Nous contacter

#Team DZ

Farid El Melali, les plates excuses

Publié

le

el melali farid moulin sortie angers

L’épreuve est dure pour lui. Mais Farid El Melali (22 ans) sait qu’il a commis une erreur. Il s’en excuse. Publiquement auprès des gens qui le connaissent et ses compatriotes. C’est via un message posté sur son compte Instagram que l’enfant de Blida a fait son mea culpa.



Pour lui, tout allait bien jusqu’à mardi dernier. La veille, il avait même signé un nouveau bail expirant en 2023 avec le SCO Angers. Mais voilà qu’au lendemain de cette extension de contrat d’une année, le journal Le Parisien passe une information l’accusant d’exhibitionnisme. L’Algérien a reconnu les faits. On ne reviendra pas sur ce fâcheux épisode mais ce qui en a suivi comme réactions. Surtout que l’attitude de l’ancien sociétaire du Paradou AC va à l’encontre des valeurs de la société dans laquelle il est né. Face aux attaques et les messages virulents, l’Angevin a fait profil bas pendant 24 heures avant de réagir mercredi soir.

El Melali a indiqué que « ces deniers jours, j’ai vécu une période très compliquée que ce soit moralement ou physiquement. Faire face aux critiques et aux jugements est difficile.» Par ailleurs, il dit même comprendre « l’acharnement des personnes qui ont reçu l’information car nul ne peut tolérer ce genre d’actes». Comme ce fut le cas avec la police française, le natif de Larbâa n’a pas nié son erreur en rappelant que « tous les fils d’Adam commettent des péchés ; et les meilleurs des pécheurs sont ceux qui se repentent ».

Le temps pour se racheter

En outre, le footballeur de 22 ans a ajouté que « je tiens à présenter mes excuses à ma famille, mes amis ainsi que tous les supporters de mon cher club et mes compatriotes algériens. Tout ce qui s’est passé m’a en effet atteint mais m’a rendu plus fort et beaucoup plus conscient des valeurs et principes que je me dois de préserver » non sans remercier « tous ceux qui ont été avec moi pendant cette mauvaise passe.»

El Melali (2 sélections) semble avoir pris conscience de l’ampleur de sa maladresse. Surtout que certains se sont précipités pour sceller son sort à l’international. Pour beaucoup, cette affaire lui vaut la blackliste de la sélection algérienne. Un empressement, compréhensible sur le coup mais trop expéditif, à condamner le milieu offensif très talentueux de l’avis de son entourage. « Dans un championnat de Ligue 1 très différent de celui qu’il avait pu connaître dans son pays d’origine, l’Algérie, il a montré à chacune de ses apparitions lors de sa première saison en Anjou, sa hargne et sa volonté de tout donner pour le maillot qu’il porte », avait écrit le team scoïste sur son compte officiel pour annoncer la prolongation du Dz.

Les Algériens sauront pardonner

Ses performances avec les Noir et Blanc ont été très bonnes même s’il n’a pas fait beaucoup d’apparitions. Huit au total cette saison pour 5 buts marqués. Jusque-là, il avait eu une attitude irréprochable. On voit mal comment un pensionnaire de l’élite française pense à le garder plus longtemps s’il avait décelé un manque d’implication ou d’exemplarité de son sociétaire.

Franchement, on ne saura dire ce qui est passé par la tête du Vert qui compte 2 sélections. On peut juste révéler qu’il n’a pas eu une enfance facile avec le décès traumatisant de son papa. Djamel Belmadi, sélectionneur national, avait certainement un œil sur lui au vu de son potentiel sportif indubitable. Bien qu’il ait gaffé, El Melali mériterait une clémence. Cela fait partie de l’apprentissage. On ne sait pas ce que ce contretemps aura comme conséquences sur sa carrière. Cependant, les Algériens savent pardonner et oublier tant certains internationaux ont su regagner leur amour.




SUR FACEBOOK

APPLICATION MOBILE

Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.