Nous contacter

Interviews

Youcef Belaïli : « Tout faire pour partir en Europe cet été »

Publié

le

belaili bounedjah oran sidi moussa mars 2021

Invité d’Echourouk News, Youcef Belaïli est revenu sur ses derniers mois au Qatar, ses envies d’Europe et a également abordé la question de l’Équipe nationale. À 29 ans, l’ailier gauche espère évoluer au sein du Vieux Continent et tout faire pour disputer la prochaine Coupe du Monde 2022 au Qatar.

C’est après plus de huit mois sans jouer et un conflit avec Al Ahli Saudi difficilement réglé que Youcef Belaïli s’était engagé avec le Qatar SC, début novembre 2020. Première expérience dans le pays organisateur de la prochaine Coupe du Monde 2022 pour l’ailier gauche qui s’est d’ailleurs très vite distingué. Auteur de 14 buts en 16 rencontres disputées dont 10 buts sur les 7 premiers matchs, Belaïli a très rapidement montré qu’il n’avait rien perdu de son talent. L’intéressé a expliqué ce regain de forme grâce à la confiance donné par l’ensemble du club qatari : « Je suis arrivé dans un environnement sain et tout le monde m’a donné de la confiance. L’entraîneur me disait de jouer comme je savais le faire. Le président a tout fait pour que je sois bien et c’est pour ça que j’ai choisi ce club ». Un club à qui il demande désormais de lui faciliter un départ cet été afin de rallier l’Europe et enfin s’exprimer dans « le football qui compte ».

« Plusieurs clubs européens me veulent, notamment en Espagne »

Pour Youcef Belaïli, l’Europe est toujours une ambition, voire une obsession. Pourtant, le Fennec n’a connu qu’une seule expérience, à Angers. Une première loupée « l’entraîneur ne me voulait pas » expliquera celui qui s’engagera à l’Espérance de Tunis en janvier 2018 pour y remporter deux CAF Champions League en deux ans. D’ailleurs, l’ancien joueur du MC Oran a raté plusieurs occasions de retrouver une écurie européenne, la plus concrête était survenue juste après la Coupe d’Afrique des Nations. Tournoi dans lequel il s’était brillamment illustré sur son aile gauche.

À 29 ans et sous contrat avec le Qatar SC jusqu’en juin 2022, Belaïli espère partir en Europe dès cet été : « Plusieurs clubs européens me veulent, notamment en Espagne. C’est un championnat que j’apprécie et je ferais de mon mieux pour partir cet été inshaAllah. J’espère que mon club me facilitera mon départ » a-t-il confié. Voilà une énième déclaration de l’ex-Usmiste qui avait déjà émis le souhait d’aller en Europe, sans pour autant trouver preneur. Et si sa saison prolifique au Qatar avait éveillé quelques curieux décideurs européens désireux de trouver une bonne trouvaille à moindre coût ? Naturellement, une hypothétique arrivée de l’Oranais en Europe pourrait lui permettre de se jauger au plus haut niveau, à quelques mois du début des qualifications pour la Coupe du Monde 2022.

« Un seul objectif, se qualifier pour la Coupe du Monde 2022 »

Interrogé sur les prochaines échéances de l’Équipe nationale, Youcef Belaïli a rappelé l’objectif principal du groupe emmené par Djamel Belmadi : « On va tout faire pour se qualifier à la Coupe du Monde. Elle sera organisée dans un beau pays, très bien structuré et avec de beaux stades. En plus, il y a beaucoup de joueurs de l’Équipe nationale qui évoluent dans le championnat local. Et puis on a préparé notre Coupe d’Afrique là-bas ». Toujours au sujet des prochaines étapes de l’Équipe nationale, cette fois-ci locale, le champion d’Afrique 2019 a évoqué la prochaine Coupe Arabe des nations, organisée en décembre 2021 : « L’objectif est d’aller le plus loin possible dans cette compétition » a-t-il rétorqué.

Absent depuis plus d’un an et décriés par certains en Zambie (3-3), Youcef Belaïli, a, face au Botswana, remis les pendules à l’heure et convaincus les quelques sceptiques. Double passeur après avoir provoqué le penalty du 3-0, le numéro 8 a amené la percussion et un jeu un peu plus direct qu’il fallait pour mettre dans les meilleures dispositions son accolyte Baghdad Bounedjah. De fortes chances que l’ancien joueur de l’Espérance de Tunis soit l’une des pièces maîtresses lors des prochaines rencontres décisives.

« Belmadi est comme un grand frère pour nous »

Irrité par le manque de temps de jeu de son protégé, Djamel Belmadi avait, selon nos informations, très virulemment sermonné le numéro 8 de l’Équipe Nationale. Une information confirmée par les deux protagonistes lors de différentes déclarations. Depuis, tout s’est arrangé et comme rappelé ci-dessus, Belaïli a fait son grand retour au sein des Fennecs, le tout en étant décisif. Au plus grand bonheur du coach national : « Djamel était énervé du fait que je ne jouais plus mais tout est rentré dans l’ordre lorsque j’ai repris la compétition. Il était content de me revoir dans le groupe car il sait que je donne toujours le maximum de moi-même pour l’Équipe Nationale. C’est un entraineur qui motive ses joueurs et leur donne une grande confiance. Il connaît la valeur de chaque joueur et c’est pour ça que tout le monde donne le maximum. C’est comme un grand frère pour nous » avouera Youcef. 

Un sélectionneur national qui n’avait d’ailleurs pas tari d’éloges sur son poulain oranais en novembre 2020 : « Un talent de Youcef Belaïli ajouté au professionnalisme d’Aïssa Mandi auraient permis au joueur d’évoluer au moins à Tottenham ou à l’Atlético Madrid. Je suis sûr de ce que je dis. Il a tellement de talent » avait-il déclaré lors d’un entretien pour la Radio chaine III. De son côté, l’ex-joueur d’Al Ahli Saudi s’est réjoui des dires de son mentor : « Djamel Belmadi me répète constamment que ma place est en Europe. InshaAllah ça sera pour cette année ». Enfin, l’Algérien a également évoqué le cas de Riyad Mahrez, espérant que ce dernier « marque en finale de Ligue des Champions » et « remporte les trophées individuels ».

L’entretien en intégralité

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.