Nous contacter

Equipe Nationale

EN : Bennacer, un être vous manque et le milieu est dépeuplé

Publié

le

20210607 215032

Parfois, il y a des joueurs qui marquent des points sans jouer. C’est le cas d’Ismaël Bennacer qui a dû renoncer aux matchs de juin en raison d’une intervention chirurgicale au pied. Habituel stabilisateur du milieu de terrain, il a laissé un vide apparent dans le compartiment des Verts face au Mali.

Si l’entre-jeu de l’équipe nationale a globalement tenu bon jeudi dernier contre la Mauritanie, ce n’était pas franchement le cas dimanche contre le Mali. Face à un adversaire qui a mis beaucoup de volume et d’impact dans cette zone du terrain, le bloc des Fennecs a – notamment en première mi-temps – pris l’eau.

Pas MVP de la CAN-2019 pour rien

Certes, pour expliquer ce déséquilibre, on pourrait remettre en question le schéma de jeu et ce milieu à trois, composé de Guedioura et Zerrouki ainsi que Boudaoui, concocté par Belmadi. La complémentarité entre le trident était inexistante. D’ailleurs, le driver de l’EN n’a pas hésité à sortir Boudaoui dès la mi-temps pour restructurer son dispositif optant pour une mise en place à deux pivots à savoir Guedioura et Zerrouki.

C’est une variante différente que celle qu’il a prônée lors de la CAN-2019 avec une sentinelle. Un choix qui était payant puisqu’il a permis l’éclosion d’un certain Bennacer élu meilleur joueur du tournoi. Beaucoup ont mis en évidence l’apport de Guedioura devant la défense. Surtout que cette dernière n’avait craqué qu’à deux reprises durant la compétition dont une seule dans le jeu.

Bon râtisseur, fin relanceur et bon dans la projection offensive, Bennacer est clairement le point de bascule du onze des Verts. Pour prouver son importance, Belmadi l’a fait débuter dans toutes les rencontres de l’épreuve. Même celle face à la Tanzanie en phase de groupe alors que l’Algérie était déjà qualifiée.

Jamais battu comme titulaire avec les Verts

C’est simple, avec Bennacer alignée d’emblée, El-Khadra n’a jamais perdu. D’ailleurs, pour le seul revers concédé sous les ordres de Belmadi en 29 rencontres, il était resté sur le banc. A Cotonou (Bénin), il n’était pas encore l’ « impact player ». Un statut qu’il a su se forger durant la messe continentale qui l’a révélé lui permettant de rejoindre le Milan AC dans la foulée.

Tous ces détails réunis démontrent que l’ancien sociétaire d’Empoli et d’Arsenal est indispensable dans une zone de jeu névralgique. Surtout quand il est en possession de tous ces moyens. Que ce soit défensivement ou dans l’apport offensif pour assurer le lien entre les différents compartiments, Isma est important. En effet, Belmadi l’a bien reconnu en conférence d’après-match. On se souviendra que c’est lui qui avait ramené le coup franc de Mahrez contre le Nigéria et qu’il était passeur décisif pour le but de Bounedjah en finale. Rien que ça. A 23 ans, il a toute l’avenir devant lui. Et sa collaboration éventuelle avec Zerrouki ou Boudaoui promet.

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.