Nous contacter

Focus

Algériens et L1 : Salah Assad, « El Ghoraf » s’invite à Mulhouse et au PSG

Publié

le

salah assad joyau mulhouse

De Gamouh à Bensebaïni en passant par Saïb et Assad, bon nombre de joueurs formés en Algérie ont pu évoluer au plus haut niveau en France. À cet effet, La Gazette du Fennec vous a concocté un Top 10 de ces footballeurs DZ qui ont franchi la Méditerranée pour exercer leur talent au sein de l’élite française. Nouvel épisode de cette saga avec le 6ème de notre classement : le fabuleux gaucher Salah Assad et ses aventures avec le FC Mulhouse et le Paris SG.



La Ligue 1 française. ou son ancienne appellation, la Division 1. Un championnat qui, de par l’histoire commune des deux pays, a naturellement accueilli des joueurs algériens nés en France ou en Algérie. De l’époque coloniale, on retiendra les noms des Abdelaziz Bentifour, Mustapha Zitouni ou l’inégalable Rachid Mekhloufi (4 fois Champion de France 1957, 1964, 1967, 1968 avec l’AS Saint-Étienne). Leurs héritiers se nommeront Mustapha Dahleb (2 Coupe de France 1982, 1983 avec le PSG) ou Ali Benarbia (2 fois Champion de France 1997 et 1999 avec Monaco et Bordeaux), deux génies formés en France.

Concentrons nous pour notre classement inédit sur les joueurs formés en Algérie qui ont rejoint le championnat de France durant leur carrière. Une finalité pour certains (Tasfaout, Saïfi, Bezzaz), un championnat tremplin pour d’autres (Madjer, Bensebaïni, Saïb), l’Hexagone a également servi à relancer de fort belle manière un Islam Slimani qui restait sur un échec retentissant en Turquie. Zoom sur les footballeurs venus d’Algérie.

TOP 10 :

6 – Salah Assad

7 – Rabah Gamouh

8 – Yassine Bezzaz

9 – Farid Ghazi

10 – Rabah Madjer

—————————————————————-

6ème place :

Salah Assad, « El Ghoraf » fait le bonheur de Mulhouse

salah assad dribble gardien mulhouse

Au sortir de la Coupe du monde 1982, les joueurs algériens sont fortement courtisés après leur exploit notable face au futur finaliste allemand et ce, malgré l’élimination précoce de l’Algérie au premier tour. La faute, au « match de la honte » entre la RFA et l’Autriche, qui s’étaient arrangés pour se qualifier toutes les deux et ainsi éliminer les Fennecs. Parmi ces joueurs algériens convoités, l’ailier gauche Salah Assad fut l’Algérien le plus décisif de cette Coupe du monde 1982. Auteur d’une passe décisive contre la RFA et de deux buts face aux Chiliens, le joueur de 24 ans aux moments des faits est désigné meilleur ailier gauche du Mondial et suscite naturellement l’intérêt de nombreux clubs européens.

Les Girondins de Bordeaux, l’AS Saint-Étienne, le Paris SG en France mais aussi Hambourg et l’Eintracht Francfort en Allemagne pour ne citer que ceux qui s’intéressent de très près à l’habitué d’El Ghoraf (geste technique de la virgule). Mais comme tout autre footballeur algérien, le Rouget (rouquin) ne peut partir car il a moins de 28 ans et aucun joueur, qui plus est une star du pays, ne peut espérer jouer en dehors du championnat local.

Assad ose et obtient une dérogation de Chadli !

Mais le destin de l’ailier du RC Kouba, qu’il aida à remporter le titre de Champion d’Algérie 1981, sera tout autre. Invité avec ses coéquipiers de l’Équipe nationale au palais présidentiel par le président de l’époque Chadli Bendjedid, Salah Assad décide, dans un premier temps, de ne pas y aller.  Trop attristé par le fait de ne pas pouvoir réaliser son rêve d’évoluer en Europe. C’est finalement un ami à lui (le judoka Mouloud Mezghiche) qui insistera pour que le natif de Larbaâ Nath Irathen assiste à cette cérémonie, lui glissant à l’oreille qu’il devrait justement profiter de cette occasion unique pour oser demander une dérogation directement au président Chadli.

mulhouse guillou jean marc avec assad salah 1983

L’ailier gauche s’exécutera et une fois arrivé au palais présidentiel, il convaincra le président de la République de lui accorder une dérogation pour qu’il puisse aller jouer en Europe. Ayant obtenu cette autorisation un peu tard, il ne restait que le FC Mulhouse capable d’accueillir le Fennec. En effet, à la fin du mercato, les autres clubs avaient déjà recruté le nombre maximum de 2 joueurs étrangers dans leur effectif. Salah Assad rejoint donc Mulhouse, promu en D1, sous la direction de Jean-Marc Guillou à la fin de l’été 1982. Lors de sa première saison dans le championnat de France, il dispute 26 matchs et inscrit 13 buts, finissant devant Alain Giresse, Dominique Rocheteau et Delio Onnis (meilleur buteur du championnat de France de tous les temps) au classement des buteurs. L’Algérien réalise ainsi une très belle saison sur le plan individuel mais rate les 11 derniers matchs de la saison pour cause de blessure. De plus, la faiblesse de son équipe est telle que Mulhouse ne sort quasiment jamais de la zone rouge et fait logiquement l’ascenseur.

Blessé à Mulhouse, il signe au PSG en béquilles !

Sa très bonne première saison lui ouvrira finalement les portes du Paris-Saint-Germain récent vainqueur de la Coupe de France en 1983. Francis Borelli rêvait d’associer Salah Assad et Mustapha Dahleb au Parc des Princes. Le président parisien a proposé un échange entre son buteur hollandais Cees Kist et l’ailier algérien Assad. Mulhouse, relégué en D2, n’avait pas les moyens de conserver sa star et accepta le deal. Blessé au genou gauche et opéré en mars, Salah Assad signe en faveur du PSG alors qu’il porte encore des béquilles.

salah assad psg juventus 1983

Salah Assad lors du match Juventus Turin-PSG en Coupe des Coupes (02/11/1983)

Le club parisien lui laisse le temps de se rétablir et il débute ainsi seulement lors de la 15ème journée, fin octobre face à Lille (4-5), où il délivre 2 passes décisives. Il enchaine les bons matchs pendant 4 mois avant de rechuter. Ses nombreux départs pour jouer avec l’Algérie et ses douleurs récurrentes au genou finiront par lasser le staff parisien dirigé par l’emblématique Lucien Leduc (ancien sélectionneur de l’Algérie de 1966 à 1969).  Avec un bilan de 9 matchs, 1 but et 3 passes décisives, les dirigeants parisiens préfèrent fatalement le laisser libre plutôt que de consommer une licence de joueur étranger.

domenech coach mulhouse assad mansouri 1985

Salah Assad retourne finalement à Mulhouse en D2 où il fera deux saisons sous les ordres de Raymond Domenech. Avec ses compatriotes Faouzi Mansouri et Ali Bouafia, il va manquer l’accession à l’élite deux fois de suite. Son aventure en France se termine à l’issue de la saison 1985-1986. Il dispute ensuite la Coupe du Monde au Mexique avec les Verts, malgré un genou récalcitrant, puis songe à mettre un terme à sa carrière. C’est alors qu’il découvre enfin le mal récurrent qui le handicape depuis tant d’années : un simple kiste au niveau de l’articulation de son genou. Il se soigne pendant une saison et répond à l’appel du RC Kouba, relégué en D2, qu’il fait remonter en 1988. Il effectue ensuite une dernière pige au sein de la JSM Chéraga avant de raccrocher définitivement les crampons en 1990 dans un contexte politique chaud bouillant. Sympathisant du Front Islamique du Salut (FIS), parti islamique dissous en 1991, Assad sera emprisonné pendant quatre longues années au Sahara, sans jugement. Une fin de carrière absolument chaotique pour le fabuleux gaucher.

Bilan en D1 : 35 matchs, 14 buts, 2 saisons

Salah Assad dans ses œuvres :




SUR FACEBOOK

APPLICATION MOBILE

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.