Nous contacter

A La Une

DTN: Mustapha Biskri au cœur du “footoir”

Publié

le

biskri mustapha dtn

Depuis jeudi, il est officiellement le nouveau Directeur technique national (DTN) à la Fédération algérienne de football (FAF). D’après l’instance, le plan d’action que Mustapha Biskri (62 ans) a exposé, aurait convaincu le Bureau fédéral de l’enrôler. Le désormais ancien entraîneur du DRB Tadjenanet a donc fait l’unanimité en interne. Cependant, sa désignation ne semble pas enthousiasmer grand monde. Notamment en raison d’une carte visite jugée légère pour une responsabilité lourde.

Au poste, c’était vraiment le foutoir depuis quelques mois. On se rappelle même de l’éviction brutale qu’a vécue Ameur Chafik du temps où Charaf-Eddine Amara était à la tête de la FAF. « Je regrette la manière avec laquelle j’ai appris cette nouvelle, via les médias. [..] J’ai appris la nouvelle, assis dans mon bureau alors que je préparais le voyage de la sélection féminine en Afrique du Sud, dans le cadre du dernier tour qualificatif à la CAN 2022 », révélait Ameur Chafik.

Un tas de désignations éphémères 

Comprenez donc qu’on fait et défait à ce poste sans raison(s) ou motivation(s). En effet, sur le fond, il ne s’agit que de désignations éphémères et une intronisation sur un siège éjectable. Fodil Tikanouine, Rabah Saâdane, Ameur Chafik ou encore l’intérimaire Toufik Korichi, qui venait combler la vacance, se sont rempli les poches au milieu d’un vide sidéral.

Pour revenir à la désignation de Mustapha Biskri, il faut savoir qu’il était en lice avec l’ancien international algérien Kader Ferhaoui et le Tunisien Kamel Kolsi. Ainsi, ces trois, qui ont satisfait à une “première évaluation avec un accompagnement et une expertise de la FIFA” comme le note la FAF, étaient finalistes parmi 17 candidatures. Les postulants étaient nombreux à croire en leur chance de partager le gâteau et se sucrer peu importe l’amertume que connaît notre balle ronde au niveau des sélections depuis bien longtemps.

Une carte visite bien maigre

Les mauvais résultats des différentes sélections (féminines et jeunes), sachant que la A et les A’ ne dépendent pas franchement de la DTN, confirment qu’il n’y aucun travail de fond à ce niveau. Les passassions de consignes ne sont là que pour leurrer. Avant c’était du bricolage puis c’était devenu un poste-fictif. Dès lors, Biskri, qui n’a pas franchement le Pedigree du sauveur, devra convaincre. Le tout sur un terrain qu’il faudra déblayer.

Concrètement, on parle d’un coach qui n’a qu’un seul titre dans le championnat d’Algérie gagné en tant qu’adjoint en 1999 avec le MC Alger même s’il a entraîné 14 clubs algériens au total. C’était sous la “supervision” du regretté Abdelhamid Kermali. Au niveau international, il était un temps adjoint de Meziane Ighil sur le banc des Verts en 2006 et a connu une expérience raté à l’étranger au MC Oujda (Maroc) en 2008. On notera aussi 2 finales perdues en Coupe d’Algérie en 2006 et 2010. Tout cela paraît bien trop maigre pour mettre des fondations solides et surtout en adéquation avec le football moderne. C’est comme mettre un système d’exploitation Windows 98 dans un I Mac 2022. Il y a un haut risque de dysfonctionnement.

Les principaux faits marquants de la carrière d’entraineur:

  • Biskri a entrainé 15 clubs entre la Ligue 1 et la Ligue 2 en 23 ans de carrière
  • 1 seule saison pleine avec le NAHD en 2004/2005 (30 matchs, 3ème place)
  • 1 saison quasi pleine avec l’USMA en 2005/06 (28 matchs, 2ème place)
  • 1 expérience à l’étranger en 2008/09 au MC Oujda (Maroc, relégation)
  • Deux fois finaliste de la Coupe d’Algérie (USMA en 2006 et CAB en 2010)
  • Deux relégations en 2007/08 avec OMA (26 matchs) et 2013/14 avec le CABBA (8 matchs)

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.