Nous contacter

Décryptage

FAF : Comment Amara Charaf-Eddine s’accroche désespérément à son poste !

Publié

le

amara charefeddine tir ballon salle

Le 31 mars 2021, Amara Charaf-Eddine annonçait sa démission solennellement à 45 millions d’Algériens suite à l’élimination dramatique des Verts de la Coupe du monde-2022 pour calmer la colère du peuple. Le 28 avril 2021, il décale les assemblées générales et modifie cyniquement le seul point inscrit à l’ordre du jour de l’AG élective qui parle désormais de l’élection des membres du Bureau fédéral et non plus celle de Président de la FAF. Que s’est-il passé entre ces deux dates pour que le Président sortant de la FAF amorce ce virage à 360 degrés ?

On a osé toucher à l’arbitrage

Dès la démission du Président, les membres du Bureau fédéral ont pris leurs responsabilités en désignant Mohamed MAOUCHE pour assurer l’intérim jusqu’à l’organisation d’une assemblée générale élective. Ils allaient également ouvrir deux dossiers épineux : celui de l’arbitrage et celui de la Ligue inter-régions. Deux dossiers qu’Amara Charaf-Eddine a enterrés pour protéger Mohamed BICHARI et Noureddine BOULEFAAT gravement accusés de corruption. Les membres du Bureau fédéral voulaient également mettre fin à une situation rocambolesque celle d’un président de la FAF qui est en même temps président de la Commission fédérale d’arbitrage, du jamais vu et illégal puisqu’il faut être un ancien arbitre pour occuper ce poste ! Après sa démission, il fallait donc le remplacer par un membre du Bureau fédéral. Chose qui a mis Amara hors de lui vu l’importance de ce secteur dans l’obtention des titres dans notre championnat.

Premier revirement

Voyant que les membres du Bureau fédéral, ou du moins quelques-uns parmi eux, allaient faire le ménage y compris au sein de l’administration de la FAF où certains protégés de Amara Charaf-Eddine faisaient la pluie et le beau temps, le Président a fait un premier revirement. Il a jugé que sa démission pourtant annoncée publiquement à travers un point de presse, confirmée par un communiqué sur le site officiel de la FAF et à travers le PV de la réunion extraordinaire du BF en date du 30 mars 2022, n’était pas réglementaire. Pour l’homme qui se déclare être “l’ami de Samuel Eto’o”, tant qu’il ne l’a pas annoncée aux membres de l’AG qui l’ont élu, il est toujours en poste pour gérer les affaires courantes de la Fédération.

Il suspend BAHLOUL et AÏSSAOUI et punit ABDOUCH

Pour Amara Charaf-Eddine, gérer les affaires c’est d’abord régler leurs comptes à tous ceux qui ont remis en cause sa gestion unilatérale des affaires de la FAF. Il a commencé par suspendre Amar BAHLOUL et Mouldi AÏSSAOUI, les rares membres du Bureau fédéral à lui avoir tenu tête pour avoir publiquement critiqué ses agissements. Il enfoncera le clou en « effaçant » la DCGF et en mettant fin aux fonctions de son président Réda ABDOUCH coupable d’être proche de Mouldi AÏSSAOUI dont l’amitié remonte à la fin des années 60. Il met également fin aux fonctions d’un chef de département connu pour sa proximité avec Kheireddine ZETCHI, la chasse aux sorcières quoi.

Bling bling et mensonges

Profitant d’une réunion du BF à Sidi Moussa, Amara Charaf-Eddine invite ses collaborateurs et surtout les cameramen et les photographes de la FAF pour une visite guidée à la résidence des Verts qui selon ses propres dires « était en ruines » avant qu’il n’arrive en sauveur pour en faire un hôtel 5 étoiles. Pourtant, il est de notoriété publique que le projet de la rénovation de la résidence des Verts, c’était l’idée de Zetchi et qu’il était finalisé avant l’arrivée de Amara. Il ne restait que l’agencement de l’hôtel qui était prévu par un appel d’offre effectué du temps de Zetchi. Finalement il a été, sur décision de Amara, il a été assuré avec une entreprise portugaise à travers un marché de gré à gré qui a coûté les yeux de la tête à la FAF. On parle d’un montant extravagant pour ne pas dire douteux de plus de 8 milliards de centimes (près de 500 000 euros) ! C’est l’unique « œuvre » de l’actuel BF ou de ce qui en reste en une année de présence à Dely Brahim. Les 11 points de son programme ? Il faut y repasser.

sidi moussa hotel des fennecs renovation

Deal avec certains médias

Par contre, les apparitions médiatiques d’Amara Charaf-Eddine ont décuplé ces dernières semaines au point où il a assisté à trois matchs du tournoi de la presse organisé par l’ONJSA, un record. Une stratégie mûrement réfléchie pour amadouer les habitués des plateaux télé dont certains appellent déjà au maintien de Amara à la tête de la FAF. Une stratégie qui ne sera jamais payante avec le nombre impressionnant d’émissions télé dédiées au football, de sites internet spécialisés et même de Youtubeurs invétérés.

BELMADI lui coupe l’herbe sous les pieds

Durant ses nombreuses sorties médiatiques, le Président sortant de la FAF n’a eu de cesse à lancer des fleurs au sélectionneur national afin de trouver grâce à ses yeux et bénéficier de sa bénédiction pour rester à la tête de la Fédération. Djamel BELMADI et avec la franchise qu’on lui connait lui a carrément coupé l’herbe sous les pieds avec des déclarations on ne peut plus tranchantes. Les « Je n’ai rien à voir avec l’élection du nouveau président », « Monsieur Amara Président sortant » ou encore « le Président de la FAF démissionnaire ne connait rien au foot contrairement à Monsieur Zetchi» prononcées par le sélectionneur national ont détruit les velléités de Amara de faire de vieux os à Dely Brahim.

Démission de trois membres du BF, le coup de grâce

Faisant fi de la situation catastrophique dans laquelle il a mis le football en seulement une année, Amara Charaf-Eddine avait encore un dernier tour dans sa manche : l’assemblée générale qui va rejeter sa démission et le « supplier » de rester en poste. Pour cela, il a chargé ses plus proches collaborateurs au sein du BF à savoir BENHAMZA, OUKALI et TOUIL pour cuisiner une partie de l’AG afin de rejeter la démission du Président et de son bureau. La contrepartie ce sont des postes dans les instances continentales et régionales avec des indemnités conséquentes. Malheureusement pour lui, les trois comploteurs ont été sommés vendredi soir de démissionner du BF pour se mettre en conformité avec le décret ministériel sur le non cumul des mandats.

L’AG doit prendre ses responsabilités

Dans ce branle-bas de combat, les membres de l’assemblée générale doivent prendre leurs responsabilités en appelant à un renouvellement total du Bureau fédéral qui a failli à sa mission ne serait-ce qu’après les deux cuisants échecs de l’équipe nationale à la CAN 2021 et aux éliminatoires du Mondial 2022. Ils devront également jeter un coup d’œil au bilan financier, ils pourront être surpris.

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.