Nous contacter

Equipe Nationale

FIFA Arab Cup 2021 : Soudani (a aussi été) victime du fonctionnarisme

Publié

le

soudani coupe arabe 2021 egypte algerie 1 1

Mardi soir face à l’Egypte en clôture de la phase de groupes de la Coupe Arabe FIFA 2021, le sélectionneur Madjid Bougherra a décidé de le lancer sur le terrain dès le retour des vestiaires. El-Arbi Hilal Soudani a pris la place de Baghdad Bounedjah à la pointe de l’attaque. Pendant 45 minutes, il n’a pas existé. Une défaillance totale et une prestation que le carton jaune, qui a coûté la première place de poule “D” à l’Algérie, a rendue plus désastreuse. La copie du briscard n’était pas à la hauteur. Et ce “ratage” a aussi des raisons liées au profil et à l’utilisation.

Beaucoup l’ont remarqué. Sans Baghdad Bounedjah, le bloc défensif égyptien a pu évoluer un cran plus haut par rapport à la première période. À partir de là, l’équipe nationale a perdu le pied sur le ballon. D’ailleurs, l’avant-centre, sorti après avoir été victime d’une commotion cérébrale suite à un choc violent avec le gardien adverse, l’a relevé.

Zerrouki inutile, Benyettou avait le profil

« Le match a été difficile et intense. Nous avons réalisé une excellente première période face à une solide équipe égyptienne, nous aurions pu tuer le match, mais ça n’a pas été le cas. Sur le plan personnel, j’ai joué une belle première mi-temps, en empêchant notamment, en compagnie de Youcef Belaïli, les défenseurs égyptiens à remonter le ballon. Après la pause, nous avons reculé d’un cran. Si j’étais sur le terrain, le match aurait probablement pris une autre tournure », estime le fer de lance d’Al Sadd SC.

L’analyse n’est pas complètement fausse sur certains aspects. Et ce bien que, compte tenu de sa maladresse avec le ballon, on ne sait pas si sa présence sur le terrain aurait vraiment changé la donne. Néanmoins, il était clair pour les observateurs avertis que Soudani ne pouvait aucunement remplir le rôle de Bounedjah. D’abord, il y a une différence dans le gabarit et la capacité à jouer dos au but. Dans l’idéal, c’est plus un profil comme Benyettou, absent de la liste des retenus, qui aurait été plus utile et on ne comprend même pas l’utilité d’avoir un Merouane Zerrouki sur le banc.

Mal-indiqué pour faire le job de Bounedjah

D’ailleurs, le jeune Paciste ne semble pas une cartouche crédible tant ses caractéristiques ne se rapprochent pas des joueurs précités. En outre, bien qu’il soit polyvalent, Soudani (pas mauvais lors des premières sorties contre le Soudan et le Liban) ne pouvait pas jouer seul en pointe. Dans l’axe, il peut évoluer avec un remiseur mais jamais en solo.

Aussi, il est clair qu’un footballeur de 34 ans ne peut pas avoir le même abatage en termes de pressing qu’un autre qui en a 30. Certes, Soudani n’a pas apporté le plus et a fait une « disasterclass » que l’EN A’ a payée au classement. Toutefois, on ne peut pas lui imputer le rendement collectif balbutiant en deuxième mi-temps. Toujours est-il que, sur le plan individuel, le natif de Chlef a -très probablement- donné un coup à ses chances de pouvoir réintégrer les plans de Djamel Belmadi pour les prochaines échéances. L’actuel pensionnaire de Damac FC (Arabie saoudite) a perdu gros mardi soir et cela est aussi dû à un coaching qui ne l’a pas franchement arrangé. Bougherra a fait dans le fonctionnarisme en lui attribuant une tâche allant à contre-nature de son jeu sans considérer le profil du substitut. Le bide était prévisible.

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.

coupe_arabe_2021