Nous contacter

A La Une

Equipe de France: Les joueurs d’origine maghrébine face à la xénophobie hybride

Publié

le

Le Graet Zizou

Le dérapage de Noël Le Graët, président de la Fédération française de football (FFF), à l’endroit de Zinédine Zidane a exhumé la haine envers les joueurs d’origines maghrébines. On en vient à la conclusion que, quel que soit les exploits et les services rendus, le mépris sera toujours là. Cet épisode pourrait pousser certains binationaux à envisager leur carrière internationale d’une manière différente et avec plus de recul. A ce sujet, Sofiane Feghouli avait, dans un entretien choc accordé à La Gazette du Fennec en 2016, fait un constat limpide et qui redevient d’actualité.

Les propos de Le Graët étaient violents et irrespectueux. Le patron de la FFF n’en avait “rien à secouer” d’une légende vivante de la balle ronde française et mondiale. Et cette phrase de l’homme de 81 ans, à l’égard d’un joueur qui a ramené une Coupe du Monde et un EURO aux Bleus, est un échantillon d’une xénophobie cachée et tacite qui ressurgit telles des éructations par moments.

La dissection parfaite de Feghouli

D’ailleurs, on peut même rappeler les épisodes Karim Benzema chassé comme un “malpropre”. Par deux fois. Ainsi, on reviendra quelques années en arrière et les déclarations que nous a faites Feghouli en 2016 à Valence. « Pour moi, il n’y a pas à discuter. Juste parce qu’il y a eu des trucs très graves qui se sont passés, dans l’histoire, mais eux (les jeunes Franco-Algériens, ndlr) ne sont pas conscients parce qu’ils sont jeunes. […] Dans cette société française, on n’est pas acceptés. Faut pas se mentir, c’est difficile pour nous, nos parents, ce sont des Algériens », disséquait, avec perspicacité, Soso alors joueur star du FC Valence en Espagne.

Ce rapport colonisateur-colonisé existe et perdure. D’une manière hybride. Et ce malgré cette vantardise d’avoir intégré les enfants d’immigrés souvent vantée par les Français. Pour le milieu-offensif, « il ne faut pas oublier l’histoire entre la France et l’Algérie. Moi, avec le temps, j’ai appris mon histoire. Voilà, il y a des choses qui se sont passées… en plus, nous, les Franco-Algériens, on a une place dans la société où c’est difficile… bref… pour plein de choses, moi, pour les nouveaux jeunes qui vont arriver, je leur dis n’hésitez pas, allez pour le pays de vos parents, parce que vos grands-parents ont souffert pour être acceptés ».

La “NewGen” est prévenue

L’acceptation ne semble durer qu’un temps pour un autre type d’exploitation. Mais, malheureusement pour Le Graët, ce que “Zizou” a réalisé est acté pour la postérité. Que ce soit sur le plan individuel ou celui collectif sans oublié sans exemplarité. Et c’est assez pour avoir une sorte d’immunité à cette légendaire condescendance française. Le premier soutien était venu de Kylian Mbappé. Un international français qui a aussi des origines algériennes. Ce n’est donc pas le Français de souche. Après tout, existent-ils vraiment.

Cette réaction du Parisien a tout de même mis les instances gouvernementales devant la gravité des faits. La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castera, a exigé des excuses immédiates pour le dérapage. Le Graët s’est exécuté. Toutefois, il est certain que cette affaire poussera le premier responsable de l’instance vers la sortie. Sa tête est réclamée. Aussi, elle devrait prêter à réflexion les générations à venir qui se voient confrontées à une réalité longtemps dissimulée. Les Adli, Aouar, Aït Nouri, Gouiri, Cherki et les autres sont Français quand ils sont sous la lumière et des moins que rien quand ils ne servent plus à grand-chose. A méditer.

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.