Nous contacter

Sélection A

L’ambition c’est gratuit, l’humilité obligatoire

Publié

le

Les Verts sont en Égypte depuis mardi pour y disputer la 32ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Le tournoi verra pour la première fois la participation des 24 meilleures équipes du continent. L’ambition affichée par Djamel Belmadi lors de la toute première conférence de presse donne le ton. L’Algérie, qui n’a remporté qu’une seule CAN, y va pour gagner et le fait savoir.

La quasi-totalité des managers, pour ne prendre aucun risque, manient parfaitement la langue de bois. Les conférences de presse imposées n’apportent presque plus rien et l’exercice est parfaitement orchestré. Les uns diront qu’ils feront de leur mieux, les autres que toutes les équipes se valent. Djamel Belmadi a un style différent. Son franc parlé plait même si son caractère bien trempé fait parfois craindre les dérapages. Le sélectionneur a aussi le sens de la formule pour assurément faire passer des messages et les rendre authentiques.

L’ambition est une force

Les joueurs et le staff ont l’ambition de gagner la compétition. Et c’est donc « gratuit » de viser haut. Si certains s’arrêtent à cette formule, ce qui aux yeux du coach est malhonnête, les plus raisonnables savent que les Verts régressent depuis maintenant quatre ans. Il ne faut donc pas confondre ambition, qui permet de progresser, et objectif. Ce dernier doit être réaliste pour ne pas mettre une pression négative à un groupe qui doute déjà. Visiblement le coach ne s’en est fixé aucun. Plutôt que d’assigner un quelconque objectif à la troupe de Belmadi, on imagine que les responsables du football algérien n’espèrent que faire bonne figure pour définitivement effacer les épisodes Alkaraz et Madjer.

Gagner pour se rassurer

C’est le moment de rappeler que la dernière demi-finale de l’Algérie remonte à 2010. Certains supporters rêvent d’un sacre au Caire alors que d’autres se contenteront d’une demi-finale. Quoiqu’il en soit, un groupe fort est celui capable de se remettre systématiquement en question. Gagner un match peut être trompeur s’il n’est pas suivi de la réflexion utile permettant les réglages nécessaires. Perdre un match n’est pas dramatique s’il permet d’apprendre, de progresser. Actuelle 12ème nation africaine, l’Algérie doit absolument se remettre à gagner pour revenir à un rang en adéquation avec la qualité individuelle des joueurs qui l’a compose.

L’humilité force le respect

Mais les Verts doivent aussi considérer chaque adversaire de la même façon. L’humilité est aussi une force. Le sélectionneur national le sait et n’aura de cesse de le rappeler à son groupe qui doit « garder les pieds sur terre ». Il précise d’ailleurs que l’Algérie n’a pas « le loisir de prendre n’importe quelle équipe à la légère ». Il ne s’agit pas non plus de se rabaisser, mais de bien connaitre ses faiblesses pour les corriger.  En effet, sur le papier, les Verts regorgent de très bons joueurs et même de Tops Players. Mahrez, Feghouli, Bensebaini ont remporté des titres avec leurs clubs respectifs. Belaili, double champion d’Afrique avec l’Esperance ou encore Bounedjah qui marque but sur but ne sont pas en reste. Au milieu c’est plus compliqué, et les joueurs offensifs seront jugés sur l’apport défensif qu’ils seront capables d’apporter.

Aussi, l’immense majorité des supporters souhaitent voir les poulains de Belmadi ne pas tricher sur l’envie. Elle doit être visible sur le terrain. Il faut récupérer un maximum de ballons, couvrir ses camarades, se dépasser. L’issue de la compétition est incertaine pour les 24 équipes, et les Verts sont plus que jamais de simples outsiders. Alors oui l’ambition est gratuite mais se dépasser est indispensable et l’humilité obligatoire.

Khelifa samir, La Gazette du Fennec

Publicité
Cliquez pour commenter




Emission Web

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.