Transferts et litiges : Des chèques et jeu d’échec

Chaque année, c’est la même chose. Une fois l’exercice terminé, c’est le temps de faire les comptes. Plus que le bilan des résultats sportifs, c’est l’argent qui est au cœur des désaccords. Les joueurs saisissent la Chambre de Résolution des Litiges (CRL) pour réclamer des arriérés à leurs directions. Les chairmen crient famine au moment où ils empilent les recrues. C’est l’Algérie du football contradictoire. La Ligue de Football (LFP) et la Fédération algérienne de football (FAF) essaient de réguler les économies. Sans y parvenir !

Toutes les mesures semblent vaines pour soigner le marché de ses maux. Des mots et des intentions qui se heurtent à la ruse des présidents et leurs contorsions. Les avertissements trouvent les oreilles sourdes et l’impunité des directoires. Preuve à l’appui, bien que la Fédération algérienne de football (FAF) ait tout simplement interdit à pas moins de 12 formations de l’élite de faire signer de nouveaux éléments tout en leur accordant un ultimatum jusqu’au 20 juillet, les menacés continuent de faire leur achats. C’est même les plus actifs sur le marché des transferts estival. En Ligue 2 Mobilis, la situation n’est pas meilleure puisque 10 pensionnaires ont été sommés de ne pas recruter.

Les 22 teams black-listés sont le MC Oran,  CS Constantine, USM El Harrach, CR Belouizdad, ES Sétif, MC Alger, JS Saoura, RC Relizane, O Médéa, USM Bel-Abbès, MO Béjaïa et CA Batna du palier suprême et  le RC Arba, USM Blida, CA Bordj Bou Arreridj, AS Khroub, JSM Béjaïa, JSM Skikda, ASO Chlef, US Biskra et CRB Aïn Fakroun de la D2 Pro.

Selon Mahfoud Kerbadj, patron de la LFP, les responsables des différentes franchises vivent au-delà des moyens de leurs trésoreries. « Les présidents des clubs adoptent une politique qui ne correspond guère à leurs moyens financiers, pour se retrouver dès le milieu de saison incapables d’honorer leurs engagements envers leurs joueurs, ce qui explique le nombre élevé des dossiers traités par la CRL à laquelle recourent évidement les joueurs en question pour être rétablis dans leurs droits », a-t-il jugé.

À une semaine de la « dead-line » !

En effet, un nombre important de plaintes a atterri sur les bureaux  de la Chambre de résolution des litiges (CRL) cette saison. On parler d’une soixantaine de dossiers à traiter et différends à résoudre entre les clubs et leur employeurs lésés. C’est pour cela que Kerabdj a demandé aux chairmen de rationaliser des dépenses. La véritable raison reste les masses salariales stratosphériques. Des promesses financières démesurées qui ne sont pas en mesures d’être tenues. « Le plus grave dans tout cela, c’est que certains clubs, dont la masse salariale est la plus élevée en championnat, se contentent à l’arrivée de jouer la carte du maintien, exactement comme ça a été le cas pour le CS Constantine lors de la défunte saison », constate le président de la structure qui gère le championnat professionnel avec ses deux divisions.

À l’approche de la fin du délai donné aux clubs réfractaires par les instances footballistiques afin d’épurer les dettes, les regards seront tournés vers la LFP et la FAF. Quelles mesures prendront les deux structures ? Vont-elle enfin sévir concrètement ? En tout cas, selon le règlement, les transfuges pourraient ne pas être qualifiés pour jouer.

Mohamed Touileb, La Gazette du Fennec

  • Serious

    Le CRB recrute 5 joueurs en même temps et ils ont même pas payés les joueurs d’avant depuis 6 mois. XD.

    laisse tomber. Franchement, y’a rien à comprendre dans ce pays.

    • Salah Bey

      Le foot est toujours le reflet de l’économie XD

      • Serious

        Pas du tout. C’est le reflet de la mentalité des Algériens. Les Algériens sont malhonnêtes.

        • Salah Bey

          Quand il n’y aura plus les moyens de faire de la cavalerie,de fabriquer de la fausse monnaie,de créer des bulles spéculatives sur les salaires notamment grâce à la sphère informelle.Toutes ces montagnes d’argent s’écrouleront.Le foot en Algérie n’est que le marqueur d’une économie dérégulée.

          • Serious

            S’ils ont pas d’argent, ils arrêtent le football. Ils promettent des salaires en or aux joueurs et après, ils peuvent pas payer. Car ils sont malhonnêtes. Il y a bien des clubs qui paient leurs joueurs.

          • Salah Bey

            La sphère informelle contrôle plus de 40% de la masse monétaire en circulation.
            L’argent sale coule à flot dans les clubs et tous le monde en profite.

  • Serious

    En Algérie, tu fais comme le Chinois a fait aux commerçants algériens. Les joueurs doivent séquestrer leur président dans un garage et il ressort que quand il les a payé. Malheureusement, c’est que comme ça que ça marche dans ce pays.

    La gentillesse et le bon sens ne fonctionnent pas dans ce pays.

Ne manquez pas aussi !

LDC : Le MO Béjaia à pied d’œuvre au Caire

Le MO Béjaia se trouve au Caire depuis ce mercre...

Euro 2016 : Cantona accuse Deschamps de racisme pour les cas Benzema, Ben Arfa !

Onde de choc dans le football français, l'ex-glo...

Premier League : Leicester s’incline malgré un Mahrez buteur !

Pour le compte de la douzième journée de Pre...

Halilhodzic : « En Algérie, tout le monde est impatient »

Pour rétablir et bâtir une nouvelle notoriété, p...

Éliminatoires CHAN 2018 : l’Algérie s’incline face à la Libye (1-2) !

La sélection nationale des locaux a été battue s...

Athlétisme : Rahmani et Lahoulou n’iront pas aux JO

Les hurdlers algériens Miloud Rahmani...

Mondial 2026: La FIFA adopte le passage à 48 équipes

La Coupe du Monde 2026 se disputera avec 48 équi...

Zetchi : réserves financières, rationalisation et devises

Samedi dernier, Kheireddine Zetchi...

Valence-Lyon : Feghouli toujours blessé

Toujours convalescent Feghouli ne jouera pas le ...

LDC – phase de poules : L’ES Sétif tête de série

L'ES Sétif sera tête de série lors du tirage au ...

EN : les Verts sont bien arrivés à Lusaka

La délégation algérienne a posé pied sur le sol ...