Nous contacter

Equipe Nationale

EN : Haris Belkebla, ce fructueux joueur de l’ombre

Publié

le

Haris Belkebla Atal Abdellaoui

Aligné d’entrée face à la Mauritanie, Haris Belkebla a rendu une copie très intéressante dans l’entrejeu hybride proposé par Djamel Belmadi. Pour sa deuxième titularisation, le milieu de terrain du Stade Brestois confirme qu’il est un élément important au sein d’un groupe Algérie de plus en plus fermé. Explications.

Les jours compliqués et la déception de 2019 semblent désormais de l’histoire ancienne pour Haris Belkebla (6 sélections). Auteur d’une saison pleine en Ligue 1 (35 apparitions) qui a vu le Stade Brestois se sauver in-extremis lors de la dernière journée, c’est fort logiquement que le milieu de terrain a été convoqué par Djamel Belmadi. Présent dans le groupe Algérie, sans discontinuité, depuis novembre 2019, Belkebla a su, au fil des rencontres, montrer qu’il pouvait être utile dans les différents systèmes mis en place par le sélectionneur national. Aligné dans un double pivot pour sa première titularisation face au Nigéria (1-0) en octobre 2020, le natif d’Aubervilliers a dû, cette fois-ci, s’adapter à une nouvelle configuration au fil de la rencontre.

Efficient dans un entrejeu flexible

Aux côtés de Sofiane Feghouli et Farid Boulaya, Belkebla a su se rendre disponible et efficace pour répondre aux différents mouvements de ses compères de l’entrejeu. Joueur de l’ombre, l’ancien tourangeau a évolué tantôt dans un double pivot lorsque le capitaine des Verts évoluait à sa hauteur et tantôt en tant que sentinelle lors des incursions offensives de l’actuel joueur de Galatasaray. Impliqué dès le début de la rencontre, l’ancien international Espoirs écartait la première incursion de Aboubakar Kamara sur une phase de transition très bien menée par les Mourabitounes (2’). Son sens du placement et sa capacité à répéter les efforts ont été précieux dans un entrejeu composé par deux joueurs attirés vers l’avant lors des phases avec ballon, en l’occurrence Boulaya et Feghouli.

En témoignent son pressing gagnant qui permit à « Soso » de reprendre l’avantage (2-1 ; 58’) ou sa récupération de balle qui amènera le troisième but des Verts avec le beau dribble de Zinédine Ferhat pour la finition d’Adam Ounas (61’). Présent en conférence de presse, Djamel Belmadi est revenu sur ses intentions de jeu en alignant ce trio au milieu de terrain : « L’idée, pour l’animation défensive, c’était que Sofiane travaille avec Haris dans un double pivot mais de donner aussi beaucoup de flexibilité à ce milieu de terrain. Cela dépendait des situations et des problèmes que pouvait nous poser l’adversaire avec par moment Haris placé en tant que sentinelle. En ce qui concerne l’animation offensive, on a demandé à Feghouli de venir se placer dans les intervalles un peu plus haut ». Une compréhension et une lecture du jeu qui pourrait être un gage de plus de temps de jeu pour celui qui a connu quatre entrées face à la Zambie (aller 5-0 ; et retour 3-3), au Mexique (2-2) et au Zimbabwe (2-2).

Une place parmi les éléments clés ?

Dernièrement, Djamel Belmadi a tenté et tente continuellement des variantes tactiques après le succès des Fennecs lors de la CAN 2019. Alors qu’un entrejeu à trois était privilégié lors de la compétition africaine, le système tactique tend aujourd’hui vers un double pivot défensif accompagné d’un meneur de jeu un peu plus avancé mais qui participe grandement au contre-pressing à la perte du ballon. Évoluant constamment dans un double pivot au sein du Stade Brestois, Haris Belkebla avait notamment montré toutes ses qualités dans cette animation face au Nigéria (1-0). Sa densité de jeu et son anticipation lui permettent de gratter un nombre non négligeable de ballons tandis que sa qualité technique lui permet d’être la première rampe de lancement lors des phases offensives.

Seul bémol, bon nombre d’observateurs se demandaient si l’ex-Valenciennois pouvait avoir le même rendement en tant que sentinelle devant la défense. Un poste sous les feux des projecteurs avec l’âge avancé et les dernières prestations très moyennes d’Adlène Guedioura. Même si ce dernier et à sa décharge, avait été aligné dans un entrejeu à deux lors des dernières rencontres, limitant son efficacité avec et sans ballon. Avec la prestation de ce jeudi soir, Belkebla a montré une palette assez élargie et postule pour une place au sein du socle de l’équipe nationale. Aprés le Nigéria (1-0) et ses différentes entrées, le milieu de terrain de 27 ans confirme qu’il est l’un des éléments de l’entrejeu sur lesquels le sélectionneur peut compter, que ce soit dans un rôle de sentinelle devant la charnière centrale ou accompagné d’un autre joueur au sein d’un double pivot.

Algérie-Mauritanie (4-1): Le résumé du match

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.