Nous contacter

Actualités

CAN-2021 : Le Maroc et… le Qatar prêts à suppléer le Cameroun !

Publié

le

trophee can caf or finale 2019 zoom

La Coupe d’Afrique des nations 2021 pourrait ne pas se dérouler au Cameroun. En effet, la Confédération africaine de football (CAF) estime que le pays de Samuel Eto’o n’est pas tout à fait prêt à accueillir la messe africaine sur le plan infrastructurel. Le Maroc ou même le Qatar s’imposeraient éventuelles terres d’accueil alternative.

Depuis des mois, l’avancement des projets au Cameroun préoccupait particulièrement l’instance confédérale qui a multiplié les visites au Cameroun. C’était pour s’arrêter sur l’évolution des chantiers qui sont en cours. Les signaux n’étaient déjà pas bons. Après un dernier état des lieux, les craintes persistent.

Des défaillances et un ultimatum

Un protocole COVID-19 toujours pas mis en place, maintenance des pelouses inconsistante et un stade Olembe dont la construction n’avance pas comme prévu, le dernier rapport de la CAF relève de trop nombreuses défaillances. Ces dernières peuvent porter préjudice pour la tenue du tournoi africain. Ainsi, le document de la structure footballistique n’augure de rien de bon. « Je suis navré de constater que malgré les nombreuses visites, notamment celle du président et du Secrétaire générale de la CAF et du vice-président de la CAF et les promesses qui ont suivi, les actes n’ont pas suivi », pouvait-on lire dans la correspondance adressée au Comité de l’organisation de la CAN-2021.

Aussi, il y est mentionné que « s’agissant du stade Olembe, sachez que si tout n’est pas réglé d’ici au 30 novembre 2021, le match d’ouverture aura lieu ailleurs. Des dispositions sont d’ores et déjà prises dans ce sens, mais ce serait malheureux pour le Comité exécutif, pour la CAF et pour le Cameroun ». Ce constat intervient deux ans après les assurances de la FECAFOOT. En effet, malgré les réserves pressenties, l’organe footballistique certifiait qu’ : « aucune menace ne pèse sur la CAN du Cameroun ».  La donne semble avoir changé.

Malédiction d’organisation depuis 2015

En outre, le fait que la CAF prend des dispositions laisse croire qu’elle n’écarte aucune éventualité. Même l’idée d’organiser ce rendez-vous continental ailleurs. Comme en 2017 et 2019, le nom du Maroc ressort comme hôte de rechange mais aussi le… Qatar. Le Royaume chérifien revient souvent dans le costume de sauveur. Toutefois, les Marocains, auteurs d’une véritable volte-face en 2015 sous prétexte d’épidémie d’Ebola, n’ont jamais repris concrètement l’organisation. Depuis cet épisode, la compétition se conjugue au conditionnel à chaque édition.

La dernière fois, c’était il y a un peu plus de deux ans. Les Camerounais n’étaient pas prêts pour accueillir la CAN 2019 et la CAF a chamboulé son agenda. La Côte d’Ivoire et la Guinée, désignées comme terres d’accueil pour les séquences 2023 et 2025, ont fini par accepter l’idée du glissement du calendrier alors qu’elles avaient, dans un premier temps, obtenu l’organisation des opus 2021 et 2023. Pour ne pas léser le Cameroun, la structure d’Ahmad Ahmad, boss de la CAF à l’époque, a fini par convaincre les Ivoiriens et Guinéens d’attendre deux années de plus pour devenir les « capitales » du football en Afrique.

Les défaillances constatées par la CAF dans son courrier de 4 pages :

– La CAF constate que le système des écrans LED devait être opérationnel avant trois mois. Ce qui n’est pas le cas.

– La CAF constate que la clôture extérieure n’est toujours pas faites.

– La CAF constate la non mise à sa disposition du Plan COVID-19 demandé le ministère de la Santé. Le protocole sert à gérer les supporteurs en dehors et dans les stades.

– La CAF déplore le fait qu’elle n’ait pas reçu les procédures pour les facilités douanières pour elle et ses partenaires.

– Le CAF constate que le COCAN a lancé un site web pour le recrutement des bénévoles. Elle somme le ministère de fermer ce site. Le recrutement des bénévoles n’étant pas de son ressort.

Ainsi, vu l’évolution des travaux sur le terrain, il est pratiquement impossible que les travaux se terminent au stade d’Olembe en 10 jours.

Le stade Olembe, en principe doit être livré ce 30 novembre 2021. Finalement si la CAF juge que ce stade pas prêt, une poule de Yaoundé, selon les sources bien crédibles, pourrait être délocalisée au stade de Japoma, et la poule de Japoma renvoyée au stade de réunification de Bepanda.

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.