Nous contacter

Actualités

Mondial-2021 de Handball : l’Algérie casse le (Ma) roc !

Publié

le

algerie hand

Absente lors des deux dernières éditions, en 2017 (France) et 2019 (Danemark-Allemagne), l’Algérie signe son grand retour dans le gotha du handball mondial par une victoire 24-23, sur le fil, contre son voisin, le Maroc lors de la 1ère journée du Groupe F. Une remontada qui permet aux protégés d’Alain Portes de pousser un ouf de soulagement.

Pour leur première sortie dans cette 27ème édition du Championnat du monde de handball en Égypte, les Algériens ont croisé le fer avec leurs homologues marocains, dans un bouillant derby maghrébin. Pour son premier test dans ce tournoi, le Sept national a passé l’examen difficilement. Face à une bonne équipe marocaine, les Verts ont fait preuve de beaucoup d’abnégations pour sortir victorieux de ce piège, dont l’enjeu principal était d’éviter la défaite, pratiquement, synonyme de fin de parcours dans cette compétition, vu le potentiel des prochains adversaires des Verts, à savoir l’Islande et le Portugal.

Blâmés pour avoir commencé timidement leurs rencontres de préparations face à la Russie ou la Pologne, les coéquipiers de Saker n’ont pas corrigé le tir lors ce match. Après un début de match amorphe, l’Algérie perd pied au fur et à mesure que l’horloge tournait. Malgré des expulsions définitives (carton rouge) ou temporaires (2 min hors du terrain), le Maroc joue son vatout, avec envie et cœur. Placés en défense étagée, ressortant rapidement sur la base arrière algérienne, les Marocains sont intraitables. Harchaoui en fait voir de toutes les couleurs à ses adversaires du jour. Et que dire de Yacine Idrissi ! Le portier marocain, élu homme du match, est un mur ! Il arrête tous les jets à 7 mètres (4 sur 5 au total) et écœure les tireurs algériens aussi bien aux 6 qu’aux 9 mètres. Il faut dire que l’attaque algérienne est sans âme et surtout sans capitaine pour redresser la barre. Où est Berkous ? Invisible, il a traversé tout le match sans aucune envie, aucune fixation ni initiative dans son jeu. Il céda d’ailleurs plusieurs fois sa place. Seul Hadj-Sadok tenta de perforer cette défense hermétique. Mais ses essais, trop stéréotypés, ne cherchèrent, et trouvèrent qu’à de rares moments, le pivot Kaâbache. Il s’obstine à passer au centre et oublie souvent ses ailiers esseulés. Alors que pour passer une défense 4-2 ou 3-3, comme celle du Maroc, il faut justement solliciter ces hommes des extrémités ou les intervalles plus larges.

Berkous méconnaissable, Idrissi fait le show

La défense à plat à pris l’eau de tous les côtés. Aucune agressivité contre le porteur de la balle. Le jeu en décalage et croisés permet de démarquer facilement le pivot ou les ailiers marocains. D’autant plus, Benmenni, dans les buts, est dans un jour sans. Il ne fait aucun arrêt ! Les capés de Noureddine Bouhaddioui enchaînent les buts alors que ceux d’Alain Portes sont aux abois. L’Algérie joue à l’envers. L’arbitre siffla la fin de la mi-temps. Le Maroc mène de (+7), 15-8 ! Le premier round est largement à l’avantage des Marocains, aussi bien individuellement que collectivement. Des choix de joueurs et de tactiques très discutables dans les propositions d’Alain Portes. Pourquoi des joueurs compétitifs comme Rahim, Abdi ou Ghedbane sont laissés sur le banc au profit d’autres qui ne le sont pas ? Dans une déclaration pour notre site, le sélectionneur invoque la pression dès le début du match qui n’a pas quitté les joueurs. Une pression que le solide Berriah argua en parlant de stress, dans une déclaration à la FAHB.

La 2ème période porte bien son nom : la période des coachs ! Le sept national est chamboulé : changement tactique et de joueurs. Alors que le Maroc continue sur la même voie et les mêmes hommes, malgré la fatigue. La défense à plat est transformée en étagée. Exit le 6/0 ! Chahbour est placé en pointe du 5/1. Abdi, Daoud font leurs entrées. Ghedbane, déjà aperçu en 1ère période, s’installe dans les buts. Saker et Arib se relaient sur l’aile droite. La machine verte se met alors en route. Les Verts ne se laissent pas distraire par la fougue ou les provocations marocaines. En défense Daoud est plus agressif, plus vif sur le porteur de balle. Mais il attaque sur l’aile, alors que Hadj-Sadouk est repositionné sur l’aile gauche pour défendre. A droite, Abdi et Arib (ou Saker) font le même travail de sape. Au centre, Chahbour, en strict sur Harchaoui, ou Kaâbache ne laissent plus rien passer. La défense devient difficile à passer, et l’impérial Khelifa Ghedbane fait le reste dans sa zone des 6 mètres. Là où Benmenni a échoué, Ghedbane réalise 40% d’arrêt. Énorme ! Les Lions de l’Atlas ne marqueront que 8 buts en 2ème période.

Ghedbane intraitable, Daoud et Abdi héroïques

L’attaque est plus fluide, mieux préparée. Elle s’élargit sur les ailes vers Daoud (encore lui) ou Saker. Les angles s’ouvrent et les buts pleuvent. Mais le plus hargneux, celui qui montre le chemin est incontestablement Ayoub Abdi. Le défenseur droit des Fenix de Toulouse enchaine but sur but (7 au total). Il remet son équipe à 1 longueur du Maroc avant que  Reda Arib n’égalise dans les dernières minutes sur une montée de balle rapide orchestrée par Ghedbane, depuis sa zone. A 40 secondes de la fin, tel un Fennec, Hichem Daoud chipe la balle dans la défense marocaine et s’en va marquer le but de la victoire dans le but vide. Les coéquipiers de Rezzouki (6 buts) ont les deux genoux à terre. Épuisés physiquement et moralement, ils n’ont pas su tenir la victoire qui leur tendait les bras. Des bras que le malheureux coach Bouhaddioui croise au-dessus de sa tête à s’arracher les cheveux et ceux du staff des Verts s’élèvent bien dans le ciel, du Caire, pour crier leurs joies. Interrogé en fin de match par La Gazette du Fennec, le coach national n’a pas caché sou soulagement : « je suis très content de la réaction de mes joueurs. Ils ont joué avec le cœur. Ils ont joué juste tactiquement malgré une pression qui les a dépassée en début de match ».

Cette victoire a été saluée dans toute l’Algérie et ressentie comme une injustice au Maroc. Il faudra utiliser cette énergie à bon escient. Les coéquipiers de Rahim devront surtout rentrer dans le match dès les premières minutes et oublier la pression dans le vestiaire. Il faudra rentrer sur le terrain libéré pour fournir une meilleure performance. Gagner le premier match est primordial et conditionne la suite de la compétition. Le Maroc battu, les regards se tournent maintenant vers le match contre l’Islande, qui n’est plus à présenter. Un bon résultat contre les Nordistes et ce sont les portes du second tour qui s’ouvriront en grand pour le Sept national. Lors de cette 27ème édition du Mondial, qui se joue pour la première fois en présence de 32 nations, les trois premières équipes de chaque groupe se qualifient au tour principal, qui se jouera en quatre poules de six. Les deux premières nations de chaque poule se qualifient pour les quarts de finale. Le chemin est encore long…

Photos du match Algérie-Maroc (24-23) : 

Résumé et réactions d’après match :

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.