervé Renard est pourtant loin d’être le futur sélectionneur des Verts. L’actuel coach des Lions de l’Atlas, sondé par l’Algérie, ne serait pas très emballé à l’idée de succéder à Rabah Madjer. La raison ? Il y en a plusieurs !



Hervé Renard, coach du Maroc, est devenu depuis dimanche dernier, jour du limogeage de Rabah Madjer, le candidat en puissance pour le poste de sélectionneur d’Algérie. Le champion d’Afrique avec la Zambie et la Côte d’Ivoire offre en effet un choix sûr et confortant pour Kheireddine Zetchi qui cumule déjà deux choix de casting désastreux en l’espace d’une année de gestion à la tête de la FAF.

Certaines informations ont avancé des contacts avec le puissant patron de l’USM Alger, Ali Haddad, à qui l’ancien coach des Rouge et Noirs aurait donné son accord pour rejoindre l’Équipe Nationale. Invité par la Fédération marocaine à poursuivre sa mission à la tête des Lions de l’Atlas, la veille du match face à l’Espagne (2-2), Renard est resté pourtant évasif sur son avenir. « Je vais profiter maintenant de la coupe du Monde (Il est resté en Russie avec sa famille) et je déciderai de mon avenir plus tard », a-t-il dit. Entre temps, le technicien a posté une photo sur son compte Instagram avec la légende « Très Fier d’avoir été votre coach à tous pour cette Coupe du Monde ! », qui fait épaissir un peu plus le mystère sur son avenir.

herve renard candide fille

Pourtant, si Renard venait à quitter le Maroc, l’Algérie ne sera pas forcément sa prochaine destination. En effet, le technicien français, qui pèse le pour et le contre d’une expérience à la tête des Fennecs, trouve finalement le pari très risqué. L’état désastreux de l’Équipe Nationale au lendemain du limogeage de Rabah Madjer, l’instabilité du poste de sélectionneur et la fragilité de la FAF font qu’Hervé Renard n’est pas franchement emballé par la perspective de diriger les coéquipiers de Riyad Mahrez nous assure un membre de son entourage. Pour Renard, il y a un gros chantier en perspective et qui demande du temps et de la patience. Or, la CAN-2019 est dans moins d’un an et la patience n’est pas franchement le fort du public des Verts et des responsables de la FAF. Pour preuve, il est assigné à chaque fois aux nouveaux sélectionneurs le carré d’as de la CAN-2019 comme objectif. Même à Madjer, figurez-vous !

Le challenge égyptien est moins risqué !

Courtisé dans le même temps par l’Égypte qui s’est séparé ce mercredi de son sélectionneur argentin, Hector Cuper, l’ancien coach de Lille serait plus enclin à accepter le challenge des Pharaons. « Il y a moins à faire. L’Égypte a un bon groupe et on voit bien qu’il y a une équipe en place. En vue de la CAN-2019, il trouve le challenge intéressant », nous dit-on. Financièrement parlant, la Fédération égyptienne, qui offrait 125 000 euros par mois à son récent sélectionneur, est également nettement plus généreuse que son homologue algérienne. C’est aussi un paramètre à prendre en compte sachant que Renard perçoit près de 65 000 euros mensuels avec le Maroc. Il ne gagnerait pas forcément beaucoup plus avec l’Algérie.

Au milieu de ce flou qui entoure l’identité du futur sélectionneur de l’EN, la FAF a choisi, elle, de temporiser. Kheireddine Zetchi a des vues sur d’autres techniciens mondialistes dont le profil ne correspond pas du tout à celui qu’il a dressé dimanche dernier. Comme quoi, la vérité d’un soir n’est pas forcément celle du lendemain.

Nabil Boughanem, La Gazette du Fennec

Publicité
Cliquez pour commenter




SUR FACEBOOK

APPLICATION MOBILE

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.