1958-2018 : il y a 60 ans, Zitouni et Mekhloufi refusaient la Coupe du Monde !

Il y a 60 ans, à la veille de la Coupe du monde 1958 en Suède, deux footballeurs algériens font partie intégrante de l’Équipe de France qui s’apprête à s’envoler pour le mondial suédois : le libéro Mustapha Zitouni (29 ans à l’époque) et le prodige Rachid Mekhloufi (21 ans). L’onde de choc est immense dans la métropole française avec la naissance de l’équipe du FLN.

Aujourd’hui certains grands joueurs rêvent de disputer une Coupe du Monde quand à une autre époque des footballeurs ont refusé de participer à ce grand évènement planétaire. C’est le cas des footballeurs algériens de légende Rachid Mekhloufi  (81 ans) et le regretté Mustapha Zitouni (décédé en 2014 à l’âge de 85 ans) qui ont marqué les esprits et l’Histoire en désertant l’équipe de France, au sommet de leur art, pour rejoindre la naissante équipe du FLN.

En 1958, un an après avoir remporté la Coupe du Monde militaire, où il inscrit deux buts en finale face à l’Argentine à Buenos Aires (5-0), le jeune Rachid Mekhloufi effectue son service militaire au bataillon de Joinville. À seulement 21 ans, il joue à Saint-Etienne et c’est l’un des grands espoirs du foot français. Déjà champion de France, il se prépare à jouer la Coupe du monde en Suède avec les Bleus au même titre que Mustapha Zitouni, le capitaine de l’AS Monaco et le patron de la défense tricolore qui a subjugué le Parc des Princes lors de sa dernière apparition face à l’Espagne de Di Stefano en mars 1958. Deux autres footballeurs algériens sont également dans les plans en tant que réservistes, l’attaquant de Toulouse Saïd Brahimi et le virevoltant ailier de Monaco Abdelaziz Bentifour (présent en Coupe du Monde 1954).

mustapha zitouni france 1958

À cette époque, la guerre d’Algérie fait rage. À la mi-avril, neuf footballeurs algériens quittent clandestinement la France pour Tunis, renonçant à leur carrière, à la gloire et l’argent. L’appel du Front de libération nationale (FLN) s’est fait spontanément, sans véritable pression. « Il n’y a eu aucune menace, s’il y a un joueur qui vous dit qu’il a été menacé, c’est de la fumisterie » clame Mekhloufi dans un reportage réalisé par France 3. Ces défections en cascade pour rejoindre le mouvement clandestin à Tunis provoqueront une tempête dans l’opinion publique française ce qui contribua à médiatiser le conflit algérien, but ouvertement recherché par la direction du FLN. « Ce départ des meilleurs joueurs algériens évoluant en France n’était pas innocent. Peu de Français connaissaient ce qui se passait en Algérie. Les représentants du FLN en France étaient en avance dans la publicité. Vraiment en avance car un coup comme ça a permis au peuple français d’ouvrir les yeux » analyse encore Mekhloufi.

mekhloufi france 1956

Pendant quatre ans, l’équipe du FLN va disputer plus de 80 matchs dans tout le monde arabe et les pays sympathisants de la cause indépendantiste, comme la Yougoslavie, la Chine, le Vietnam… Elle est devenue le porte-voix de la révolution algérienne. Le 5 juillet 1962, l’Algérie obtient son indépendance. L’équipe du FLN est dissoute. Devenu international algérien, Mekhloufi reviendra jouer à Saint-Étienne. Un retour gagnant avec trois titres de champion de France et une Coupe de France en 1968, dix ans après son départ où il avait décidé de tout lâcher y compris la Coupe du Monde. « Vous savez aujourd’hui les gens raisonnent en terme de carrière, de palmarès et de finance… La Coupe du Monde bien sûre j’y avais pensé mais ce n’était rien en regard de la lutte pour l’indépendance de mon pays » expliquera plus tard Mekhloufi concernant cet épisode de sa fabuleuse carrière.

Même son de cloche pour son ainé Mustapha Zitouni qui en tirera un certain orgueil dès lors qu’il considère cette étape comme l’une des plus importantes de sa vie même s’il a raté l’opportunité de rejoindre le Real Madrid. « Si c’était à refaire, je le referai sans l’ombre d’un doute, car lorsque Bentifour et Boumezrag m’avaient contacté à Monaco en pleine gloire, j’ai estimé que je devais accomplir mon devoir sans regarder le rétroviseur ». Lors de ce fameux Mondial suédois, la France de Just Fontaine et Raymond Kopa s’inclinera en demi-finale (5-2) face au Brésil de Garrincha et du jeune Roi Pelé. De nombreux observateurs estiment qu’avec ses footballeurs algériens l’équipe de France aurait pu être sacrée bien avant celle de Zinédine Zidane en 1998…

Vidéo : Mekhloufi parle de son parcours

Yassine Benarbia, La Gazette du Fennec

> Lire également notre article sur le parcours fabuleux de Rachid Mekhloufi :

Quand la légende Rachid Mekhloufi fustige le petit Fékir

mekhloufi-fekir

Ne manquez pas aussi !

La composition de Rajevac dévoilée

Le sélectionneur national, Milovan Rajev...

Programme des matchs : Boudebouz affronte Mandi en amical

Alors que l'Olympique Lyonnais affronte le Paris...

Euro 2016 : le programme des matchs de lundi

C'est fini en Copa America avec...

Mondial militaire 2017 : un rang à défendre pour l’EN militaire à Oman !

La sélection algérienne militaire de football se...

Mercato : Mahrez tout droit vers Arsenal !

Selon un information d'...

L’Agence espagnole antidopage enquête sur un traitement du Français Nasri

Le milieu de terrain international français du S...

Algérie-Ethiopie : les 4 chantiers de Gourcuff

L'échéance la plus attendue après la sortie du  ...

Défense : quatre candidats du cru pour bétonner

La révolution au niveau de l’ef...

L1 : Meftah et Salah Eddine suspendus jusqu’à leur audition

Les joueurs Mohamed Meftah (USM Alger) et Salah ...

Résultats Foot #24 : Brahimi et Mahrez buteurs, Feghouli triple passeur

Comme chaque week-end, « La Semaine du Fenne...

Humilié 7-0 à Barcelone, le FC Valence est porté disparu !

Étrillé par le FC Barcelone sur le score ...

EN : Hanni finalement retenu dans la liste de Leekens !

Grand absent de la liste de 31 joueurs dévoilées...

Valence : quand la toile se mobilise pour remercier Feghouli !

Internet est un peu le lieu de tous les miracles...