Nous contacter

Sélection A

CAN 2019 : Riyad Mahrez, la nouvelle dimension !

Publié

le

mahrez brassard

Il est le capitaine et le leader technique de l’Équipe nationale. Riyad Mahrez est tout simplement impétueux techniquement depuis le début de la Coupe d’Afrique des nations 2019 (21 juin – 19 juillet) en Égypte. Un vrai raz-de-marée qui dévaste les défenses adverses avec ses contrôles et conduites de balle dont il a le secret. D’ailleurs, le « Cityzen » a été élu homme du match lors du huitième de finale de la messe continentale face à la Guinée.



Contrairement à Mohamed Salah (Égypte) et Hakim Ziyech (Maroc), le Fennec a complètement assumé son statut de « star » de son équipe nationale. En quatre apparitions dans le tournoi africain, il a eu le temps de marquer par deux fois. C’était lors de la première sortie contre le Kenya (2-0) et à l’occasion du duel ayant opposé l’Algérie à la Guinée (3-0).

Wenger parle d’un « joueur rare »

Face au Sénégal, il n’a pas trouvé la faille pour scorer ou faire une offrande. Cependant, grâce à sa faculté à garder le ballon et gérer le tempo, il a pu permettre à ses coéquipiers de maîtriser les « Lions de la Téranga » et les dompter (1-0). « Mahrez a fait exprès d’alterner entre la rapidité et la lenteur lorsqu’il avait le ballon. Cette variation du rythme a perturbé la défense sénégalaise. Beaucoup peuvent penser que Mahrez a joué un match ordinaire mais je peux vous assurer que c’est lui qui a contrôlé le temps de la rencontre », avait analysé Arsène Wenger, entraîneur légendaire d’Arsenal. Un décorticage qui montre le « talent rare » d’un footballeur qui peut paraître fragile mais qui compense son physique « léger » avec un gros bagage technique.

Frais et déterminé

Après avoir terminé champion d’Angleterre avec Manchester City à l’issue de l’exercice 2018-2019, le numéro 7 des « Verts » est venu galvanisé pour l’épreuve biennale. En club, il n’a pas souvent joué. Mais quand il a été aligné, il a pu s’illustrer dans un effectif qui renferme des joueurs de classe mondiale. En 43 apparitions le Mancunien a marqué à 12 reprises et été dernier passeur autant de fois. Le fait qu’il ne soit pas titulaire indiscutable avec les « Sky Blues » était aussi un mal pour un bien. En Égypte, le natif de Sarcelles (Paris) arrive frais. A titre d’exemple, Mo’ Salah a semblé émoussé à cause du paquet de matchs qu’il a enchainé avec Liverpool. Avec « El-Khadra », grâce à ses deux buts jusqu’à présent dans la prestigieuse épreuve africaine, il compile 10 réalisations pour 21 « assists ». Son apport dans le onze algérien reste très considérable. Surtout après ce qu’il a pu montrer depuis le début de la campagne égyptienne.

Présenté comme vedette, le gaucher de 28 ans, qui a marqué dans chacune des trois CAN (2015, 2017 et 2019) qu’il a disputées jusqu’à présent avec l’Algérie, préfère mettre le collectif en avant: « On ne va pas se mentir, quand on joue dans un grand club, on a toujours une certaine pression quand on revient au bled. C’est sur qu’on doit faire la différence mais on n’est pas seuls, il faut 10 joueurs derrière nous pour performer », explique-t-il. Le groupe avant tout. Riyad a choisi le costume de leader au lieu de celui du boss. Cela fait toute la différence.

>> Gros débat sur Mahrez dans « C’est vous l’Expert » :

Mohamed Touileb, La Gazette du Fennec

Publicité
Cliquez pour commenter





SUR FACEBOOK

APPLICATION MOBILE

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.