Amar Brahmia répond aux critiques de Larbi Bourrada…son entraineur réplique !

Après les critiques acerbes du décathlonien Larbi Bourrada dont la 5ème place à Rio a séduit tous les observateurs, le chef de la délégation algérienne Amar Brahmia a répondu à l’athlète qui s’était plaint de ses conditions de préparations désastreuses et qui ont ému les Algériens à travers la toile. Même l’entraineur de l’athlète Ahmed Mahour Bacha est sorti de sa réserve pour confirmer l’information scandaleuse de l’absence de véhicule qui devait être mis à disposition de Bourrada. Une mise au point publiée sur le site de FAA qui sonne comme une déclaration de guerre au COA. Nul doute que cette affaire n’a pas fini de faire du bruit !

On manque de moyens pour atteindre le niveau mondial. Les Jeux olympiques se préparent  pendant deux à trois ans et non pas en trois mois. Nous sommes très loin du niveau mondial”, a déclaré Bourrada à l’envoyé spécial de l’APS à Rio. “J’ai payé cash mon manque de compétition. A ce niveau, il faut être prêt sur tous les plans, malheureusement ça n’a pas été le cas pour moi contrairement à mes adversaires dont certains sont à leur troisième participation aux Jeux Olympiques”.

Déçu par le manque de soutien et l’organisation désastreuse concernant sa préparation Larbi Bourrada s’est néanmoins montré satisfait de son résultat, il faut le dire remarquable au vu de toutes ses conditions d’entrainement. “Je suis très content de ma performance, ce n’est  pas chose facile de se classer dans les cinq premiers aux JO. Certes, j’aurais aimé décrocher une médaille olympique mais le manque de moyens et de compétition ainsi que la blessure m’ont empêché de réaliser mon objectif, j’espère que le peuple va me comprendre. Il y a beaucoup qui ne connaissent pas le décathlon, c’est une discipline très difficile”.

les conditions d’entrainements scandaleuses :

Interrogé sur son avenir, le recordman d’Afrique du décathlon est resté évasif tout en réclamant un minimum de prise en charge afin de poursuivre son métier et participer aux prochains Jeux  Olympiques à Tokyo dans 4 ans. “J’ai besoin d’aide de la fédération, des moyens pour travailler et progresser. Je veux des moyens de récupération et du matériel d’entraînement. Je veux aussi disposer d’un Kinésithérapeute, c’est la moindre des choses pour un athlète de l’équipe nationale”, a conclu l’athlète algérien de 28 ans originaire lui aussi de Souk Ahras comme Taoufik Makhloufi.

Brahmia : « Tous les moyens ont été répartis entre les athlètes… »

Ces paroles ne tombant pas dans l’oreille d’un sourd, après avoir fait un immense buzz sur la toile, le chef de la délégation algérienne à Rio, Amar Brahmia, a vivement réagit lui qui était également avant les Jeux le premier responsable de la commission de préparation des athlètes au niveau du COA qui a dépensé 31 milliards de centimes (près de 2 millions d’euros !) pour le bien-être des athlètes avec le résultat sportif que l’on connait.

« En tant qu’ancien athlète et entraîneur, je suis dans l’ensemble satisfait des résultats obtenus. Je connais le niveau des Jeux Olympiques et la valeur de la médaille olympique. Nous avons pour le moment une médaille d’argent avant la finale du 1500 m. Il y a également la cinquième place du décathlonien Bouraâda sans oublier les performances encourageantes de certains jeunes athlètes entre autres Bidani (NDLR : 22 ans et classé 13ème au général), Boudina (NDLR: 26 ans classé 23ème au final) et Hirech (NDLR: 15 ans et classé 15ème sur 16) », a indiqué Brahmia lors d’une conférence de presse animée au Centre de presse du village olympique avant de répondre plus directement à Larbi Bourrada.

ammar bouras saud guerniLe sympathique mais totalement inutile Amar Bouras (Président de la FAA) avec l’ex-champion du monde du 800m Djabir Saïd-Guerni

« Le COA n’a jamais refusé quoi que ce soit à aucun athlète. Tous les moyens alloués à la commission de préparation des JO ont été repartis à tous les athlètes sans distinction aucune. Je prends l’exemple de l’haltérophile, le jeune Walid Bidani (NDLR : classé 13ème sur 23 participants) qui a bénéficié d’un stage à Antalya que son entraîneur Besbes a considéré comme le meilleur dans l’histoire de la préparation des athlètes dans cette discipline », a-t-il dit.

Toutefois, Amar Brahmia a reconnu que des erreurs ont été commises mais sans préméditation. « Nous avons commis des erreurs qui n’étaient pas préméditées, tout ce que nous avons fait, l’a été avec passion et dans l’intérêt du pays. Mais ces erreurs n’ont pas eu d’influence sur les performances des athlètes. La préparation pour les jeux a commencé début 2013. Nous avons répondu favorablement à tout ce qu’ils ont demandé. À titre d’exemple, nous avons payé aux Américains 100.000 dollars pour la préparation de certains athlètes algériens », a-t-il expliqué.

delegation athlétisme boubrit coachsBoubrit (DTN), Hammad et Said-Guerni (ex-athlètes) avec Mohamed et Mahour Bacha les coachs de Larbi Bourrada

Par ailleurs, Amar Brahmia a démenti l’existence d’un conflit entre le COA et l’entraîneur de Bouraâda. « Chacun est libre de dire ce qu’il veut, mais le COA est en train de faire son travail avec sérénité. Ce que je peux affirmer, c’est qu’il n’y a aucune influence sur la performance de l’athlète Bouraâda, désormais dans le Top 10 mondial de l’histoire du décathlon », a tenu à souligner le chef de délégation Brahmia.

L’entraineur de Bourrada confirme le scandale du véhicule de service !

Le lendemain de ces déclarations, l’entraineur du décathlonien, Ahmed Mahour Bacha, a répondu sur sa page Facebook en utilisant des mots très durs. « Afin d’apporter toute la lumière sur cette affaire que certains essayent d’étouffer à tout prix, à travers leurs journalistes de service, voici les faits…« . Ce dernier explique ainsi en détail la version de notre correspondant à Rio qui a vu de ses propres yeux Larbi Bourrada et ses entraineurs quittés le stade en bus et non pas avec une voiture officielle comme réclamée.

« Tôt le matin de la première journée du Décathlon, le DTN de la FAA avait commandé auprès du COA, une des nombreuses voitures mises à la disposition de la délégation algérienne, afin qu’à la fin du 400m soit à 21h30, Larbi et mon assistant Hocine Mohamed ainsi que le kiné de la FAA puissent se déplacer rapidement vers une clinique privée qui propose des moyens de récupération (…). Une fois le 400m terminé, point de voiture, au grand désarroi de l’athlète et de tous ceux qui ont bien voulu rester tard au stade auprès de nous, le DTN, Benida Amar ainsi que nos médaillés olympiques Hammad Abderahmane et Said Guerni Djâbir« , déplore ainsi Mahour Bacha.

chute bourradaLe malheureux Bourrada aura gagné le respect de ses compatriotes pour son courage

Après une attente d’une heure et demie, « la décision a été prise de rentrer au village Olympique par la navette puis de prendre un moyen de transport vers la clinique », poursuit l’entraîneur, qui tient à remercier Guidouche Zhor, membre du COA, qui « outrée par cette situation, a permis le déplacement en payant le taxi vers la clinique ».

« Voila la vérité, rien que la vérité, toute la vérité. Quant à la voiture commandée, eh bien elle avait été réquisitionnée pour la soirée et la nuit par deux officiels de la délégation », dénonce encore Mahour Bacha très remonté mais qui ne donne pas les noms de ces deux officiels. Le retour à Alger s’annonce chaud, à moins que l’affaire ne soit encore une fois étouffée afin de mieux prendre en otage l’athlétisme algérien…

Le résumé des performances de Bourrada à Rio :

Yassin Benarbia, La Gazette du Fennec,

avec notre correspondant à Rio

  • el gatt lak’hal

    « Nous avons commis des erreurs qui n’étaient pas préméditées.. »
    « Ghlatna bessah ma dernahech bel3ani… »
    Amar Brahmia

  • Homer Bundy

    Des excuses encore et toujours des excuses !
    Tous le mondes en Algerie se trouve des excuses,les athlètes pour leur mauvais résultats et les dirigeants pour leur incompétences.
    Ok. je suis d’accord pour dire que nos athlètes ont moins de moyens que certaine nations, mais il il y a beaucoup de pays sans aucun moyens et qui arrivent a faire des médailles.
    J’en veut pour exemple Cuba,Ethiopie Armenie,Kenya Thailande ….. et beaucoup d’autre, hier soir je suis tombé par hasard sur un pauvre ivoirien en taekwondo qui dormais par terre a dans une salle a Abidjan qui n’avait jamais utilise un plastron electronique avant les JO Qui arrivait a subsister seulement grace a une association caritative et qu a fait medaille d’OR.
    Alors un grand BRAVO a Bourrada et Makhloufi qui ont fait un excellent parcourt mais pour les autres,je suis desolé mais le manque de moyens n’explique pas tout.

    • SGHORSSEN BEO

      Le problème en soi ne sont pas les moyens puisqu’ils existent ….C’est leurs destinations et leurs utilisations a d’autres fins qui posent problème !!! 31 milliards de cts ont été dépensés soit 2 millions d’euros !

      • Homer Bundy

        Tu rejoint un peu ce que je dit;
        Puisque même avec la gabegie généralisée chez nous, nos sportifs sont tout de même mieux lotis que ceux de beaucoup d’autre pays,donc ils ont tort de se cacher derrière le seul manque de moyens.
        Mais tu sait ce qu’on dit:
        Celui qui veut trouve le moyen.
        Celui qui ne veut pas trouve des excuses !!!

  • Fouad Agha

    Mais pourquoi on site pas les noms ?!! il faut les exposer à tout le monde !

  • ait_mansour_aziro@yahoo.fr

    On ton ancien athlète et entraineur  » je suis satisfait des résultats obtenus  » ? La phrase veut tous dire ! qu’est ce que vous voulez rajouter de plus ! et c’est pareil partout , ils sont toujours satisfait de leurs boulot mal fait ?????Que demander a des nuls , incompétents , illégitimes , corrompus , voleurs , traitres ,saboteurs , bon a rien qui se contente de sa !!!Ils nous foutent la honte à Rio , et ils ont ni nif ni honneur , ils salissent le drapeau et le pays et il est satisfait , bravo espèce de clown .

  • Fennec

    Les Algériens sont comme ça. tu dis « il n’y a pas », tu prouves les choses mais ils ne comprennent pas. Il va te dire « il y a ». C’est comme ça. C’est très difficile de faire comprendre un truc simple à un Algérien. Il est hyper têtu dans le mauvais sens du terme.

    Il se contente du strict minimum et même en dessous.

    Il n’y a pas les gens pour faire les choses en Algérie. La proportion est trop faible.

  • Fennec

    Les types font les choses mal mais ils pensent qu’ils les font correctement. Si tu oses aller leur dire, une mafia va te tomber dessus. L’Algérien, en général, n’est pas prêt à la critique fondée. Il démarre au quart de tour.

    Pour l’instant, la seule chose que les Algériens désirent c’est détruire leur pays. Et, c’est ce qu’ils arrivent à faire.

  • momo

    On a l’habitude de nous lancer des sommes globales pour justifier leurs incompétences .
    Mais qu’on donne le détail des dépenses et je suis persuade qu’une infime partie a bénéficie aux athlètes .

Ne manquez pas aussi !

Dans le rouge, West Ham mise sur le retour de Feghouli !

Assez discret, Sofiane Feghouli,...

Mercato : Djebbour signe 3 ans en…D2 grec !

Libre de tout contrat, Djebbour a signé 3 ans av...

U23 : la sélection entre en stage pour 20 jours

L’équipe nationale olympique qui prépare les Jeu...

Premier League : Mahrez encore passeur, Leicester gagne 3-0

Les Foxes n'ont fait qu'une bouchée des Magpies ...

Un avant goût de Mondial pour l’Algérie !

L'Algérie connait ses adversair...

Dopage : l’affaire Merzougui provoque des remous

Comme il fallait s'y attendr...

Premier League : résultats décevants pour les Algériens

La quatrième journée de Barclays Premier Lea...

Résultats foot #13 : Mandi retrouve le sourire, pour le reste c’est la catastrophe !

L'après Nigéria aura été très compliqué pour les...

Seychelles – Algérie : début du stage des Verts à Sidi Moussa

La sélection nationale débute ce samedi au Centr...

Moussa Saïb prend la défense de Mehdi Zeffane

Invité sur le plateau de Berbère TV pou...