Nous contacter

Sélection A

Raïs M’Bolhi, le dernier rempart

Publié

le

rais mbolhi doigt orange

Ce vendredi lors de la finale de la CAN 2019, face au Sénégal, Raïs M’Bolhi (33 ans) va porter pour la 68e fois le maillot de l’Algérie. Il a été intronisé au poste de gardien de but, en juin 2010, par le sélectionneur de l’époque Rabah Saâdane. Depuis, le natif de Paris, a voyagé dans le monde entier et a mis à contribution son expérience au profit des Verts.



Depuis le début de la CAN, Raïs M’Bolhi a été, comme à son habitude, déterminant dans les résultats des Verts. Aidé par une défense de fer, Raïs n’a encaissé que deux buts, lors de ce tournoi. Avec zéro but encaissé lors du premier tour, l’équipe nationale doit beaucoup à son portier. Il a été très efficace sur sa ligne mais aussi dans ses sorties aériennes. Pendant les matchs couperets, il a été aussi impérial sur sa ligne que lors du premier tour, n’encaissant qu’un but en quarts de finale, contre la Côte d’Ivoire, et un autre en demie finale, contre le Nigéria (penalty très sévère). Jusqu’en quarts de finale il a réussi plus de 10 arrêts.

Comme d’habitude, le gardien d’El Khedra a rassuré toute son équipe par sa présence. D’ailleurs, aussi bien les défenseurs que les milieux, n’hésitent pas à jouer avec lui, pendant les phases de constructions. Même si son jeu au pied n’est pas son point fort, M’Bolhi s’est beaucoup améliorer sur cet aspect technique. On l’a vu à plusieurs reprises sortir de sa surface pour une interception ou pour relancer son équipe.

Pourtant blessé au doigt au mois de mars avec son club, on le pensait out pour la CAN. Comme à son habitude, Rais a pris les devants en arrivant en avance au stage de préparation pour ce tournoi après une rééducation effectué à Nice. Grâce à un staff technique compétent (Aziz Bouras, entraîneur des gardiens), et bien entouré par ses coéquipiers, Oukidja et Doukha, il retrouve la forme au fur et à mesure du stage. Pour la petite histoire, lui et son entraîneur, Bouras, ont connu la disgrâce avec l’ancien sélectionneur Rabah Madjer. C’est à l’arrivée de Djamel Belmadi que les deux hommes revinrent en sélection nationale. Grâce à leur travail sérieux, aujourd’hui, on peut compter sur un gardien de haut niveau pour l’un des matchs les plus importants de l’histoire de l’équipe nationale. À 33 ans et pour sa 68ème sélection, Raïs M’Bolhi mérite de remporter le prestigieux trophée africain qui manque à sa carrière.

Fateh Le Coach, La Gazette du Fennec

Publicité
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Publicité

SUR FACEBOOK

APPLICATION MOBILE

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.