L’incroyable destin des trois frères Bouhraoua

Une histoire franco-algérienne passionnante. Nés en France et originaires de Souk El Ténine non loin de Béjaia les frères Bouhraoua sont liés par le sang et l’amour du rugby. L’ainée, Boris (31 ans), qui évolue en Nouvelle-Zélande, est la star de la sélection algérienne, le cadet, Terry (28 ans), est le capitaine et maillon fort de l’Équipe de France à VII qu’il a qualifié aux JO 2016 à Rio de Janeiro, alors que le benjamin, Lou (23 ans) est l’étoile montante du rugby algérien.

Bien plus qu’une victoire 16-6 face à la Tunisie. Sous les yeux de leur frère Terry, Boris et Lou Bouhraoua ont joué le tout premier match de rugby de l’équipe d’Algérie sur son sol, la semaine dernière, à Oran. Récit signé L’Echo Républicain.

Bonneval, la ville d’origine. L’Algérie, la terre des ancêtres. Celle de Brahim, le grand-père paternel qui coule des jours paisibles à Châteaudun. « Il est de Souk El Ténine, ce qui signifie « marché du lundi », à l’est de Béjaïa », précise Terry, le cadet.

Grâce à leur aïeul et pour lui, les trois frères Bouhraoua, liés par le sang et le rugby, ont retrouvé le pays de leurs racines, la semaine passée. Ils y ont partagé un moment historique : le tout premier match officiel de l’équipe nationale d’Algérie sur son sol, gagné 16-6 face à la Tunisie.

Cette rencontre à part s’est jouée à Oran, devant plus de 5.000 spectateurs. Terry, le capitaine de l’équipe de France de rugby à VII, y a assisté depuis les tribunes. Boris, l’aîné, et Lou, le benjamin, tous les deux « Fennecs » (le surnom de la sélection), y ont participé sur le terrain. De chaque côté, les émotions furent très fortes.

« On a bien ressenti que ça allait au-delà du sport »

« Pour rien au monde, je n’aurais manqué ce rendez-vous. C’était quelque chose d’exceptionnel, une journée hors du commun pour le rugby algérien. L’hymne, le drapeau porté en triomphe… Il s’est passé un truc. Tout a été parfait », raconte Terry.

« Des gens comme Sofiane Benhassen ou Azzouz Aïb se sont battus pendant dix ans pour que la Fédération soit créée et pour que cette rencontre existe. Pour eux, c’était hyper important. Nous, notre mission, c’était de jouer. Mais on a bien ressenti que ça allait au-delà du sport, confie Boris. Il n’y avait qu’à voir le nombre de photographes pour le comprendre. » « Je n’avais jamais vu ça ! », ajoute Lou.

Les précédents matches auxquels les deux Bouhraoua avaient participé, notamment ceux disputés à l’occasion d’une mini-tournée en Malaisie, s’étaient déroulés dans un relatif anonymat. Depuis ses débuts en 2007, la sélection, qui évoluait sous l’égide d’un club, n’était pas reconnue par les autorités du pays ni par la Fédération internationale…

les frères Bouhraoua
Les Bourahoua en famille au retour du match d’Oran

Rendez-vous fondateur, le match d’Oran a eu droit à bien d’autres égards. « Il était diffusé en direct à la télé sur la première chaîne, confie Boris. Médiatiquement, il y a eu un gros tapage. Ça devrait permettre au rugby de se faire connaître. Le sport comme ses valeurs. La mixité, l’ouverture… Ça peut correspondre au peuple algérien. Dans les stades de foot, la discipline reine, il n’y a quasiment que des hommes. À Oran, on a joué devant des familles. Des enfants d’Algérie ont vu du rugby… »

Aujourd’hui, au pays il n’existe qu’une dizaine de clubs et une image pas encore bien nette de ce qu’est l’ovalie. « Avant le match, on m’a souvent demandé si je portais un casque et des protections. Les gens croyaient qu’on allait faire du football américain », s’amuse Lou. Le lendemain, plus de confusion mais une nouvelle notoriété à assumer.

« La France et l’Algérie font partie de notre histoire »

« Toute la semaine, on s’était promené sans trop susciter la curiosité. Là, ce n’était pas ce qu’on cherchait, mais quand on a voulu aller prendre un café, on a été sans cesse arrêté pour des photos ou des dédicaces », confie Boris. « Même au retour à Paris, à l’aéroport et dans un bar, on nous a parlé du match », souligne Lou.

Comme la grande majorité des éléments d’une sélection valant une bonne Fédérale 1, les Bouhraoua sont des binationaux. Chez les jeunes, en universitaire ou au rugby à VII, ils ont même joué sous les couleurs tricolores avant d’opter pour le vert et blanc. « Moi, je suis fier d’avoir porté les deux maillots, affirme Boris. Ils sont tous les deux exposés dans ma chambre. La France et l’Algérie font partie de nous, de notre histoire. »

« On est en 2015, il faut aller au-delà des antagonismes, balance Terry. C’est une force pour la France de compter des habitants de diverses origines et c’est une force pour l’Algérie d’avoir des joueurs qui évoluent dans l’Hexagone. Avant que des « locaux » ne prennent le relais, ce sont eux qui doivent contribuer au développement du rugby. Et je suis heureux que mes frangins participent à cette très belle aventure. »

Brahim, lui, peut être très fier de ses petits enfants qui n’ont pas oublié d’où ils venaient. Bonneval et l’Algérie…

>> les trois frères Bourahoua à Oran:

Boris Bouhraoua : 31 ans, né le 4 mai 1984. Demi de mêlée, joue en Nouvelle-Zélande, dans la province de Napier. Est passé par Brive, Agen, Stade Bordelais, Limoges et Bobigny. International algérien. Ancien international tricolore en -18 ans, universitaire et rugby à VII.

Terry Bouhraoua : 28 ans, né le 29 août 1987. Demi de mêlée ou libéro. Capitaine de l’équipe de France de rugby à VII, qualifiée pour les JO de Rio. Anciens clubs : Ussel, Brive, Stade Français (Top 14) et Béziers.

Lou Bouhraoua : 23 ans, né le 3 novembre 1992. Demi de mêlée ou ailier. Joue à Bergerac (Fédérale 1). Est passé par Racing Métro 92, Albi et Montluçon. International algérien. Ancien international tricolore en universitaire et rugby à VII.

Franck Thébault pour L’Echo Républicain

>>Voir également l’entretien en Malaisie :

  • Amar Querty

    Voilà une très belle histoire….merci La Gazette et bonne chance à ces trois frangins !

  • Fennec

    Le rugby ne fonctionnera pas en Algérie.

    1 – Déjà, en général, l’Algérie a des problèmes de fond bien plus important que le sport. c’est un facteur très très important que tout le monde zappe et veut mettre sous le tapis. Bref, tu ne joues pas quand t’es en slip.
    2 – L’Algérie n’a pas de culture de rugby et les Algériens n’aiment pas ce sport. Regardez le nombre de spectateurs lors du match Algérie-Tunisie. Il y a 1 ou 2 spectateurs.
    3 – Déjà, on a même pas de stades pour le football et vous allez construire des stades pour le rugby ?? Quand un truc n’est pas fait correctement, il ne faut pas rajouter des problèmes aux problèmes.
    4 – Les gens oublient le facteur financier. Déjà, il n’y a pas d’entreprises en Algérie qui vont financer les clubs. Ça va se passer comme dans le football où les clubs n’ont pas d’argent pour payer les joueurs. Et, ce n’est pas à l’état de payer les salaires des sportifs.
    5 – Tu joues en Afrique. Il n’y a pas de compétition pour le rugby et pas les bonnes conditions de jeu.

    Donc, ça va être un fiasco. Il n’y a que l’EN A qui va faire illusion en incorporant des binationaux. Mais, quel sera le résultat au niveau mondial ? La France ne te laissera jamais prendre un crack et le crack du rugby ne viendra pas jouer pour l’Algérie car il n’y a pas de gestion ni d’envie ni de bonnes conditions de jeu ni d’ambition à la hauteur de son talent.

    • kimslim

      tout peut fonctionner en Algérie. C’est une question de volonté et d’attitude. C’est tout. C’est sûr, qu’avec une attitude négative, rien ne peut fonctionner, pas seulement en Algérie, mais n’importe où dans le monde.

      • Fennec

        Je te donne un constat objectif et argumenté.
        En plus, les Algériens n’ont pas la volonté de faire, c’est faux. Et, ils ne sont pas intéressés par grand chose à part des trucs sans intérêt.

        Je constate que les Algériens font les choses par jalousie.

        Comme ils voient les USA aller dans l’espace alors ils pleurent parce que l’Algérie ne va pas dans l’espace (même si on est les seuls africains à participer à un programme spatial mondial, chose que tout le monde a zappé car il faut toujours descendre le « pouvoir »). Mais, les Algériens ne sont pas intéressés par l’espace. Alors, ils pleurent du « pouvoir ».

        Ils veulent tout mais ils n’aiment rien et ne veulent rien. Alors, ils veulent que l’état fasse tout, ce qui est impossible puisque sans le peuple, il n’y a rien. Si le peuple ne veut rien, il n’y a rien.

        Et pire. Quand tu proposes des choses pour améliorer les conditions, ils ne veulent pas !!!! Tu leur dis « Cassons-nous de l’Afrique ». Ils ne veulent pas.

        C’est ça la vérité que tu n’entendras jamais ailleurs que chez « Fennec ».

  • ait_mansour_aziro@yahoo.fr

    Pour la petite histoire le rugby étais présent en Algérie avant et méme après l’indépendance avec un championnat , hors c’est une décision du parti unique de supprimer ce sport à leur tète l’inculte imposteur ex dictateur qui pour lui est un sport des colons quoi français , hors ce sport a été inventé par les anglais dans la ville qui porte le nom de ce sport ! voila la vérité et pourquoi ce sport est dans cette état ! Maintenant pour remonter la pente , elle sera dure , mais s’il y a de bonne volonté et en laisse ses jeunes faire ??? toutes est possible ??? si nos saboteurs et bon à rien viennent pas mettre leurs nez et saboter , pourquoi pas ! si un français d’origine Algérienne est capitaine de l’équipe de france , donc sa veut bien dire que le problème se sont pas nos jeunes , mais nos dirigeants , on est pas plus béte ou pas plus intelligent que les autres ! ce qui est logique !!!!!

  • momo

    Je ne sais pas si les algériens vont adhérer a ce sport !! en tout cas l’initiative est bonne tant qu’il y a la volonté soutenons la !!

Ne manquez pas aussi !

Michaël Boully: « Je n’ai aucune intention de quitter la sélection »

Hier, nous évoquions le spleen de Michaël Bou...

EN : Abeid appelé par Rajevac

Alors que la liste des joueurs convoqués pour le...

Riyad Mahrez honoré par la wilaya de Tlemcen

En vacances en Algérie, l'international algérien...

Mostafa Jelti : « Le rugby algérien remplit presque tous les critères »

En visite en Algérie la semaine dernière pour fa...

Montpellier et Boudebouz humilient le PSG (3-0) !

Le grand PSG s'est effondré auj...

CAN 2016 Dames : Algérie-Kenya le 8 avril à Bologhine

La rencontre Algérie-Kenya comptant...

Foot – Programme TV : les débuts de Bensebaïni face à Nice

Peu de matchs à suivre ce dimanche si ce n'est e...

Valence : quand la toile se mobilise pour remercier Feghouli !

Internet est un peu le lieu de tous les miracles...

250ème match pour Boudebouz, Bentaleb face à Mahrez

Programme intéressant à suivre ce weekend avec l...

Transfert: Carl Medjani signe à Levante !!

C'est désormais officiel, l'international algéri...

Leekens : « Nous suivons tous les joueurs susceptibles de rejoindre l’EN »

A moins d'un mois du prochain stage de préparati...

Dans le rouge, West Ham mise sur le retour de Feghouli !

Assez discret, Sofiane Feghouli,...

Belkaraoui, un avenir qui s’inscrit en pointillé

Hicham Belkaroui est sur le ...

Ligue 1 – 26ème journée : MC Alger 2-2 USM Alger

Dans le derby de la capitale, qui constituait le...