Claude Leroy : « Si on gagne on repasse devant l’Algérie »

Interrogé par Actufoot, le sélectionneur du Togo, Claude Leroy, a évoqué dans un entretien passionnant la prochaine confrontation des Éperviers face aux Fennecs. Le technicien français qui a roulé sa bosse en Afrique a fait le point sur la situation de la star Emmanuel Adebayor qui pourrait rejouer face à l’Algérie en dépit de la pelouse catastrophique du stade de Lomé.

« Ce sera compliqué. Mes deux meilleurs défenseurs centraux, Hakim (Ouro-Sama) et Djene (Dakonam), sont suspendus, il va falloir être créatif. Je sais que les Algériens ne sont pas contents de jouer sur cette pelouse dangereuse et ils ont raison : si on tacle, on peut s’arracher la peau. C’est ce qui est d’ailleurs arrivé à un de mes joueurs. Ce n’est pas très compliqué, il va falloir gagner ce match. On revient de très loin et si on gagne on repasse devant l’Algérie. Il y a des joueurs de talent au Togo et on peut leur poser de grands problèmes, comme eux peuvent nous en poser aussi. Ce sera un super match mais il ne faut pas oublier que ça reste que du foot » a expliqué le technicien français qui ne craint pas particulièrement la sélection algérienne.

Adebayor de retour face à l’Algérie ?

Interrogé sur l’absence d’Emmanuel Adebayoir lors des deux dernières rencontres des Éperviers, le sélectionneur du Togo a tenu à protéger sa star. « Il n’y a pas de dossier Adebayor ! Il ne jouait pas mais il était là avec nous. C’est quelqu’un qui a des grands segments et qui a du mal avec la pelouse de Lomé. On verra pour l’Algérie mais il est trop handicapé par cette surface qui est une tôle ondulée abominable. On a un terrain qui est en travaux et qu’on ne peut plus utiliser et un autre qui est catastrophique, c’est une honte. Avec ses grands compas, quand il s’entraîne dessus, il a des tendinites, des problèmes articulaires… il a 35 ans, il n’est plus très jeune. Ce genre de terrain le bousille complètement au niveau physique. C’est une période où il était cuit et où il était un peu au bout du rouleau. On ne peut pas imposer à un joueur de jouer, surtout qu’il était trop handicapé. Tant que la CAF et la FIFA tolèreront qu’on joue sur des champs de patates, il ne faudra pas s’étonner que l’Afrique ait du mal footballistiquement parlant. Malheureusement, on s’occupe plus des fauteuils présidentiels dans les loges que des pelouses… » a déploré à juste titre le chevronné technicien de 70 ans.

Les réserves « pitoyables » de la Gambie

Questionné également sur les réserves de la Gambie sur la qualification du joueur James Olufade, qui possède la double nationalité togolaise et nigériane, Claude Leroy a sèchement critiqué la fédération gambienne sur ce sujet : « Ils veulent créer l’illusion pour qu’on oublie leurs propres problèmes. C’est pitoyable ! Il faut laisser ça à la Fédération Gambienne, ce n’est même pas notre problème ».

Son système de formation et détection au Togo

« J’ai créé « Graines du Togo » qui compte 600 éducateurs. On a tout financé. Les sponsors nous ont suivi. Village par village, région par région, on a tamisé tout le Togo et on a pu répertorier tous les gamins du pays nés de 2002 à 2005. Cela nous a permis de voir 10.000 enfants et adolescents. Ça a été un succès incroyable ! Plein de pays m’ont appelé pour savoir comment j’avais organisé ça et je pense donc qu’on verra cette opération ailleurs. Grâce à ce projet, on a pu lancer une équipe nationale des – de 20 ans qui a d’ailleurs fait le Festival de Toulon. Cela nous a également permis d’avoir des équipes toutes faites de 15, 16, 17 et 18 ans. Ce n’est pas facile au Togo car il n’y aucun championnat Jeunes. C’est d’ailleurs ce qui fait le charme de ce continent : on peut encore dénicher des talents au coin de la rue. On devait donc trouver un moyen de répertorier tous les footballeurs en herbe. Et si on ne vit pas au pays, on ne peut pas faire tout ça ! Il n’y a jamais de repos, on travaille tout le temps, on est tout le temps sur le terrain, dans les quartiers. C’est un boulot de fou mais ça nous fait gagner un temps fou aussi… Le chef de l’État m’aide beaucoup pour les déplacements. Il a parrainé « Graines du Togo » et pour la finale, il était là. Il veut qu’on s’occupe de la jeunesse. J’ai des idées, j’essaye de les faire appliquer mais il y a beaucoup de gens qui m’aident, je ne suis pas seul » a expliqué Claude Leroy.

Yassine Benarbia, La Gazette du Fennec

Extraits d’un long entretien accordé à Actufoot

Ne manquez pas aussi !

C’est vous l’Expert #6 : Participez au débat !

Votre émission mensuelle est de retour ! Participez aux débats dans les commenta...

Désignation du nouveau sélectionneur : Zetchi sous pression !

Alors que la date annoncée du 1er aout se rappro...

EXCLU : Belaili gagne son combat contre la FAF !

Youssef Belaili a remporté aujo...

Adam Ounas, du talent et de l’audace

Tout fraîchement convoqué pour prendre part ...

Zetchi – Kerbadj : la vérité si je mens III

L’atmosphère devient de plus en plus électrique....

Les deux bourdes étonnantes de Raouraoua

En conférence de presse, la ...

Leganes: Medjani toujours remplaçant

Fraichement arrivé à Leganes, Medjani le capitai...

Click to Hide Advanced Floating Content