Nous contacter

Equipe Nationale

Niger-Algérie (0-4) : Belmadi, un coaching inhabituel et payant

Publié

le

belmadi djamel sur le banc stade oran

On avait pris l’habitude de voir le premier remplacement effectué après l’heure de jeu. Cette fois-ci, Djamel Belmadi a voulu innover dès le retour des vestiaires avec l’incorporation de Feghouli et Benayada. Ces deux entrées, puis celles qui suivirent, se sont avérées payantes.

L’Algérie s’est imposée une nouvelle fois sur un score large face au Niger (4-0) pour le compte de la quatrième journée des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022. Après une rencontre aller poussive dans le jeu mais au finish explosif (6-1), les hommes de Djamel Belmadi ont, cette fois-ci, rendu une copie bien plus consistante qu’à Blida. Après un premier quart d’heure où les coéquipiers de Baghdad Bounedjah ont laissé passer l’orage, ils ont assommé l’adversaire du jour coup sur coup, juste avant la demi-heure de jeu. Grâce à l’inévitable Riyad Mahrez (1-0; 20’) et Aïssa Mandi (2-0 ; 27’), les Fennecs avaient vite fait le break. Une première bonne chose de faite. Il ne restait plus qu’à ne pas retomber dans les mauvais travers de ces derniers mois. Et pour cela, Belmadi a su comment s’y prendre et n’est pas resté passif.

Bonnet blanc, blanc bonnet

Comme face à Djibouti (8-0) ou en Zambie (3-3), le sélectionneur national a opté pour une attaque à deux avec Islam Slimani et Baghdad Bounedjah. À leurs côtés, les deux techniciens Mahrez et Belaïli occupaient les couloirs accompagnés d’un double pivot Bennacer-Zerrouki. Un système qui a d’abord eu du mal à se mettre en place dans les premières minutes, ayant quelques difficultés à ressortir le ballon. Pire encore, les premières occasions dangereuses furent nigériennes, laissant même penser que la rencontre allait être beaucoup plus difficile que prévue. Après dix premières minutes pénibles, le salut est enfin venu notamment grâce à l’omniprésence d’Ismaël Bennacer dans l’entrejeu et à la complicité de toujours entre les deux Oranais de l’attaque, les inséparables “BB” (Bounedjah-Belaïli).

Mahrez Bedrane Belaili Niger Algérie

L’avantage de ce système, et surtout avec la présence de deux avants-centres comme Slimani et Bounedjah, réside dans la capacité à gêner l’adversaire dès la relance soit par un bloc quadrillant parfaitement le rectangle vert soit par un contre-pressing efficace. En première mi-temps, les Fennecs avaient choisi la première option. Un premier acte, dans l’ensemble maîtrisé, mais qui n’a pas empêché Belmadi de changer ses plans dès la pause. Exit Slimani pour Feghouli et Atal pour Benayada. Fait assez surprenant puisque le coach national ne nous avait jamais habitué à des remplaçants aussi tôt dans la partie. Passant d’un 4-4-2 à un 4-3-3 ou 4-2-3-1 selon les phases de jeu avec « Soso » pour renforcer l’entrejeu et Benayada au profil plus défensif, l’objectif étant de ne laisser aucun espoir à l’adversaire d’y croire.

La leçon a bien été retenue

Petit évènement ce mardi avec cette victoire au Niger puisque c’est le premier succès des Fennecs à l’extérieur (en matchs officiels) depuis novembre 2019 et une victoire obtenue à l’arrachée à Gaborone face au Botswana (0-1). Depuis, les poulains de l’ancien coach d’Al Duhail ont connu, à chaque fois, le même scénario. Au Zimbabwe (2-2), en Zambie (3-3) ou plus récemment au Maroc face au Burkina (1-1), les Fennecs avaient ouvert le score, menant même par deux buts d’écart mais finalement rattrapés dans une seconde période mal maîtrisée. C’est ce qu’a sans doute voulu éviter Belmadi face au Niger. Son coaching très rapide dès la pause comme nous le relations plus haut a porté ses fruits puisque Bennacer ajoutera un troisième but dès la 49ème minute, tuant définitivement la rencontre.

Amoura Niger Algérie

Derrière et juste après que Baghdad Bounedjah n’enfonce le clou, les entrées de Amoura, Zorgane et Boudaoui ont apporté du sang neuf et éviter au collectif de tomber dans son habituel coup de moins bien au milieu du second acte. Une bouffée d’oxygène nécessaire puisqu’il faut rappeler que ce sont ces 20 minutes post-pause qui avaient été fatales aux coéquipiers de Raïs Mbolhi face au Burkina Faso en septembre. Des entrées qui montrent, par ailleurs, une volonté de donner plus de responsabilités à la jeunesse montante de l’équipe nationale. Cinq changements effectués avant la 70’, une première sous l’ère Djamel Belmadi. Car rien de tel ne s’était passé auparavant même lors de simples matchs amicaux effectués par les Verts. Le coach national, qui a souvent évoqué « vouloir plusieurs variantes dans les systèmes de jeu » a, cette fois-ci, bien profité des forces en présence pour enchainer un 31ème match sans défaite.

>> Lire les articles

L’Algérie fait tomber le record français et égale l’Argentine de Batistuta !

Elim. Mondial 2022/NIG-ALG 0-4 : Les Verts patrons du groupe A !

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.