Nous contacter

Equipe Nationale

Algérie-Zimbabwe : Maintenir le cap pour honorer le « pacte »

Publié

le

Algérie Zimbabwe CAN 2021 Belmadi Mahrez Benlamri CDM 2022

À l’occasion de la double confrontation face au Zimbabwe, les Fennecs retrouvent la phase des éliminatoires à la CAN 2021, un an après le dernier match disputé face au Botswana. Des retrouvailles avec les matchs officiels qui vont définitivement remettre les joueurs et le staff de Djamel Belmadi dans le dur. Explications.

Depuis le sacre de la CAN 2019, on aurait pu croire que l’équipe nationale algérienne allait connaître ce passage à vide tant connu par bon nombre de sélections ayant remporté un titre. Il n’en fut rien, après cette fameuse finale, les Verts ont enchainé avec sept matchs sans perdre (cinq victoires, deux nuls) portant ainsi à 20 le nombre de matchs sans la moindre défaite. Les coéquipiers de Riyad Mahrez ont – à cette occasion – battu la performance de l’Afrique du Sud (16 matchs sans défaite entre 2015 et 2017) et ne sont plus qu’à six unités de la Côte d’Ivoire (26 matchs sans défaite entre 2011 et 2013) au niveau du continent africain. Une continuité qui n’est pas étrangère à l’état d’esprit instauré par Djamel Belmadi depuis son arrivée à la tête des Guerriers du désert.

Remise en question permanente

Les années précédentes nous avaient démontré qu’après une très belle performance, la sélection algérienne avait tendance à flancher. Suffisance ou manque de continuité? Un peu des deux. En effet, l’après Coupe du Monde 2010 montrait une fin de cycle flagrante avec une génération arrivant à son terme et un sélectionneur – Rabah Saadane – en manque d’inspiration. Après ce passage à vide, Vahid Halilhodzić avait réussi à hisser les Fennecs en huitième de finale lors de la Coupe du Monde 2014. Une première dans l’histoire qui s’était suivie d’un changement de coach avec l’arrivée de Christian Gourcuff dont les méthodes de travail et de management étaient clairement opposés à celles du Bosniaque.

Nommé en août 2018, et ayant la confiance de toute une nation depuis le sacre de 2019, Djamel Belmadi est actuellement en pleine possession de ses moyens avec une génération où se retrouvent jeunes talents (Bennacer, Ounas, Atal, Bensebaïni) et autres éléments dans la force de l’âge (Bounedjah, Mandi, Feghouli, Benlamri, Mahrez). Des données qui ne peuvent qu’aboutir à de bonnes performances si et seulement si une remise en question permanente est opérée, le sélectionneur national en est d’ailleurs bien conscient : « Généralement, dans l’histoire du football, après un grand succès, il y a souvent de grosses désillusions dues notamment à la non remise en question ou le fait de rester sur un enthousiasme sans pour autant se remettre au travail. […] On est avertis et je dis aux joueurs de faire attention. Il y a une Coupe du Monde qui se profile, une Coupe d’Afrique où l’on sera de facto l’équipe à battre. Ce sont des éléments de motivation » a t-il déclaré au micro de beIN Sports. Même son de cloche pour Djamel Benlamri lors d’une interview pour FAF TV : « Nous respectons toutes les équipes. Nous gardons les pieds sur terre, il ne faut pas rester sur ses acquis. Nous abordons chaque match avec sérieux dans le seul but de l’emporter ».

Gagner pour sécuriser la qualification

Car oui, cet état d’esprit omniprésent au sein du groupe émane d’une discussion franche et sincère entre le coach national et ses joueurs, au sortir du sacre africain. « Nous avons eu une forme de deal ensemble. On s’est dit « Es-ce que l’on s’arrête à une Coupe d’Afrique ou on va plus loin »? La réponse a été claire, nous avons tous envie d’aller plus loin. Les joueurs savent qu’ils ont une belle génération et certains sont plus proches de la fin que du début, ils veulent tout donner » ajoutera Belmadi, toujours pour beIN Sports.

Une volonté de se surpasser qui passera inévitablement par une qualification à la prochaine CAN 2021. Cette dernière arrivera, à coup sûr, dès ce mois de novembre 2020 si les compères d’Ismaël Bennacer remportent la double confrontation face aux Zimbabwéens. Dans ce cas de figure, le sélectionneur national pourra alors tester moult joueurs et différentes formules lors des deux derniers matchs de cette poule H dans l’optique de se préparer aux qualifications pour la Coupe du Monde 2022 (ces derniers débuteront en juin 2021). Une échéance qui est sans conteste déjà dans la tête de l’ancien coach de Lekhwiya, lui qui n’a cessé de répéter « champion du monde » en lieu et place de « champion d’Afrique » lors de son entretien sur beIN Sports. Sacré lapsus…

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.