Nous contacter

Equipe Nationale

EN: Le match de la Guinée a révélé un sacré souci pour Belmadi

Publié

le

belmadi inquiet banc algerie

Vendredi, l’équipe nationale a réussi à enchaîner un 4e succès de rang en s’imposant contre la Guinée (1-0), en amical. Si les Verts l’ont emporté, la prestation était plutôt contrastée. Malgré la présence d’un bon Bentaleb et le talentueux Ismaël Bennacer dans le milieu de terrain, le lien avec l’attaque de l’EN était difficile à faire. Notamment en première période. Analyse.

Ce dérèglement dans la phase de transition entre la récupération et la volonté de faire vivre le ballon jusqu’aux 30 derniers mètres adverses était plus qu’évident. D’autant plus que Sofiane Bendebka n’a pas vraiment pu remplir son rôle de jonction entre le milieu et l’attaque. Et il y avait bien des raisons.

Bendebka pris en étau 

L’explication réside dans la zone d’activité de l’ancien pensionnaire du MC Alger. Ce dernier s’est souvent retrouvé compressé par les décrochages d’Andy Delort qui, sevré de ballons, essayait de descendre le chercher. Par ailleurs, Adam Ounas reculait parfois d’une dizaine de mètres (chose que Mahrez ne fait pas souvent sur le côté droit) pour permettre à Benayada de dédoubler. Cela ne pouvait pas arranger les choses.

Dès lors, Bendebka se “télescopait” presque avec un Bentaleb. Ce dernier devait s’acquitter du rôle de sentinelle. Cependant, porté par sa nature à jouer un cran plus haut, il grignotait du terrain à son compatriote dans la zone médiane. Ainsi, deux réglages se présentent. Le premier serait de libérer Bentaleb pour être un box to box (chose que Djamel Belmadi n’envisagerait pas car il ne veut l’utiliser qu’en sentinelle devant la défense). Quant au second, il consiste à évoluer avec deux attaquants et un double-pivot défensif au lieu d’une seule pointe.

Considérer l’aspect naturel du joueur

En effet, en présence de Delort seul (esseulé), ce schéma ne peut pas vraiment fonctionner correctement. On a pu le constater lors de la première période contre les Guinéens. Ce n’est qu’après les entrées de Mahrez, Slimani et Zerrouki qu’une certaine fluidité a été retrouvée. On pense là au rôle tellement important qu’a longtemps joué le précieux Sofiane Feghouli (on fera un sujet sur ça) pour être le point de jonction efficace et vital entre les deux compartiments du devant.

Il semble évident que le sélectionneur des Fennecs souhaite remettre en place, en recourant à de nouveaux éléments, la formule tactique (4-1-2-3) qui lui a permis de remporter la CAN-2019 en Egypte. Et cette idée est à double-tranchant. Belmadi devra peut-être revoir le mode d’emploi et penser à ne pas contraindre ses éléments à jouer contre-nature.

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.