Nous contacter

Equipe Nationale

Équipe nationale : Lettre ouverte à Djamel Belmadi

Publié

le

belmadi update

Monsieur Djamel Belmadi, depuis votre arrivée sur le banc de l’équipe nationale, vous n’avez eu de cesse de répéter qu’une reconstruction ne pouvait se faire sans une certaine exigence et une rigueur au sein de tous les organes de la FAF. Tout cela, dans le but d’être le plus efficient possible. Sur le plan sportif, il est indéniable que votre mission est une réussite. Le succès de la CAN 2019 et les 24 matchs sans défaite (série en cours) ont incontestablement hissé l’Algérie à un niveau inespéré avant votre nomination. L’effectif, qui autrefois n’était constitué que d’un onze à demi-compétitif, a laissé place à un véritable groupe où la concurrence est omniprésente et le relâchement interdit.

Les différentes déclarations et le changement d’attitude de certains joueurs montrent également qu’un très gros travail de fond a été opéré afin de tirer l’ensemble des protagonistes vers le haut. Désormais double championne d’Afrique, l’Algérie est redevenue une équipe attrayante et respectée par bon nombre de grandes nations du football mondial. En témoignent les récentes déclarations de certains sélectionneurs étrangers à votre égard ou à l’encontre de la Team Algérie. Ceci est l’aboutissement logique et mérité de votre travail et de celui de votre staff depuis que vous avez été nommé sélectionneur national en août 2018.

Cependant, on peut se désoler du fait que cette rigueur ne soit pas appliquée dans tous les domaines de votre travail. Votre communication et celle de la FAF ne prennent, à bien des égards, pas la bonne direction. Force est de constater qu’à l’heure où la communication est devenue importante voire primordiale, l’Algérie, comparée à ses homologues internationaux, accuse un retard. À l’heure où la quasi-totalité des entités sportives cherchent et trouvent, continuellement, de nouvelles idées pour se rapprocher de leur public à travers des événements, vidéos, photos, publications… La Fédération algérienne de football, se démarque par son mutisme et la com’ du strict minimum. Nous pourrions prendre l’exemple des Tweets ou posts Facebook délivrés à des heures plus que tardives. On peut aussi relever ces compositions du onze entrant qui sont (quand cela est fait) publiées par des comptes anonymes bien avant que le compte officiel n’ait annoncé quoi que ce soit. Si cela s’était produit une fois, on aurait pensé que c’était un cas isolé ou un simple oubli. Mais la répétition de pareils faits confirme l’approximation et le bricolage qui règnent au sein du département « communication » de l’instance fédérale de notre pays.

Passons à ce qui vous concerne plus précisément. Votre choix de retarder la sortie de la liste devient au fil des stages, incompréhensible. Sans aucun sens. Comme incidence directe, les journalistes ne peuvent travailler dans de bonnes conditions. En effet, et si l’on ajoute la crise de la COVID-19, de nombreux médias accusent le coup financièrement et de moins en moins de journalistes (oui, il reste de la compétence en Algérie) ne peuvent vivre d’un métier qu’ils affectionnent. Garder cette liste au chaud pour ne la divulguer qu’à la toute dernière minute ne fait qu’instaurer un climat délétère et empêcher le bon fonctionnement de toutes les rédactions qui restent, malheureusement, dans l’attente et font face à une certaine désorganisation. De plus, une grande partie des supporters, voyant le reste des Fédérations annoncer leurs listes, désespèrent de voir celle de l’Algérie sortir tout en scrutant les stories Instagram des joueurs et/ou comptes officiels des clubs dans lesquels évoluent nos internationaux.

Assez cocasse pour un homme qui martèle « détester le désordre dans notre pays » après avoir quitté précipitamment une zone mixte. Créer toute cette atmosphère ne permet clairement pas d’instaurer une sérénité de travail efficace et profitable à tous. Pour finir, nous aimerions citer le tennisman espagnol Rafael Nadal, 13 fois vainqueur de Rolland Garros, qui a souhaité réagir au refus de la tenniswomen, Naomi Osaka de participer aux conférences de presse : « Je la respecte en tant que personne et en tant qu’athlète. Je respecte sa décision. En tant que sportifs, nous devons être prêts à recevoir des questions et essayer de répondre non ? Je la comprends mais d’un autre côté, sans la presse, sans les gens qui voyagent en temps normal pour écrire les nouvelles et raconter ce que nous accomplissons tout autour du monde, nous ne serions pas les athlètes que nous sommes aujourd’hui. Nous n’aurions pas la reconnaissance ni la notoriété que l’on a aujourd’hui. Je la comprends mais j’ai mon point de vue, que les médias sont une part très importante de notre sport aussi » a-t-il expliqué.

Dans ces conditions, l’on se demande (on ne l’espère vraiment pas) si vous allez persister dans cette politique d’affront ? Lucide que vous pouvez bien l’être, vous savez certainement que dans ce sport qu’est le football, les choses peuvent aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Charger les médias et entraver leur travail n’est jamais la meilleure approche. Comme vous, certains journalistes ont envie de faire changer les choses et accompagner l’évolution de la sélection et du football algérien en général pour franchir de nouveaux paliers. Cela requiert aussi votre étroite collaboration ainsi que celle de la FAF pour être en total adéquation avec les nouvelles méthodes de communication employées au sein du football mondial, que ce soit dans les clubs ou sélections nationales.

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.