Nous contacter

A La Une

Élections CAF : Echec cuisant et verdict humiliant pour l’Algérie

Publié

le

zetchi caf assemble vote 12 mars rabat

Les jeux sont faits ! La CAF a un nouveau président en la personne de Patrice Motsepe et la famille du football africain qui prône l’union sacrée a présenté sa nouvelle équipe dirigeante. La place de l’Algérie dans ce nouveau visage de la CAF ? Rien à signaler ! La délégation algérienne, conduite par Kheireddine Zetchi, est rentrée bredouille de cette 43ème AGE de la CAF qui s’est déroulée à Rabat (Maroc). Encore un immense camouflet pour une Algérie dont la diplomatie sportive est, plus que jamais, à l’agonie…

Malgré l’arrivée aux commandes de la CAF d’un Sud-Africain – avec qui l’Algérie entretient depuis toujours d’excellentes relations diplomatiques – la FAF de Kheireddine Zetchi n’a absolument rien gagné dans cette nouvelle élection africaine. Alors que celle-ci a été téléguidée par Gianni Infantino, qui entretiendrait soi-disant de bons rapports avec l’Algérie, la FAF n’aurait, à priori, aussi rien négocié dans son propre intérêt.

Un campagne élective plus bâclée que sabotée 

Une double désillusion pour Zetchi qui, tout en misant sur le bon cheval (Motsepe), n’a pas su négocié la voix de l’Algérie dans ce jeu de coulisses où le voisin marocain a excellé. Avec un zéro pointé au Comité Exécutif (ComEx) de la CAF (aucun candidat) et une défaite par abandon au Conseil de la FIFA, le représentant algérien a lamentablement échoué dans sa stratégie en faisant preuve d’une naïveté déconcertante pour ne pas dire ahurissante.

“Le Président de la Fédération algérienne de football a choisi la voie de la sagesse en décidant de retirer sa candidature au poste de membre du Conseil de la FIFA. Entre le rejet de sa candidature, le 26 janvier 2021, par l’organe chargé de l’examen des candidatures de l’instance du football internationale, et sa réhabilitation, par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) de Lausanne le 5 mars 2021, Monsieur Khireddine ZETCHI n’a pu effectuer sa campagne électorale convenablement et défendre ainsi les chances de l’Algérie de figurer au sein du Conseil de la FIFA”. C’est à travers ce communiqué simpliste que la FAF explique l’échec cuisant de Kheireddine Zetchi et ses accompagnateurs.

Pourquoi Zetchi n’a-t-il pas annoncé son retrait à Alger dès l’annonce favorable qu’il a reçue du TAS ? Espérait-il naïvement récolter des voix en arrivant au Maroc alors que les jeux étaient pipés d’avance depuis le “pacte de Rabat” fin février ?

Une FAF incapable, un MJS coupable

“Le FAF continuera avec la même passion à contribuer au développement du football continental à travers les Commissions de la CAF où l’Algérie est fortement représentée conclu le communiqué de la FAF presque mensonger. En effet, à y regarder de plus près, la présence de l’Algérie est assez insignifiante dans les organes satellites permanents de la CAF où les Algériens figurent dans les commissions mineurs.

Exceptée la commission médicale, où l’on recense le Dr Yacine Zerguini en tant que vice-président, les autres compatriotes occupent des postes de simple membre. L’Algérie reste absente des commissions importantes (Gouvernance, Finance, Comité d’urgence) mais aussi du Secrétariat général au Caire et enfin du fameux Comité Exécutif. Avec la redistribution des cartes sous la nouvelle ère du Sud-Africain Patrice Motsepe, l’Algérie n’a pas renforcer pour autant sa présence.

L’aval en travers de la gorge du MJS

Jugé inexpérimenté au début de son mandat, Kheireddine Zetchi ne semble toujours pas apprendre de ses erreurs monumentales après 4 ans de présidence à la tête du football algérien. Mérite-il objectivement un second mandat à la FAF après ces humiliations répétées que lui et son équipe d’amateurs font subir à l’Algérie ?

Après le fiasco Ould Zmirli en 2017, la raclée de Bahloul en 2019 et la désillusion de Zetchi en 2021, l’Algérie est devenue la risée du continent et ses représentants n’ont absolument aucun poids ni influence dans l’échiquier africain. Le constat d’échec est terrible pour la FAF et le MJS a également sa part de responsabilité après avoir donné son aval pour une élection qui était perdue d’avance.

Comité Exécutif : Algérie absente sur les 21 membres

Commissions permanentes : 6 membres sur les 12 commissions existantes

– Commission d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations : Kheireddine Zetchi (membre)

– Commission d’Organisation des Compétitions Interclubs et de la Gestion du Système d’Octroi des Licences de Clubs : Abdelkrim Medouar (membre)

– Commission d’Organisation des Coupes d’Afrique des Nations Jeunes (U17, U20, U23) : Mohamed Saad (membre)

– Commission Technique et de Développement : Ameur Chaffik (membre)

– Commission des Affaires Juridiques et des Associations Nationales : Amar Bahloul (membre)

– Commission médicale : Dr Yacine Zerguni (Vice-Président)

Les résultats des élections de la 43ème AGE:

Les membres élus du Comité Exécutif de la CAF:

Zone Nord : Wadie Jary (Tunisie)
Zone Ouest A : Mustapha Ishola Raji (Liberia)
Zone Ouest B : Djibrilla Hamidou (Niger)
Zone Centre : Seidou Mbombo Njoya (Cameroun)
Zone Centre-Est : Suleiman Waberi (Djibouti)
Zone Sud : Elvis Raja Chetty (Seychelles) et Maclean Cortez Letshwithi (Botswana)
Représentante féminine : Kanizat Ibrahim (Comores)

Les membres élus au Conseil de la FIFA :

Groupe linguistique francophone : Mamoutou Touré (Mali), Mathurin De Chacus (Bénin).
Groupe linguistique anglophone : Patrice Motsepe (Afrique du Sud), Amaju Melvin Pinnick (Nigeria).
Groupe linguistique arabophone, lusophone et hispanophone : Fouzi Lekjaa (Maroc), Hany Abo Rida (Égypte).
Représentante féminine : Isha Johansen (Sierra-Leone).

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.