Nous contacter

Equipe Nationale

EN : Belmadi ne doute pas de ses troupes

Publié

le

belmadi direction can 2019

La qualification pour la CAN-2022 en poche, Djamel Belmadi, sélectionneur de l’équipe nationale, se projette sur les échéances en approche. Et il a laissé comme l’impression qu’il a déjà arrêté son commando dans sa globalité. L’éventualité de voir débarquer de nouvelles têtes semble minime car le coach privilégie la stabilité.

La réponse de Belmadi est subliminale mais, à l’analyse des propos, il en ressort que la revue des troupes n’est pas trop d’actualité tant les rendez-vous importants requiert cohésion et homogénéité. Le driver de l’EN le sait parfaitement. Et ce n’est pas les prestations, peu abouties, de ses poulains contre les Zimbabwéens qui vont le pousser à changer sa conception.

La priorité sera accordée pour les joueurs qu’il connaît déjà. « Pour les prochains rendez-vous, je vais donner des matchs complets à certains joueurs, à l’image de Benrahma, Ounas, Zerkane, Boulaya et Belkabla », a-t-il indiqué dans un entretien vidéo diffusé mardi sur la chaîne officielle YouTube de la FAF en espérant le « retour de Boudaoui et Belaïli. Je vais remettre ce dernier dans le wagon.»

Il reste « attentif »

Belmadi sait clairement ce qu’il veut et les profils qu’il recherche. Cependant, il révèle être en train de « suivre des joueurs évoluant au Portugal (Khacef, ndlr) et aux Pays-Bas, des latéraux.» Le compartiment défensif, où l’on pu déceler quelques errements du à la défection d’élément important à l’instar de Youcef Atal, est le secteur le plus inquiétant. Mais le premier responsable de la barre technique des Fennecs ne se veut pas alarmant.

Cela indique qu’il a déjà élaboré les grandes lignes de ses plans. Il privilégie la vie du groupe et l’esprit « le football c’est de la stabilité, de la construction, de la cohésion (…). La cohésion, on ne l’a pas avec les changements d’effectif (…) » estime-t-il en prévoyant de « donner du temps de jeu aux joueurs présents avec nous (…). Il y en a qui ont fait 20 heures de vol, sans jouer une minute de jeu. C’est sur ceux-là qu’on va insister (…) On est attentifs. S’il y a des joueurs qui sont bons pour jouer en équipe nationale, on va les intégrer.»

« Le onze de la CAN ne veut rien lâcher »

Ce mercredi soir, il a assuré, à RMC Info Talk Sport qu’il « ne fait pas dans le social » mais qu’il sera « le plus juste possible pour faire les meilleurs choix possibles.» En outre, il y a une indication qui ne trompe pas. « Le onze qui a joué la CAN ne veut rien lâché », selon l’ancien international d’El-Khadra.

Cela ne veut pas dire que les places sont gagnées d’avance. Atal, qui se blesse beaucoup trop souvent, a eu droit à un « recadrage » médiatique. D’habitude, ce n’est pas trop son mode opératoire du chef de la barre technique des Verts pour dire les choses à ses protégés. « Atal sait ce qu’il pense de lui. Ce n’est pas dans mes habitudes de passer des messages publiquement. Mais il sait désormais ce que je pense de lui. Il a besoin d’accompagnement et j’en ai même parlé avec les responsables à l’OGC Nice pour qu’il soit encadré. Je ne le dédouane pas mais lui et Boudaoui n’ont pas eu la même formation pour s’adapter à ce que le haut niveau requiert », a-t-il délcaré.

Belmadi semble avoir une relation filiale avec ses joueurs. Il sait qu’il doit attendre les dates FIFA pour pouvoir travailler. Ce n’est pas les mêmes circonstances que pour la CAN, par exemple, où il a le groupe pour une longue durée avec la possibilité de perfectionner tout ce qui est technicotactique. A partir de là, il essaye de responsabiliser les internationaux afin qu’ils gardent le même degré d’exigences.

Emission Web




Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.