Mercato : le gâchis Youcef Belaïli de retour en Tunisie !

Quitter une Ligue 1 européenne pour rejoindre la Ligue 1 tunisienne, c’est le triste choix que vient d’effectuer l’international algérien Youcef Belaili. Seulement 6 mois après son arrivée à Angers, l’Oranais de 25 ans a résilié son contrat avec le club français pour s’engager finalement avec l’Espérance de Tunis jusqu’en juin 2020. Désespérance de Tunis.

Invité de la radio Chaine 3 ce vendredi matin, le président d’Angers SCO, Said Chabane a annoncé avoir un trouvé “un accord final” avec l’ES Tunis (Ligue 1 tunisienne) pour le transfert de son milieu offensif algérien Youcef Belaïli. On parle d’une indemnité de 350 000 euros.

Dépité par le comportement inqualifiable du joueur oranais et de son père, le président angevin a finalement libéré Belaïli à qui il avait tendu une main inespérée l’été dernier après la fin de sa suspension pour dopage à la cocaïne. Un contrat de 4 ans avec une prime à la signature mirobolante pour un joueur sans compétition depuis 2 ans (150 000 euros) et un salaire très confortable (27 000 euros brutes par mois) n’auront pas convaincu l’international algérien de 25 ans de se donner à fond aux entrainements et attendre patiemment sa chance.

Après 1 seule apparition en Coupe de la Ligue (45 minutes sans convaincre) le joueur formé au MC Oran a donc choisi d’aller au clash avec ses dirigeants pour quitter Angers durant ce mercato d’hiver. Comme révélé en primauté par La Gazette du Fennec, Belaïli s’était ainsi rendu à Alger pour négocier un transfert sans l’autorisation de son club avant de rentrer bredouille.

Outre l’ES Tunis, Belaili était convoité également par les deux clubs algériens de l’USM Alger et du MC Alger. J’ai appris via les réseaux sociaux que le joueur a pris une photo avec le maillot du MCA en compagnie de son directeur général Kamel Kaci Said. C’est un comportement qui témoigne de l’amateurisme de ce joueur, loin d’être professionnel dans son esprit. Je me réserve le droit de porter plainte au niveau de la Fédération internationale (Fifa) contre ce dirigeant du MCA qui voulait, en quelque sorte, me narguer avec cette photo“, a expliqué Chabane ce matin à la radio algérienne.

Belaïli a donc choisi de retourner en Tunisie où il avait déjà porté les couleurs de l’ES Tunis entre 2012 et 2014, décrochant un titre de champion de Tunisie en 2014 avec les “Sang et Or” et qu’il avait pourtant quitté en très mauvais terme pour retourner en Algérie du côté de l’USM Alger. Une gestion de carrière chaotique guidée par l’argent au détriment de l’ambition sportive. Pour preuve, en 2011 à seulement 19 ans, alors que le Stade Malherbe de Caen (Ligue 1, France) lui avait proposé un contrat professionnelle ferme de 4 ans, Belaïli (encore et toujours sous l’influence de son père) avait opté le challenge tunisien où il a perdu son temps mais gagné beaucoup d’argent. Tournant le dos à l’ambition sportive Youcef Belaili mérite sans doute de tomber dans l’oubli. Un vrai gâchis.

Yassine Benarbia, La Gazette du Fennec

Ne manquez pas aussi !

Naples : Ghoulam a prolongé jusqu’en 2022 !

C'est officiel, le défenseur algérien de Naples,...

Les Girondins de Bordeaux s’intéressent à Hanni !

En Belgique, les prestations de Sofiane Hanni...

EN : Les dessous de l’arrivée d’Alcaraz

C'est désormais officiel, Lucas Alcaraz...

Saïd Benrahma : « Porter ce maillot m’a fait chaud au cœur »

Alors que la trêve internationale lui ayant offert sa première sélection en équi...

Mercato : Zinedine Ferhat débarque au Havre !

Zinedine Ferhat a signé un cont...

Zetchi : réserves financières, rationalisation et devises

Samedi dernier, Kheireddine Zetchi...

Aulas : “Si Dieu veut, on trouvera un accord avec Ghezzal prochainement”

Ghezzal "va prolonger" son contrat avec l'Olympi...

Click to Hide Advanced Floating Content
La Gazette du Fennec

FREE
In Google Play
VIEW