Nous contacter

Equipe Nationale

Pelouse de Tchaker : Belmadi profondément écœuré par “le sabotage” !

Publié

le

belmadi zorgane conference depite sabotage

On le savait préalablement, le sélectionneur Djamel Belmadi n’était pas content de l’état de la pelouse du stade Mustapha Tchaker. Et il l’a fait savoir ce mercredi devant la presse sans prendre de gants.

La phrase qui était forte de sens en conférence de presse est certainement celle où le coach de l’EN a lâché : « Même nous on aurait dû demander à être délocalisés dans ce cas. Il n’y a pas de terrain en Algérie. C’est un fait.» Clairement, le premier responsable de la barre technique des Fennecs a ressenti un manque de considération envers la sélection championne d’Afrique qui n’a pas pu avoir droit à un terrain à la hauteur de son statut.

« Une pelouse dangereuse. C’est du sabotage »

Pour lui, l’état de l’aire de jeu de l’enceinte est impraticable et « C’est du pur sabotage. On parle avant tout de sécurité. C’est une pelouse dangereuse. Il peut y avoir des accidents. Déjà sur l’éthique, ça ne se fait pas. Ça profite aux équipes qui viennent défendre ». En outre, il notera « Je vis dans un pays (Qatar NDLR) où il fait 60 degrés actuellement, il n’y a jamais eu de problème du genre» .

Pour la qualité du rectangle de vérité, la donne a changé par rapport au mois de juin quand Riyad Mahrez & cie ont eu droit à « une pelouse surprenante. C’était même au-delà des attentes.  A ce moment là, nous avions décidé d’élire domicile à Tchaker pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022. Les responsables du stade étaient même contents qu’on joue là-bas. Mais rien n’a été fait pour la préserver.»

Les « costumés » laissés en rade

Belmadi ajoutera qu’il a été lassé et dépité de voir l’état du terrain. « Je suis resté 15 secondes, je suis reparti. Il y avait 10 personnes en costumes qui m’attendaient. Je ne les ai même pas salués.» L’ancien entraîneur d’Al-Duhail SC (Qatar) a aussi raconté les raisons qui ont fait que l’herbe ne devienne plus verte dans l’antre de la ville des Roses. «J’ai su que le responsable de l’entretien a dit à un gars de la FAF: ‘’Moi, on ne m’a pas signé la convention de l’entretien du terrain’’. Il a laissé la pelouse se dégrader et a préféré jouer avec le feu. C’est juste pour avoir une idée sur la manière dont les gens font leur travail.»

Malgré ce contretemps, l’architecte du sacre africain a indiqué « que ne pas avoir un terrain praticable n’est pas réjouissant. Je suis lassé et dépité. Je ne vais pas m’énerver et je ne vais pas trouver d’excuses. Même si c’est une sacrée excuse. Il n’y a pas de terrain en Algérie, c’est un fait. C’est grave de le dire mais on aurait du demander à la CAF de jouer ailleurs que chez nous…»

Emission Web





Tendance

Copyright © 2020 - Le site spécialisé de l’Equipe Nationale de Football d'Algérie.