Nous contacter

Equipe Nationale

Algérie – Guinée équatoriale (0-1): Série d’invincibilité arrêtée, calculette allumée

Publié

le

Algérie Guinée équatoriale

Confrontée à la Guinée équatoriale  pour son deuxième match dans la CAN-2021, l’équipe nationale s’est loupée en s’inclinant (0-1) au stade de Japoma. Ce résultat met fin à une série d’invincibilité de 35 matchs. En outre, il oblige l’EN à s’imposer lors du dernier match contre la Côte d’Ivoire pour ne pas quitter le tournoi prématurément.

Le sélectionneur Djamel Belmadi est revenu à ses standards tactiques avec le retour d’Ismaël Bennacer. Ce dernier a été associé à Sofiane Bendebka étant donné que Ramiz Zerrouki était forfait pour la seconde sortie de suite dans le tournoi. Un 4-3-3 face à un 4-5-1 mis en place par Juan Micha, entraîneur de la Guinée équatoriale.

Dès lors, on évoluait face à un adversaire à vocation défensive avec un bloc très compact. Par conséquent, il n’y avait pas beaucoup d’espaces à exploiter pour Youcef Belaïli & cie. Et sur une pelouse en mauvais était et “martyrisée” par le match d’avant entre la Côte d’Ivoire et la Sierra Leone (2-2), le degré de difficulté était décuplé.

Bounedjah a cru…

Malgré cela, les Verts ont eu une première occasion à la 22e minute mais le portier Owono l’a annihilée avec une double-parade. Dans la foulée, Bounedjah croyait avoir décanté la situation mais Mahrez, qui a vu son coup de tête repoussé, était en position de hors-jeu.

Dans le contenu, le niveau était moyen avec des phases de jeu confuses de part et d’autre. Les Equatoguinéens ont mis de l’impact et ont essayé d’exploiter les coups de pied arrêtés. Sur un coup franc, Ganet (37′) a failli surprendre M’Bolhi. Deux minutes plus tard, Iban Slavador envoie une lourde frappe qui effleure le poteau gauche du keeper Dz.

Si le Nzalang s’est montré dangereux dans cet exercice, El-Khadra a réédité les imprécisions habituelles dans le domaine. Illustration avec un coup franc dans un emplacement dangereux que Mahrez n’a pas su matérialiser. Sa frappe était complètement ratée et illustrait l’imprécision montrée par les champions d’Afrique lors du premier acte soldé par un score nul et vierge.

Manque de créativité

Après la pause, M’Bolhi s’interpose sur un contre adverse (51′). Pour ne rien arranger, l’EN perd Benlamri sur blessure. Tahrat le suppléera dans l’axe dans la défense et l’Algérie devait faire sur un excellent relanceur sur les balles longues qui sont une solution sur un terrain qui ne favorise pas le jeu court.

Les Equatoguinéens ont opté pour le jeu de contres face à des Guerriers du Désert qui ont mis le pied sur le ballon. L’axe du jeu étant fermé, les Algériens optent pour les couloirs. Bensebaïni centre vers Belaïli (57′). Mais la tête de ce dernier manquait de précision.

La punition 

Pour apporter plus de créativité, Belmadi décide de lancer Boulaya à la place de Feghouli et Slimani pour remplacer Bounedjah (64′). Un double-changement pour redynamiser la ligne offensive en manque d’imagination. Pour ne rien arranger la défense s’était endormie sur un corner et Orozco punit le laxisme à 20 minutes de la fin.

Dès lors, il fallait courir derrière le score et la montre. Avec un jeu déjà approximatif, il fallait un miracle pour renverser la vapeur contre un bloc bas et resserré. Slimani a eu une cartouche à la 82e. Toutefois, sa reprise dans la surface était imprécise. Quelques secondes après, Belaïli a cru égaliser d’une frappe limpide. Mais il était en position illicite. Le score ne changera pas et les Fennecs concèdent leur première défaite sur les 36 derniers tests. Et elle a de fâcheuses conséquences parce qu’elle les met dans une situation inconfortable dans l’épreuve continentale. Dans 4 jours, les Verts joueront une finale.

Galerie photo du match :

  

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.

coupe_afrique_2021