Nous contacter

Equipe Nationale

EN: Baghdad Bounedjah, cassure brutale !

Publié

le

Baghdad Bounedjah célébration Tunisie Algérie

Rien qu’en janvier dernier, alors que Baghdad Bounedjah était à la peine, Djamel Belmadi lui a témoigné un soutien indéfectible. En l’espace de deux mois et après une CAN-2021 ratée (collectivement), la donne a complètement changé. L’avant-centre a tout simplement était largué sans préavis. Il ne figure même pas dans les 24 Verts retenus pour la double-confrontation face au Cameroun (25 et 29 mars) dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 au Qatar.

« Il connaît un petit coup de moins bien. Le plus important pour un joueur est d’avoir la confiance de ses partenaires et de son coach et c’est son cas. Je ne me fais sincèrement pas du tout de soucis pour Baghdad Bounedjah », c’est avec ces mots que le driver des Verts a plaidé la cause de son fer de lance avant la première sortie de l’Algérie face à la Sierra Leone lors de la CAN-2021.

D’intouchable à indésirable

L’attaquant débutera même dans le onze de départ lors de deux des trois sorties dans le tournoi continental face à la Guinée équatoriale et la Côte d’Ivoire en plus d’avoir été remplaçant contre les Sierraléonais. On peut clairement dire que Bounedjah est passé de cadre à “rien” en peu de temps et sans respect de la moindre logique.

Certes, ses performances inquiétantes à l’international (6 apparitions sans but) et en club peuvent justifier cette décision. N’empêche, cette non-convocation revêtit un aspect brutal. Ce n’est pas parce qu’elle était inattendue. C’est plus en raison du management contradictoire de Belmadi.

En effet, le successeur de Rabah Madjer a littéralement largué le joueur après lui avoir publiquement assuré son soutien dans sa passe difficile. Cela pourrait être vécu comme une trahison de la part du 7e meilleur buteur (22 réalisations en 52 capes) de tous les temps en sélection et celui qui a planté le but du sacre de la CAN-2019 en Egypte. Pas négligeable.

C’est quoi la concurrence déjà ?

En écartant l’enfant d’Oran, le coach d’El-Khadra a peut-être voulu lui épargner la pression. Aussi, il y a une envie d’essayer de réinstaurer une concurrence devenue inexistante depuis un certain temps à cause de l’immobilisme et l’envie permanente d’avoir un effectif verrouillé. Certes, le choix est fort. Toutefois, rien ne dit que cela regalvanisera l’attaque ou soignera sa faiblesse.

Maintes fois, le driver des Fennecs pouvait secouer l’ex sociétaire de l’ES Sahel et le mettre sur le banc pour lui signifier qu’il était en danger. Mais il ne l’a jamais fait. Décidément, Belmadi a opté pour une méthode plus radicale afin de faire savoir à Bounedjah qu’il devra se ressaisir. Est-ce l’idéal pour un footballeur en manque cruel de confiance? On en doute fort. Et là, il ne s’agit pas de sentiments mais de la nature de rapports qui changent brusquement sous la pression et la contestation. Des choses auxquels l’ex driver d’Al-Duhail SC faisait jadis abstraction.

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.

coupe-du-monde-2022