Nous contacter

Vintage

Le célèbre policier est parti … Adieu « Ammi Ahmed » !

Publié

le

Il était aussi populaire que n’importe quel « grand » joueur ou entraîneur. Lui, c’est Ahmed Boussouf, que le public sportif algérien appelait affectueusement « Ammi Ahmed ». Aimé par tout le monde, il était, durant les douloureuses années 1990, ce policier chaleureux qui calmait les foules dans les stades par sa simple présence et son charisme. Le monde du football algérien lui a rendu un hommage sincère.



Ahmed Boussouf que les Algériens appellent communément « Ammi Ahmed » nous a quitté ce dimanche à l’âge de 77 ans. Officier de police émérite, il avait trainé sa silhouette de gentil grand père dans tous les stades d’Algérie durant plus de trente ans. Jamais un « agent de l’ordre » n’a suscité autant de sympathie que feu Ammi Ahmed qu’on assimilerait sans s’y méprendre à la coqueluche de toutes les galeries, sans distinction aucune.

Présent dans tous les grands événements footballistiques du pays, de la CAN 90 en passant par toutes les finales de coupes d’Afrique et de coupes d’Algérie, Ahmed Boussouf a fait régner l’ordre dans les stades avec tact et bonhommie. Chaleureux à souhait, fin psychologue, il avait cet acuité à forcer le respect comme aucun autre. Joueurs, entraîneurs, présidents, arbitres et supporters lui reconnaissent sa bonhommie et sa façon sans pareille de gérer les foules souvent traumatisées par le terrorisme et l’envie d’ailleurs.

« Il nous faisait entrer au stade même sans billets », témoignent des supporters.

Ammi Ahmed, en fin psychologue, savait en effet communiquer avec les foules. Et les foules le lui rendaient si bien que son sobriquet était scandé à chaque début de match. On le mettait en fait sur le même piédestal que n’importe quel joueur vedette d’une équipe. Ami de tous, Ammi Ahmed était un personnage à part qui a marqué l’histoire du football algérien durant la décennie noire. « Il se souciait de tous les détails », témoigne de lui Mohamed Hansal, ancien arbitre international et d’ajouter « Je me souviens que lors d’un chaud MCA-JSK en 1983, il était venu me voir dans le tunnel menant au terrain pour me dire: « Il n’y a que toi qui peux gérer ce match. Avec toi au sifflet, je sais que je passerai un après-midi tranquille », lui a t-il lancé, histoire de l’encourager bien sûr, mais aussi lui rappeler l’impact des décisions qu’il aura à prendre sur l’ordre public.

« Les supporters, c’est mon affaire » disait Ammi Ahmed

L’entraineur Mohamed Henkouche de son côté se souvient d’un homme pointilleux. « Il venait avant chaque match me demander de bien encadrer mes joueurs. Il me disait toujours, les supporters, c’est mon affaire ». En homme expérimenté, Ammi Ahmed savait en effet que très souvent, c’est les joueurs et les arbitres qui chauffent les supporters. Ammi Ahmed a été inhumé ce lundi chez lui à Tighennif dans la wilaya de Mascara. Des personnalités du football algérien, telles que Lakhdar Belloumi, Mohamed Henkouche, Mohamed Benchiha ou encore Mohamed Hansal lui ont rendu un dernier hommage. Paix à son âme.

 Ammi Ahmed et les supporters de l’USM Alger:

Nabil Boughanem,

La Gazette du Fennec

Publicité
Cliquez pour commenter




SUR FACEBOOK

APPLICATION MOBILE

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.