Nous contacter

Sélection A

Côte d’Ivoire – Algérie (1-1/ 3 t.a.b 4 ) : Ouf !

Publié

le

Il y avait beaucoup de faits de jeu défavorables face à la Côte d’Ivoire en quart de finale de la CAN mais l’Algérie s’en est bien sortie. Au terme d’un match éreintant, sur les plans physique et psychologique, les Verts ont pu se qualifier en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations 2019 (21 juin – 19 juillet) en Égypte. Un stade qu’ils atteignent pour la 7ème fois en 18 participations.



Après une entame poussive, avec notamment le bout des doigts de M’Bolhi et le poteau qui ont sauvé les Fennecs (6’), les coéquipiers de Benlamri, très combatif, ont pu se libérer. A la 21e minute, Sofiane Feghouli fait basculer le jeu sur une transversale et repique dans l’axe. Ramy Bensebaïni le sort en retrait pour une reprise du gauche qui a mis l’EN devant au tableau d’affichage.

Plus tôt, Riyad Mahrez avait pris les choses en mains sollicitant le une-deux avec Bounedjah. Le « Citizen » s’engouffre, feinte le défenseur et tente une frappe du gauche qui passe juste à côté. C’était le premier sursaut d’orgueil des poulains de Djamel Belmadi sérieusement bousculés. Bagayoko (18’) et, pour finir Kodjia, juste avant la pause (45’+2), ont testé les réflexe de M’Bolhi rassurant sur sa ligne. Lui qui n’avait pas été vraiment inquiété depuis le début du tournoi.

Bounedjah frustré, Zaha flashé

Bounedjah obtient un penalty dès l’entame de la seconde mi-temps. L’idéal pour faire le break. Le joueur d’Al Sadd (Qatar), dans le doute après trois rencontres sans marquer, n’a pas transformé la sentence en trouvant la partie supérieure de la transversale (47’). La détresse se voyait sur l’attaquant aux 11 réalisations avec l’Algérie. L’ancien Harrachi savait qu’il venait de manquer une belle occasion pour mettre l’équipe à l’abri. Surtout face à un adversaire qui a des individualités capables de faire la différence. Wilfried Zaha qui nous a offert une accélération de dragster pour percer le milieu algérien et servir Kodjia pour l’égalisation (62’).

Les Guerriers de Sahara ont tenté de réagir par l’intermédiaire de Mahrez tout proche de redonner l’avantage (68’) mais Coulibaly sort la frappe croisé du gaucher. Bounedjah, hors du coup mais qui a eu le temps de faire une jolie remise à Belaïli (77’) a laissé sa place pour Slimani (78’). Mais c’est dans l’entre jeu qu’ « El-Khadra » manquait de densité ne pouvant pas rivaliser avec la domination physique de Serey Die et Kessie. Cela n’a pas empêché Guédioura de s’essayer de loin en mettant Gbohouo à contribution en deux temps. Après Atal, substitué pour blessure (clavicule droite) à la 27e et Bounedjah, Mahrez, pas dans un grand soir, est rappelé sur le banc (85’). Ounas, sa « doublure » a fait bouger les choses avec sa conduite de balle et ses dribbles. Les efforts du Napolitain n’ont pas été récompensé. Et il fallait des prolongations pour décider du sort de cette adversité.

Aux tirs au but !

Comme Belmadi, les changements de Kamara était offensifs pour tenter d’acheter l’adversaire. Cornet (93’) et Bony (95’) ont suppléé Zaha et Kodjia dans l’ordre. Cependant, les Éléphants ont opté pour les contres préférant laisser le ballon à Mandi & cie qui n’en ont pas fait bonne usage. Lors des premières quinze minutes de prolongations, aucun camp ne s’est procuré de véritables opportunités.
Défensivement, les Verts étaient très vulnérables. Notamment sur le côté droit où Zeffane n’a pas été rassurant (pour ne pas dire qu’il a été désastreux). Le Rennais n’a pas joué de vraies balles vers l’avant. Il a aussi montré beaucoup d’approximations dans ses transmissions.

Dans le jeu global, il n’y avait rien. Jusqu’à cette 114e minute quand Belaïli envoie un ballon par-dessus la défense ivoirienne vers Slimani. Ce dernier reprend de la tête mais le keeper adverse a dit non. Comme avant la fin des première 90 minutes, Ounas était dans le dernier bon coup. L’ex-Bordelais prend l’intervalle et obtient un coup franc aux abords de la surface. Delort entre en jeu spécialement pour le botter à la place de Feghouli. Le Montpelliérain a frôlé le hold-up en voyant son essai raser le montant. La série fatidique des tirs au but était le dernier recours pour départager les deux prétendants du jour. Une épreuve qui a souri aux nôtres vainqueurs, grâce à une parade de M’Bolhi sur le 3e tir adverse, pour arracher le sésame du carré d’as.

Résumé du match avec Hafid Derradji

Mohamed Touileb, La Gazette du Fennec

Publicité
Cliquez pour commenter



300x250 01 PF

SUR FACEBOOK

APPLICATION MOBILE

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.