Nous contacter

Equipe Nationale

Cameroun-Algérie : Djamel Belmadi, les deux matches d’une vie !

Publié

le

belmadi bouras aziz zohir staff

La question ne lui a pas été posée. Question de timing, peut-être. Mais il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que l’avenir de Djamel Belmadi à la tête des Verts est intimement lié au prochain Mondial. Que l’EN y participe ou non, Djamel Belmadi dira stop ou encore en fonction de l’issue des barrages de mars face au Cameroun. Mais dans tous les cas, il ne se verrait pas rempiler pour un autre bail.

Djamel Belmadi s’est lancé dans un véritable plaidoyer, dimanche, lors d’une conférence de presse de plus de deux heures. Le coach des Verts en a profité pour expliquer les raisons de l’échec de Douala, mais pas que. Le technicien de 46 ans a parlé aussi de son ressenti au lendemain de cet échec. «J’ai un goût amer de cette CAN, les joueurs ont un sentiment d’humiliation. La seule chose qui me permet de vivre normalement, c’est qu’on a la chance de  tout de suite rectifier le tir. Il y a les barrages qui arrivent et on s’est mis au travail dès le lendemain dans l’avion» , a confié Djamel Belmadi qui a donc noyé son chagrin dans le travail dès qu’il a quitté Douala.

Toutefois, il ne s’agit pas seulement  pour Djamel Belmadi d’oublier l’échec. Mais plutôt de rectifier le tir. « J’ai voulu faire ce métier pour jouer une Coupe du Monde. A 10 ans, j’ai découvert Diego Maradona et la Coupe du Monde 1986. Depuis, j’en rêve. C’est la dernière fois qu’on a une coupe du monde dans cette configuration rare. Pour moi, ces deux matches face au Cameroun sont les plus importants de ma vie», dira plus tard le sélectionneur national qui, c’est un secret de polichinelle, caresse depuis toujours le rêve de disputer un Mondial, lui qui a échoué lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2002 en tant que joueur de l’Algérie.

«Les matches les plus importants de ma vie»

C’est d’ailleurs pour cette raison que ceux qui sont au fait des coulisses de l’équipe nationale soutiennent depuis un moment déjà que Djamel Belmadi n’ira pas au-delà de la coupe du monde 2022. Voire éventuellement avant, si par malheur, les coéquipiers de Riyad Mahrez venaient à échouer aux barrages face au Cameroun. 

Mais dans tous les cas, l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille, comme il l’avait d’ailleurs insinué lors d’une conférence de presse, le 17 novembre 2021, ne se projette clairement pas au-delà de la coupe du monde 2022. «Les détails du contrat ne seront pas un problème pour mon avenir. Moi, ce qui m’intéresse, c’est de savoir si je suis encore capable d’apporter plus, si j’ai la force et l’énergie de convaincre, d’aller plus haut. Le métier est usant. Dans le football, il y a des cycles, peut-être que les joueurs voudront entendre un autre discours, travailler autrement. On a encore le temps avant de penser à tout ça». 

Pour un homme, dont le contrat arrive prochainement à échéance, les barrages du mois de mars, et éventuellement, la coupe du Monde FIFA Qatar-2022, seront deux occasions ultimes pour finir son passage chez les Verts en apothéose. Le peuple croit en Belmadi, et assurément ce dernier fera absolument tout pour atteindre cet objectif.

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.