Nous contacter

Actualités

Affaire du derby d’Alger : un procès à 51.000 euros pour la FAF et la LFP

Publié

le

USMA avant 1

Encore un litige, encore un échec pour les responsables du football algérien. Le Tribunal arbitral du Sport (TAS) de Lausanne (Suisse) a acquitté l’USM Alger dans l’affaire du derby. Une décision qui remet en considération la compétence des instances nationales, à leur tête la Ligue de football professionnel (LFP) gérée par Abdelkrim Medouar. Cette affaire a coûté 51.000 euros (43.000 euros à payer au TAS et 8000 euros en frais de la défense) que devront se partager la LFP et la Fédération algérienne de football (FAF).

L’USM Alger a décidé d’aller au bout de la démarche. Au début du mois d’août, les dirigeants ont indiqué que  « pour la SSPA/USMA, la saison sportive ne sera réellement terminée que lorsque le TAS se sera prononcé sur le litige, pendu depuis la dernière audience tenue le 5 juin 2020. Si la décision sera favorable à la SSPA/USMA, il est clair qu’on sera en droit de revendiquer ce qui nous sera accordé. »  A raison, puisque l’instance juridictionnelle mondiale leur a donné gain de cause dans cette affaire.

L’application sèche du règlement

Ainsi, les Usmistes se verront restituer les 3 points défalqués par la LFP qui avait décidé de les sanctionner pour avoir refusé de disputer le derby programmé en octobre dernier. En pleine date FIFA. A l’époque, le directoire de l’Ittihad avait indiqué que cette démarche était motivée par le fait que 5 éléments de l’équipe première soient retenus avec la sélection militaire qui disputait les Jeux Mondiaux à Wuhan (Chine) et un autre, Mouaid Ellafi, convoqué par la Libye.

Une excuse que la Ligue de football professionnel (LFP) avait réfutée catégoriquement en sanctionnant le champion d’Algérie sortant à l’époque. Les Unionistes avaient ainsi décidé d’interjeter, début novembre 2019, un appel auprès le Tribunal algérien du Règlement des Litiges sportifs (TARSL), comme première démarche afin d’annuler cette mesure jugée « abusive ».

D’autant plus que le règlement de la compétition du championnat pro stipule, dans l’alinéa 29-3, que « le championnat de Ligue 1 s’arrête durant les dates FIFA et à chaque fois que l’Equipe nationale des Locaux dispute une rencontre internationale.» Par ailleurs, dans l’article 29-4, il est indiqué qu’« un club peut demander le report d’un match s’il a plus de trois joueurs titulaires en équipe fanion convoqués par l’Équipe nationale Olympique.»

L’USM Alger rétablie dans ses droits

Débouté par le TARSL, c’est auprès du TAS celui de Lausanne que les Rouge et Noir ont déposé un nouveau recours. Cette fois, la requête a été considérée. Dans le verdict il a été noté que « le TAS annule la décision du Tribunal algérien du Règlement des Litiges Sportifs du 16 décembre 2019.» En outre, il a été précisé que la structure sis en Suisse « annule la décision du 10 octobre 2019 du Secrétaire générale de la Ligue de Football Professionnel Algérien du 5 octobre 2019 de programmer la rencontre comptant pour la 4e journée  du Championnat de Ligue 1 entre le Mouloudia Club d’Alger  et l’USMA pour le samedi 12 octobre 2019.»

De surcroît, toujours comme notifié sur la décision finale, le TAS a annulé « la sanction disciplinaire du 14 octobre 2019 de la Commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel algérien.» Dans cette dernière, Medouar et son équipe avaient décidé de la défaite sur tapis vert (0-3) pour les camarades de Hamza Koudri en plus d’une défalcation de 3 autres unités assortie d’une amende de 1 million de dinars et la privation des droits TV de la rencontre.

Classement inchangé pour le MCA

Ainsi, les gars de Soustara ont pu gagner cette bataille juridique face à un Medouar qui pensait être intouchable. Surtout que le patron de la LFP avait défié l’équipe dirigeante de l’USMA d’aller au TAS en lâchant : « si vous êtes sûrs de votre coup, allez vous plaindre auprès du TAS.» Une condescendance ayant pu remettre tous les « efforts » de la FAF, qui a tout fait pour essayer d’en finir avec la saison 2019-2020, avec un minimum de dégâts.

Ce qu’il faut savoir, c’est que, heureusement, ce couperet en provenance de Lausanne ne change pas grand-chose au classement par indice (points pris/rencontres disputées) du championnat. Avec un match en moins et 3 unités de soustraites, le MC Alger restera 2e avec un indice 1.7 point (34/20 matchs joués) derrière le CR Belouizdad (1.90 = 40/21) et devant l’ES Sétif (1.68 = 37/22) ainsi que la JS Kabylie (1.63=36/22). Pour ce qui est de l’USMA, elle passe à la 6e place avec 32 points de comptabilisés en 21 sorties (1.52).

Somme toute, Medouar a, encore une fois, perdu en crédibilité pour ce qui est de son aptitude à faire appliquer les lois de manière rationnelle. La sanction infligée aux Unionistes auraient pu mettre la FAF dans un sacré embarras. Arrivée en fin de mandat, on voit mal comment le successeur de Mahfoud Kerbadj pourrait être reconduit après toutes ses tares qui ont, il faut le souligner, coûté gros sur le plan financier. On parle de 650 millions de centimes à verser au TAS. Sachant que la LFP a dû solliciter la FAF pour verser les primes aux champions de la Ligue 1 et 2…




Emission Web

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.