Nous contacter

Actualités

Affaire FECAFOOT/Coq Sportif: Ce que risque le Cameroun 

Publié

le

314561876 3296127760626204 8467602325291358807 n

L’enthousiasme de Samuel Eto’o, président de la Fédération camerounaise de football, en prévision du Mondial-2022 a été refroidi, jeudi, par une première défaite, juridique celle-ci, dans l’affaire l’opposant à son équipementier, le Coq Sportif. Alors que le tribunal du commerce de Paris ordonne à la FECAFOOT  le maintien des relations contractuelles entre la société LCS International, l’emblématique attaquant, reconverti en dirigeant, défie tout le monde et expose officiellement les maillots coupe du monde du Cameroun flanqué du logo de One All Sport.

Une démarche qui s’inscrit clairement à l’opposée de l’ordonnance rendue par le tribunal du commerce de Paris qui ordonne le respect de l’engagement contractuel signé avec le Coq sportif jusqu’au 31 décembre 2023. A ses yeux, la rupture «la mise en oeuvre de la clause résolutoire par la FECAFOOT (Comprendre rupture unilatérale du contrat) était manifestement irrégulière».

Quel rapport avec l’Algérie ? 

Désormais liés contractuellement avec deux équipementiers, la FECAFOOT et son président, Samuel Eto’o, ont décidé donc d’adopter une  politique jusqu’au-boutiste en dévoilant, comme convenu, ce samedi le nouveau maillot des Lions Indomptables floqué du logo de son nouvel équipementier One All Sport et a lancé officiellement l’opération de sa commercialisation. Samuel Eto’o a s’est même offert le premier maillot. 

Ce pas de franchi s’explique par le fait que la FIFA oblige, selon le règlement du Mondial 2022 (VII, 27.3), les sélections qualifiées à la coupe du monde de «présenter pour approbation un exemplaire des tenues préférentielle et alternative (…) qu’elles prévoient d’utiliser durant la compétition finale». Mais que risque le Cameroun dans ce cas ? Des sanctions financières, selon toute vraisemblance. Le Cameroun risque en effet de payer des dommages et intérêts importants au Coq Sportif dans le cas où il venait à ignorer l’ordonnance du tribunal du commerce de Paris. Même chose s’il venait à résilier son contrat avec One All Sport avec qui il s’est engagé pour les trois prochaines saisons. 

Néanmoins, contrairement à ce qu’ont voulu faire croire certains, une sanctions sportive qui conduirait à éliminer le Cameroun de la coupe du monde n’est pas envisageable présentement. Pas de chance donc que l’Algérie soit repêchée.

Publicité

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.